Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
582
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
AG2019
AG2019
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
cooperation
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
Membres
nc
Newsletter
Point de vue
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Commerce équitable en temps de crise

Il ne fait aucun doute que la crise actuelle aura un impact négatif énorme sur l’économie mondiale. Les agriculteur.trices et les travailleur.euses vulnérables du Sud seront certainement parmi les plus touché.es par la récession qui s’annonce. Nous sommes en contact avec les entreprises et leur offrons notre soutien pour la commercialisation responsable de leurs produits issus du commerce équitable. Dans le même temps, nous utilisons les médias sociaux et d’autres canaux de communication pour convaincre les consommateur.trices qu’il est devenu encore plus important de prendre des décisions d’achat responsables.
Fairtrade International, en collaboration avec les organisations nationales du commerce équitable, les organisations de commercialisation du commerce équitable et les réseaux de producteurs, surveille la situation et trouve tous les moyens possibles pour aider les producteur.trices et les entreprises du commerce équitable à traverser la crise. L’une des mesures immédiates appliquées est une nouvelle directive sur les standards du commerce équitable. Comme l’a annoncé le Comité des normes, les organisations de producteur.trices et les plantations certifiées Fairtrade ont gagné en flexibilité dans l’utilisation de la prime Fairtrade. L’argent peut désormais être distribué en espèces aux agriculteur.trices et aux travailleurs et travailleuses, leur assurant ainsi un revenu supplémentaire en cette période difficile. La prime du commerce équitable peut également être dépensée pour des mesures d’hygiène et de protection, comme des gants jetables ou des masques faciaux.

Nous vous invitons également à consulter nos documents publiés en anglais (veuillez cliquer sur le bouton “Pobierz wersję cyfrową” pour télécharger les PDF) :

  • Fairtrade Polska 2019 In Review ; le rapport est un aperçu de l’activité de Fairtrade Polska en 2019. Il comprend les faits les plus importants sur le commerce équitable, notre organisation et la croissance du commerce équitable en Pologne, ainsi qu’un résumé des opérations.
  • Rapport de Fairtrade Polska 2018.
  • Qu’est-ce que le commerce équitable ? Une brochure en anglais expliquant comment le commerce équitable soutient les agriculteurs et les travailleurs.
  • Fairtrade Empowerment (2017) ; une étude de cas sur la coopération des petits producteurs de bananes formant la coopérative ASOGUABO en Équateur.
  • Fairtrade bananas on the Polish Market (2016 ; publié par la fondation Buy Responsibly) ; un résumé du rapport sur le marché de la banane en Pologne et en Europe et des conseils pour introduire des bananes certifiées Fairtrade sur le marché polonais.

En outre, nous avons récemment publié des brochures “Qu’est-ce que le commerce équitable” en russe et en ukrainien. Veuillez cliquer sur le bouton “Pobierz wersję cyfrową” pour télécharger le PDF.

Nous vous recommandons également notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/fairtradepolska. En particulier, veuillez regarder les vidéos concernant la situation actuelle : https://www.youtube.com/watch?v=z2vHX2fda-g et https://www.youtube.com/watch?v=Bp-wAiias9w (ici vous pouvez voir la plupart de notre équipe au travail 🙂)

De Andrzej Żwawa │ Fairtrade Polska

Nouveau rapport de la WFTO – “Des modèles économiques qui placent l’homme et la planète au premier plan”
Communiqué de presse de la WFTO 22 janvier 2020, Genève Suisse

Un nouveau rapport important de l’Organisation mondiale du commerce équitable (WFTO), de Traidcraft Exchange, de l’Université de York et de l’Université de Cambridge met au défi les dirigeants réunis à Davos et ailleurs de promouvoir des modèles d’entreprise qui placent les gens et la planète au premier plan. Le rapport dévoile les principales caractéristiques de ces modèles commerciaux axés sur la mission et offre un contraste direct avec les entreprises à but lucratif.

Le rapport, intitulé « Creating the new economy : business models that put people and planet first » (Créer la nouvelle économie : des modèles d’entreprise qui placent les gens et la planète au premier plan), met au défi les dirigeants des gouvernements, des entreprises et des finances de promouvoir des modèles d’entreprise axés sur la mission et la primauté du profit afin de donner un coup de fouet à la nouvelle économie. Le rapport donne des précisions sur l’idée de capitalisme des parties prenantes (stakeholder capitalism), qui est au centre des préoccupations des dirigeants réunis à Davos cette semaine. Un large éventail de personnalités du monde universitaire et des organisations internationales ont déjà exprimé leur soutien aux idées contenues dans le rapport.

Roopa Mehta, la présidente de la WFTO, déclare : « La nouvelle économie est déjà là. Les entreprises du commerce équitable s’associent au mouvement plus large des entreprises sociales et à d’autres pour démontrer que les entreprises peuvent réellement faire passer les gens et la planète en premier. Nous devons tous embrasser cette révolution dans les affaires ».

Pour soutenir ce rapport, les auteurs ont fait appel à plusieurs personnes issues des communautés du commerce équitable ou de l’économie sociale et solidaire. Parmi les citations de soutien, Jason Nardi, coordinateur de RIPESS Europe, n’a pas manqué à l’appel :

Le rapport sur les « modèles d’entreprise qui placent l’homme et la planète au premier plan » est une démonstration remarquable de la manière dont les entreprises « à mission », telles que les entreprises de commerce équitable, réussissent beaucoup mieux que celles qui cherchent à maximiser leurs profits lorsqu’il s’agit de créer un impact social positif, de réduire la pauvreté et d’accroître le bien-être, de réinvestir dans des causes sociales et environnementales, d’accroître les possibilités pour les agriculteurs, les travailleurs, les artisans et les communautés. Et pas seulement : l’égalité des genres est plus grande dans les entreprises de commerce équitable et, en général, elles ont des conseils d’administration plus diversifiés et plus représentatifs. En tant qu’entreprises de solidarité sociale, elles sont généralement plus résistantes financièrement. Qu’est-ce que tout cela signifie ? Cela signifie que dans l’économie de marché financière mondialisée et non durable d’aujourd’hui, non seulement il est possible de survivre avec différents modèles d’entreprise qui prennent soin de la communauté et de l’environnement, mais qu’à long terme, ces entreprises – en réseau les unes avec les autres et dans les circuits des coopératives et de l’ESS – auront de bien meilleures chances d’émerger et de participer au changement de système économique dont nous avons besoin de toute urgence ». – Jason Nardi, coordinateur européen du RIPESS

Aller à la barre d’outils