Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
582
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
AG2019
AG2019
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
cooperation
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
Membres
nc
Newsletter
Point de vue
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
TAPAS – There Are Platforms as AlternativeS

Le projet TAPAS est un programme de recherche financé par le ministère français du Travail et le ministère des Solidarités et de la Santé, dirigé conjointement par le CEPN (Centre d’économie et de gestion de l’Université Paris 13 – UMR CNRS 7234) et l’association, Coop des Communs.

Créée en 2016, La Coop des Communs regroupe des praticien.nes du commun, de l’ESS, des chercheur.euses et des acteurs publics. Son objectif est de contribuer à la construction d’un écosystème favorable à l’éclosion de communs. « Alliés, Communs et ESS peuvent former, non des solutions résiduelles, mais de véritables piliers d’un développement soutenable dans une vision plurielle de l’économie » (Extrait du rapport d’activité 2017). La Coop des Communs est organisée en groupes de travail, parmi lesquels figure le groupe Plateformes en Communs. Ce dernier s’est constitué autour de plateformes numériques ouvertes sur les pratiques coopératives, et afin « d’associer un ensemble d’acteurs, en émergence ou existants, partageant ces valeurs, au sein d’une communauté ouverte » d’une part et de « construire une boîte à outils mutualisée, à visée opérationnelle et permettant l’appropriation des nouvelles possibilités de pair à pair offertes par le numérique » (Extrait du rapport d’activité 2017). Le groupe se donne pour objet de créer, animer et outiller la communauté de plateformes structurées autour d’une charte éthique fondée sur cinq principes : gouvernance inclusive, partage équitable de la valeur, éthique des données, production de communs, coopération entre les membres.

Le projet met au centre des analyses l’étude empirique de neuf plateformes de l’ESS, analysant les mécanismes de fond de l’économie sociale et solidaire qu’elles développent. Le travail théorique permettra de proposer une typologie des plateformes collaboratives en fonction des modèles économiques sur lesquels elles sont assises et des modes de traitement des contributeur.trices au fonctionnement de la plateforme qu’elles proposent. L’accent sera mis sur la conjugaison de ces deux dimensions ainsi que sur les solutions et innovations socioéconomiques permettant de dépasser les obstacles rencontrés par les acteurs. La description du projet est en français mais les résultats seront également disponibles en anglais.

Voir le projet : https://cepn.univ-paris13.fr/tapas/

Une charte pour la construction de données des Communs

L’une des premières cartes de ce type était TransforMap, un projet d’origine autrichienne et allemande qui utilise OpenStreetMap comme une plate-forme pour aider les gens à identifier et à se connecter à des projets d’Economie alternative. Aux États-Unis, CommonSpark a rassemblé une collection de  «cartes dans l’esprit des communes», telles que la carte des Grands Lacs  (carte biorégionale de protection et de prévention), Le Monde des communes (formes innovantes de gouvernance par les citoyens des biens et services publics en Italie), Falling Fruit (une carte mondiale identifiant 786 000 sites de récoltes libres de nourritures) La carte des petites bibliothèques gratuites (qui proposent des livres gratuits disponibles dans les quartiers du monde entier), une carte mondiale Hackerspace, une carte mondiale des semences, une carte de toutes les communautés de transition et plusieurs cartes sur les Community Land Trust.

 

Au fur et à mesure que prolifèrent les variétés de cartes, les projets de cartographie fonctionnent réellement comme des biens communs et sont capables de partager des données et de se développer ensemble. Mais relever ce défi implique de nombreux problèmes techniques, sociaux et juridiques.

Un groupe de mappers s’est réuni lors des sessions spatiales des Communes du Forum social mondial à Montréal l’année dernière pour essayer de progresser sur ces questions. Les échanges  se sont poursuivis lors d’un atelier “Intermapping” à Florence, en Italie, le mois dernier. Après des journées de débat approfondi et de collaboration, les mappers ont élaboré un document qui décrit douze principes clés pour développer des données efficaces et la cartographie des biens communs. La Charte pour la construction d’un espace commun de données pour un avenir libre, juste et durable est le fruit de ces discussions.

