Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
582
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
AG2019
AG2019
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
cooperation
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
Membres
nc
Newsletter
Point de vue
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Face à la pandémie, l’Economie Solidaire se mobilise

Notre bulletin d’avril sera entièrement consacré à la crise du Coronavirus. Ce n’est pas pour être redondant sur ce que les médias diffusent abondamment : nombre de contaminés, nombre de morts, état des stocks de masques et de respirateurs etc. Toutes informations sans doute utiles mais dont l’effet sur la population est anxiogène. Dans ce bulletin nous avons choisi de collecter les initiatives qui émergent dans les pays européens et dans le monde pour faire face de façon solidaire aux difficultés engendrées au quotidien. Certaines initiatives émanent des pouvoirs publics comme celle de l’Europe dont nous donnons le lien ici. Nous publions également des textes de réflexion sur l’après épidémie pour renouveler de façon drastique le modèle économique que nous sommes nombreux à considérer comme inadapté à l’avènement d’une société compatible avec le bien-être de l’humanité.

Cette période place sous microscope l’incurie d’un système qui met en danger la vie des personnes les plus fragiles et fait reposer le fardeau de la crise sur les épaules de personnels exposés sans protection, et soumis au manque de moyens et à des cadences de travail incompatibles avec la sérénité que commande la relation aux malades et aux familles endeuillées. Elle montre de façon criante l’incidence des inégalités liées à l’injustice des rétributions allouées aux personnes qui contribuent à la bonne marche d’une société et l’incurie d’un système qui tient pour inutiles ceux qui n’ont pas accès aux emplois en les mettant les uns et les autres en danger de mort.

En dépit et grâce aux mesures de confinement la société civile fait montre de créativité pour pallier le désordre induit par la dérégulation des organisations économiques. On trouvera donc dans ce numéro un florilège d’initiatives, de mise en liens, de coopérations pour sauver notamment les producteurs locaux qui ne peuvent plus écouler leurs produits dans les circuits familiers, de couturiers qui transfèrent leur activité vers la production de masques et de vêtements protecteurs, de cantines improvisées pour secourir ceux qui sinon mourraient de faim, d’hébergements pour ceux qui sont « confinés dehors » etc. Enfin la société civile qui était auparavant mobilisée pour faire advenir les économies de la transition s’organise pour préparer l’après Covid 19 pour qu’on ne reparte pas vers la direction mortifère du « business as usual » de l’économie des rentiers et des absurdités de production d’objets inutiles gaspilleurs de ressources et d’énergie. Plusieurs se regroupent pour publier leurs revendications. D’autres organisent des débats en ligne pour rassembler les imaginations et les savoir – faire Peut-on espérer que ce ralentissement impromptu génère une réflexion approfondie sur les besoins essentiels au nombre desquels la coopération et la solidarité font actuellement une éblouissante démonstration de leur bien-fondé ?

Le RIPESS participe à ces mises au point, ces mises au clair, ces mises en perspective pour que demain ne ressemble en rien à ce qui a prévalu ces dernières décennies. Et si pour l’instant la date du Forum Social Mondial des Économies Transformatrices du mois de juin est annulée, nous réfléchissons au moyen de poursuivre les collaborations entamées pendant toute la période de préparation et nous vous informerons des suites qui leur seront données.

Restons solidaires et vigilants.

Lien page Solidarité et crise pandémique

Par Josette Combes

Economie solidaire partout: les défis de la nouvelle décennie
janvier 28, 2020
0

Par Josette Combes

Pour cette première Newsletter de l’année 2020, les membres du Comité de coordination du RIPESS Europe vous présentent leurs voeux pour vos initiatives d’essaimage de la solidarité dans un contexte qui demande de chacun de nous beaucoup de pugnacité et de sagesse pour résister aux tendances destructrices d’un monde en plein bouleversement.

Que souhaiter au tournant d’une nouvelle décennie ? L’abandon des armes nucléaires, la fin du climato-scepticisme et la mise en route de mesures réelles et efficaces pour inverser la tendance actuelle d’une dégradation des conditions de vie de l’ensemble des espèces y compris la nôtre, la prise de conscience de l’obscénité des fortunes des ploutocrates comparées aux niveaux effarants de la misère dans tous les pays qui subissent la prédation et le dévoiement de leurs richesses, le changement culturel qui abat les frontières et les murs pour permettre d’établir égalité et fraternité entre les peuples. Autant de vœux pieux mais qu’on ne peut s’empêcher de formuler à l’orée d’une année nouvelle.

En attendant, le RIPESS Europe poursuit son entreprise pacifique de plaidoyer pour un monde où ces voeux deviendraient l’ordinaire du monde.