Les auteurs de la Charte décrivent le document comme «le dénominateur commun maximal des projets de cartographie qui aspirent à partager des données pour le bien commun.» Si vous suivez ces directives,  vous contribuerez à un Global Data Commons (partages commun des données). C’est-à-dire que vous gouvernerez votre communauté de cartographie et que vous gérez les données différemment que les personnes qui centralisent le contrôle des données à des fins lucratives.

“La Charte ne décrit pas la vision, la portée ou les valeurs d’un projet de cartographie spécifique. C’est plutôt une expression des principes de Données partagées. Cela vous aidera à réimaginer la façon dont vous protégez l’esprit d’animation de votre projet de cartographie et empêche vos données d’être copiées ou jointes.

Voici la version 0.6 de la Charte, qui est encore en cours:

  1. Réfléchissez à votre objectif ensemble : Echangez, discutez été débattez sur le fond de votre projet encore et encore. Toutes les personnes impliquées doivent toujours se sentir en accord  avec la direction vers laquelle se dirige le projet.
  2. Faites croître votre communauté. Pour que le projet réussisse, une communauté solide est plus importante que toute autre chose. Prenez soin de ceux qui pourraient vous soutenir lorsque vous en aurez le plus besoin.
  3. Separer les biens communs et le commerce. La cartographie pour les biens communs est différente de la production de services ou de produits pour concurrencer le marché de la carte. Assurez-vous de ne pas alimenter les déséquilibres de puissance ou les agendas axés sur les bénéfices et apprendre à séparer systématiquement les biens communs du commerce.
  4. Réfléchir à la capacité d’integration de sa carte au sein d’un ensemble : Pensez à votre carte en tant que nœud dans un réseau de nombreuses cartes. Parlez avec d’autres contributeurs au Data Commons pour savoir si vous pouvez utiliser le même modèle de données, la licence et l’approche cartographique.
  5. Employer un vocabulaire vivant. Les vocabulaires comme points d’entrée vers des mondes sociaux complexes sont toujours incomplets. Apprenez lr vocabulaire avec d’autres mappeurs. Assurez-vous que votre vocabulaire peut être ajusté. Faites-le explicite et publiez-le ouvertement, afin que d’autres puissent en tirer des leçons.
  6. Transparence des documents : Le partage de votre processus de travail, des apprentissages et les échecs permettent aux autres d’apprendre et d’échanger les expérience. Ne laissez pas la documentation pour plus tard. Faites-le régulierement et rendez-le compréhensible. Utilisez des technologies conçues pour une coopération ouverte.
  7. Financez ce que vous pouvez de manière autonome et alternative. Soutenez votre projet autant que possible avec de l’argent, du temps, des connaissances, du stockage de l’espace, du matériel ou du suivi de votre communauté ou du soutien public. Restez indépendant!
  8. Utilisez les outils FLOSS. Il vous donne la liberté de développer votre propre projet et logiciel en fonction de vos besoins. Et cela vous permet de contribuer au développement de ces outils.
  9. Construire sur la plateforme open-site. Les normes Web ouvertes garantissent que votre carte, ses données et les applications associées ne peuvent être jointes et sont préparées pour un remixage et une intégration ultérieures avec d’autres sources.
  10. Possèdez vos données. À court terme, il semble être un cauchemar de s’abstenir d’importer ou de copier ce dont vous n’êtes pas légalement autorisé. À la longue, c’est la seule façon de vous empêcher d’être poursuivi ou vos données d’être accaparées. Interdire Google.
  11. Protégez vos données. Être propriétaire de vos données est important, mais pas assez. Assurez-vous que personne ne récupère vos données dans le monde de la commercialisation et des boîtiers. Utilisez les licences appropriées pour protéger votre travail collectif!
  12. Archivez votre projet. Quand cela ne fonctionne plus pour vous, d’autres encore pourraient vouloir le poursuivre sur le futur.

(Les versions antérieures du document peuvent être trouvées ici et ici. Si vous avez des commentaires ou de nouveaux points à ajouter à la Charte, voici un hackpad pour de nouvelles contributions)

Ces douze principes représentent beaucoup de réflexions qui permettrons, nous l’espérons de faire progresser  le fonctionnement des biens communs de données!

Trouvez l’article source en anglais !

 

Aller à la barre d’outils