Le Comité de coordination a fait sa rentrée au cours d’une rencontre dédiée à l’élaboration de la stratégie pour l’année en cours et au-delà. Elle a eu lieu à Elne où nous nous retrouvons chaque année en janvier à l’invitation d’Eric Lavilunnière dont la connaissance de cette région de France nous permet d’y rencontrer quelques unes de ses figures du développement local.

Au nombre des chantiers du réseau, le FSMET représente un des enjeux les plus saillants de cette nouvelle année. Il aura lieu du 25 au 28 juin 2020 à Barcelone. Tous nos membres sont invités à promouvoir au cours de leurs manifestations ce Forum qui a pour objectif principal de favoriser la rencontre, la mise en dialogue et l’élaboration de stratégies communes entre les mouvements qui construisent ici et maintenant des économies pour lutter contre la déliquescence actuelle et proposer des solutions d’avenir.

En Occitanie le Forum régional s’était donné cette mission. L’édition 2019 a accueilli plus de 1500 personnes. Ce temps fort d’information et de mobilisation permet au MES Occitanie d’envisager d’organiser un bus en juin pour transporter les acteurs de l’ESS de la région vers Barcelone.

Le site du FSMET est d’ores et déjà prêt à enregistrer les propositions d’ateliers ou d’animations.

En Italie les 18 et 19 janvier le réseau italien de l’ESS, le RIES s’est officiellement constitué à Rome après une longue maturation. Une nouvelle réjouissante. Tous nos souhaits de réussite à ce réseau avec lequel nous communiquons d’ores et déjà grâce aux membres italiens déjà impliqués dans le RIPESS EU.

A Madrid le sommet international sur le climat s’est tenu pendant que des mouvements sociaux comme Extinction Rébellion (entre autres) organisaient une animation off. Jason Nardi a participé à une table ronde sur l’économie circulaire et des membres du RIPESS ou des alliés se sont distribués dans divers ateliers.

L’Europe met au point le Green deal et l‘Intergroupe du Parlement Européen sur l’Economie Sociale manifeste également son intention de promouvoir une économie respectueuse de la Planète.

Soyons optimistes et espérons que cette nouvelle année verra se déclencher les actions urgentes pour réaliser le programme d’une terre pacifiée. Economie solidaire partout!

Avec l’ESS, marchons pour le climat

Ce mois de septembre a été marqué par les manifestations pour le climat partout dans le monde, notamment celles qui ont vu se mobiliser les jeunes qui sont à juste titre inquiets de la détérioration des conditions de vie sur la planète. Nous pouvons nous féliciter et les féliciter de ces manifestations qui sont censées secouer l’inertie et l’incurie des gouvernements, Pour nous, un des axes fondamentaux de l’économie solidaire est la vigilance écologique qui questionne le sens de la production et de la consommation en lien avec le lien de proximité qui doit être recherché entre ces deux pôles. C’est la racine de l’agroécologie, qui œuvre pour la qualité de la nourriture, la préservation des terres et celle de ses habitants. Mais dans tous les domaines de l’activité humaine, il est urgent de repenser les finalités et les moyens qui la sous-tendent, et être créatifs et proactifs pour les solutions.

Comme nous l’avons déjà annoncé l’objectif central du Forum Social Mondial des Economies Transformatrices (FSMET) est précisément d’organiser la convergence des organisations qui se sont donné comme but essentiel de résister aux effets délétères d’un système politico – économique mondialisé qui met en danger les équilibres vitaux de la planète. Le processus enclenché par la première réunion préparatoire en avril 2019 se poursuit et devrait être répercuté dans chaque pays. C’est le cas en France par exemple avec le Forum Régional de l’Economie Sociale et Solidaire . N’hésitez pas à nous faire part de vos propres initiatives. Et à noter d’ores et déjà les dates du FSMET qui aura lieu du 25 au 28 juin à Barcelone. Soyons mobilisés pour faire en sorte qu’une prise de conscience fondamentale engendre des propositions pour transformer de façon significative l’imaginaire et la mise en acte d’une économie au service des humains et respectueuse de la planète.

Nous communiquerons régulièrement sur le processus en vous invitant régulièrement à prendre part aux différentes étapes

L’Assemblée Générale de Lyon a permis à de nouveaux membres de nous rejoindre et c’est bienvenu parce que les urgences sociales et climatiques s’accumulent et réclament plus que jamais que nous élargissions le cercle des personnes de bonne volonté.

Signalons en conclusion de ce très bref édito qu’en octobre deux marches pour la paix vont démarrer, l’une la Jay Jagat partant de New Delhi en octobre et l’autre « La caravane pour que vive la terre » du Sénégal en janvier. Elle se rejoindront à Genève le 25 septembre 2020.

Edito: une autre Europe est necessaire
vote SSEurope flags

Ce bulletin est un numéro spécial consacré aux prochaines élections parlementaires européennes.

En ces temps critiques où nous vivons, tous les efforts pour contrer le spectre antidémocratique qui balaie l’Europe sont cruciaux, de même que les initiatives citoyennes pour construire une meilleure Europe, à partir de nos pratiques quotidiennes dans nos communautés jusqu’aux politiques globales qui nous touchent tous et toutes, du climat à l’agriculture, en passant par les migrations, les droits humains et sociaux…

Nous avons besoin et nous voulons une Europe sociale solidaire.

En tant que réseau de personnes engagées à transformer en profondeur les systèmes financiers et économiques, nous avons des valeurs et des propositions en commun. Dans la lettre ouverte aux candidat.es, nous avons exposé les principales d’entre elles qui vont bien au-delà de nos pratiques au sein de nos communautés, collectives et coopératives.

Nous nous sommes associés à d’autres mouvements et réseaux pour une campagne sur la production et la consommation durables : le Fair Times est le résultat d’une entreprise commune – lisez le Journal de 2024, où nous imaginons ce qui pourrait arriver si le Parlement européen développait réellement certaines de nos propositions, dans 5 ans.

Mais ce n’est pas tout : certains de nos réseaux membres se sont engagés dans l’organisation d’événements sur leur territoire en vue des élections européennes et des nombreuses élections locales qui se déroulent sur la même période. Vous pouvez prendre connaissance de certaines initiatives ci-dessous.

La réunion préparatoire (du 5 au 7 avril) du Forum social mondial des économies transformatrices (qui se tiendra à Barcelone en mai 2020) a réuni des représentants de différents mouvements de toute l’Europe et du monde entier.

Unir les forces en ces temps difficiles n’est plus une option – c’est plus nécessaire que jamais. Ce que nous essayons de construire ensemble, c’est un espace ambitieux et précieux pour un engagement concret et la co-construction d’un système financier et économique différent. En tant que RIPESS – avec tous nos membres, partenaires et alliés, nous sommes pleinement engagés pour rendre cela possible.

C’est une période pleine d’écueils, mais c’est aussi l’occasion de vraiment changer le sens du vent si nous agissons (ou réagissons) positivement ensemble.

Transformer l’Europe pour le monde que nous voulons
Drawing New World

Par Josette Combes

Tous les ans en janvier, le Comité de coordination du RIPESS Europe se réunit, accueilli par Eric Lavillunière dans le joli village d’Elne afin de travailler sur la stratégie du mouvement. Cette année deux sujets importants étaient à l’ordre du jour : les élections européennes qui auront lieu en mai et la rencontre de préparation du Forum Social Mondial des Économies Transformatrices (FSMET) en avril à Barcelone. Chacun est persuadé qu’une course de vitesse est entamée pour inverser le cours d’une économie outrageusement prédatrice du capital naturel de la planète engendrant des déséquilibres de plus en plus graves dans les relations des humains à leur biotope et entre eux. Le rôle du parlement européen devient fondamental pour harmoniser les réponses que les pays européens doivent mettre en place d’urgence pour lutter contre le changement climatique et les dérives autoritaires qui menacent la démocratie, en Europe mais pas seulement.

Depuis plusieurs années nous avons travaillé au rapprochement avec les élus locaux pour bâtir à partir des territoires des politiques publiques soutenant les initiatives citoyennes d’économie solidaire. Mais il est tout aussi fondamental de s’adresser aux responsables politiques européens pour qu’ils encouragent tous les dispositifs qui agissent positivement pour maintenir la santé démocratique et écologique des pays européens. Nous sommes en train d’élaborer un texte que chacun peut adresser à ses candidat.es pour les élections du Parlement Européen. Plus nous serons nombreux à le faire, plus il leur sera difficile d’en ignorer les revendications. On lira également à ce sujet la proposition d’Alain Caillé pour une “République européenne“.

Le RIPESS Europe participe aussi a une campagne pour ces élections sur la production et la consommation durable avec d’autres réseaux comme lz FTAO et IFOAM et avec Friends of the Earth et plusieurs autres organisations, nous avons élaboré un guide sur comment parler de « l’Europe que nous voulons ».

C’est également l’objectif central du FORUM SOCIAL MONDIAL DES ECONOMIES TRANSFORMATRICES de rassembler toutes les forces de résistance et de proposition pour un meilleur futur du monde. Prenez connaissance de l’appel à participation et retenez la date.

Heureusement, les initiatives ne manquent pas et sont revigorantes pour regonfler l’énergie et l’espoir. Qu’il s’agisse des monnaies locales, de l’énergie renouvelable, de l’organisation des communs, les mobilisations sont bien là.

Les projets européens qui permettent des coopérations entre membres sont centrés sur la transmission grâce à la formation. Il est essentiel de former de nouvelles générations pour continuer à inventer les solutions du futur.

Par ailleurs, au cours de la réunion à Elne, Jean Louis Laville , membre du Conseil consultatif du RIPESS EU, nous a rejoints pour envisager de quelle façon le Conseil Consultatif pouvait contribuer à la recherche au sein du réseau. On trouvera ici les liens vers 3 vidéos qu’il avait réalisées pour le Forum Régional de l’Economie Sociale et Solidaire, sur le “changement d’échelle“.Ce changement d’échelle doit être envisagé non comme une course à la croissance mais bien comme un processus intense de dissémination des fondamentaux de l’ESS pour qu’ils remplacent de façon virale la culture de la compétition, du profit à tout prix, des concentrations de pouvoir et de fortune au détriment de la qualité de vie de la majorité des humains.

Transformer nos économies, stopper le changement climatique !
décembre 21, 2018
0
War on Climate Change (The New Republic)

La troisième guerre mondiale a déjà commencé. Et cette fois, “l”ennemi” est partout. C’est la guerre contre le climat : tout un système qui est devenu fou – basé sur une croissance non durable, les énergies fossiles, l’extraction des ressources naturelles et une distribution extrêmement injuste et discriminatoire de la richesse – provoquant une destruction qui est potentiellement à la plus grande échelle qui soit. Ce n’est pas seulement dévastateur pour l’environnement, c’est la source d’injustices énormes, d’une “pauvreté climatique” et d’une absence d’avenir. Nous traversons une crise systémique et nous avons besoin de solutions de rechange systémiques pour nous en sortir.

Cette année 2018 s’est terminée par des événements contrastés. D’un côté, il y a eu la COP24 en Pologne, qui s’est achevée pratiquement sans progrès par rapport à l’Accord de Paris pour le climat de 2015. D’autre part, de plus en plus de citoyen.ne.s organisé.e.s (ainsi que beaucoup de ceux et celles qui ne sont’ habituellement pas “activistes”) ont commencé à “se rebeller” et à “construire des alternatives” de mille et une manières partout sur la planète.

Comme le résume le Guardian, “selon les objectifs actuels, le monde est en route vers un réchauffement de +3C au-delà du niveau pré-industriel, ce qui, selon les scientifiques, serait désastreux et entraînerait des sécheresses, des inondations, une élévation du niveau de la mer et le déclin de la productivité agricole”. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a publié, il y a deux mois, un rapport avertissant que permettre au réchauffement d’atteindre 1,5°C serait déjà extrêmement dangereux.

Il s’agit là d’un échec retentissant de nos gouvernements et de leur modèle de croissance économique fondé sur le marché, contre lequel nous devons réagir énergiquement. “Nous sommes la dernière génération qui peut sauver la planète”, telle était la devise de la campagne Alternatiba cette année. Il est temps de riposter ! Nous devons élever notre niveau de résistance et de propositions concrètes pour un autre système économique, pluriel et transformateur. C’est ce que propose le Forum social mondial des économies transformatrices, qui devient une réalité aussi grâce aux membres du RIPESS. Les personnes travaillant sur les Communs et la production par les pairs / la gestion communautaire, sur l’approche Ecoféministe, sur l’agroécologie et la souveraineté alimentaire, sur la production et la consommation relocalisées et sur l’économie sociale et solidaire (avec toutes ses différentes pratiques) et d’autres mouvements de transition se réunissent pour travailler sur un agenda commun vers un changement systémique.

Mais nous devons aussi avancer et nous ouvrir à d’autres mouvements citoyens émergents, comme ceux des gilets jaunes dans les rues de France, ou les travailleurs précaires, dont beaucoup sont des jeunes, conscients de l’avenir qu’ils devront (re)construire. Ou encore les réfugiés et les migrants, et toute l’économie de la diaspora qu’ils ont bâtie pour survivre.

Les élections du Parlement européen auront lieu en mai de l’année prochaine. Nous pouvons faire notre part pour dire quelle Europe nous voulons. Comment l’Europe peut-elle favoriser une économie et une société positives et cesser de subventionner et de promouvoir un système fondé sur la dette, compétitif et destructeur ? Le pilier social européen approuvé cette année va dans la bonne direction, mais n’est certainement pas suffisant.

Nous devons plus que jamais unir nos forces pour changer l’imaginaire des gens et montrer qu’il y a encore de l’espoir dans nos communautés, bien qu’il y ait de puissants mouvements réactionnaires et qu’il ne reste pas tellement de temps. Ce n’est certes pas facile, mais comme le montrent les initiatives illustrées ici (qui ne sont qu’une infime partie de ce qui existe), c’est certainement possible.

[Jason Nardi – délégué général RIPESS Europe]

PS : Et bien sûr, meilleurs voeux pour les fêtes et pour la nouvelle année !

Aller à la barre d’outils