Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
582
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
AG2019
AG2019
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
Membres
nc
Newsletter
Point de vue
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Unir nos forces pour une stratégie commune

L’économie solidaire pour un changement social, environnemental et économique radical pendant et après la crise pandémique. Coordonnons-nous pour donner de l’efficacité et du concret à nos voix !

Le Réseau italien pour l’économie solidaire (RIES), un organisme unitaire représentant des réalités, des associations et des coopératives de toute l’Italie qui travaillent pour le changement vers une société et une économie justes, solidaires et durables, estime que la situation actuelle de grave crise sanitaire et économique est en même temps une occasion extraordinaire : – de repenser les modes de vie et de consommation – pour une reconnaissance dans les faits de l’énorme valeur sociale des pratiques de l’économie alternative. Ces dernières semaines, de nouveaux fonctionnements ont été activés dans les territoires, allant de la logistique des solidarités aux réseaux de coordination entre les petits producteurs agricoles et les groupements d’achats solidaires (GAS), en passant par des initiatives concrètes et “visibles” en faveur des segments les plus fragiles de la population.

Le 23 mars, le RIES a organisé une réunion à distance avec plus de 90 participants de toute l’Italie qui a permis de comparer les difficultés et les solutions avec lesquelles de nombreux GAS et autres réalités similaires ont dû faire face aux conséquences sur leurs systèmes d’échanges dues à l’état d’urgence et aux limitations dans les déplacements. Afin de faciliter et de protéger la continuité de ces expériences, face à des décrets qui ne les favorisent certes pas, nous avons préparé quelques documents que les GAS et les structures de logistique solidaire peuvent utiliser pour fonctionner dans le respect des dispositions en vigueur :

  • une lettre destinée aux préfectures sur les méthodes actuelles d’achats des GAS à leurs propres producteurs, expliquant la nature des GAS et leurs activités, pour laquelle la demande d’autorisation est renouvelée;
  • un modèle d’auto-certification pour les membres des GAS pour qu’ils et elles puissent retirer leurs commandes (dans les lieux de distribution) ;
  • un modèle d’auto-certification pour la ou les entités responsables de la distribution aux GAS.

Dès maintenant, unissons nos forces pour une stratégie commune !
Des appels très forts et partagés sont lancés par un certain nombre de personnes proches de nous. Dans le sillage d’une volonté prioritaire d’écoute et d’approfondissement des réflexions élaborées dans cette nouvelle situation, chacune ayant sa spécificité et chacune dans ses domaines d’activité, nous entendons, en tant que RIES, interpréter au mieux notre rôle spécifique. Nous proposons donc de mettre en place un forum de discussion dans lequel TOUS et TOUTES ensemble nous pourrons réfléchir à la manière dont nous pouvons unir nos forces dans une stratégie commune qui sera non seulement efficace vis-à-vis de nos mondes, mais qui pourra aussi élargir l’audience à la majorité de la population.

De la même manière, nous souhaitons unir nos voix pour promouvoir une communication publique vigoureuse qui puisse atteindre les institutions à tous les niveaux et impliquer également le monde varié des réalités économiques et sociales les plus touchées par les conséquences de mesures restrictives prolongées. L’invitation s’adresse à la fois aux membres du RIES et à tous les réseaux et organisations actifs et participant à la volonté émergente de changement social, en essayant de tirer parti des nombreuses pratiques et valeurs qui nous unissent, plutôt que des différences qui nous caractérisent, pour les considérer dans tous les cas comme une richesse.

Le conseil d’administration du RIES – Réseau italien de l’économie solidaire
www.economiasolidale.net

Communiqué RIES – Rete Italiana Economia Solidale

SmartketPlace : Au-delà d’Amazon et des GAFAM !

APRES-GE et la monnaie locale, le Léman ont participé au Hackathon VersusVirus avec plusieurs de leurs partenaires et ont soumis le projet “SmartketPlace : Safe and Short circuits for our goods, services and personal data”.

Présentation de SmartketPlace : https://drive.infomaniak.com/app/share/107562/03be1418-f2fd-4847-b531-4984b92e1758

Vimeo : https://vimeo.com/404340971


Voici le résultat du travail de notre équipe lors du hackathon VersusVirus. Notre premier défi a été d’intégrer une équipe multidisciplinaire et internationale d’experts hautement qualifiés, engagés et partageant la même philosophie des données personnelles et des marchés locaux, deux sujets remis en cause par la crise de Covid-19.

Nous ne nous connaissions pas il y a 10 jours. Et nous avons créé en quelques jours, avec notre passion et notre expérience, un projet disruptif : SmartketPlace : Au-delà d’Amazon et des GAFAM (1) !

Concrètement : un marché généraliste durable, social et solidaire, centré sur la personne, pour les communautés locales, reproductible “partout sur la planète” et avec des données sécurisées à la source.

SmartketPlace est une alternative aux grandes plateformes centralisées.

SmartketPlace est en opensource, et sera répliquée partout, localement.

SmartketPlace gère l’ensemble du processus d’échange de biens et de services (Commande / Payement / Livraison).

La gouvernance de la SmartketPlace est basée sur une architecture technologique solide, reposant sur l’articulation de :

  • des modèles sémantiques d’intelligence artificielle (I.A.) (par DEMS),
  • les protocoles de données personnelles (par Jlinc),
  • et la sécurisation des paiements (par Com’Chain, la blockchain des Communs).

La Sphère de partage des données (DATA Sharing Sphere) est créée par la Communauté des utilisateurs.trices. Les consommateurs.trices et les PME (la communauté) définissent les règles régissant la place de marché, qui seront automatiquement interprétées à l’aide de la même technologie (DEMS). Les définitions harmonisées des données permettront aux membres de la communauté d’accorder et de révoquer les droits d’accès à leurs données, en utilisant automatiquement le protocole de partage des données (JLINC), et en sécurisant leur décision sur la blockchain dans un grand livre distribué sécurisé (Com’chain). Les données générées par SmarketPlace seront produites pour le bénéfice de la communauté.

Qui sommes-nous ? APRES-GE (Chambre genevoise de l’économie sociale et solidaire), la Monnaie Léman (monnaie locale de la région du Lac Léman) et BLab Suisse travaillent depuis quelques mois sur le concept d’une place de marché. Ils ont récemment rencontré MyData et PersonalData, et ont décidé de saisir l’opportunité de la crise pour construire une place de marché basée sur la sécurité des données personnelles. Le Département d’économie de l’État de Genève (DGDERI), ainsi que Fondetec (Fondation de la Ville de Genève), Global Data Exellence, JLINC et ComChain se sont joints à eux, en tant qu’experts, et ont travaillé ensemble.

Ce que nous avons réalisé au cours des dernières 48 heures :

  • Mise en relation et l’intégration opérationnelle d’une équipe multidisciplinaire d’experts engagés et partageant la même vision
  • Modèle d’intégration des éléments de gouvernance de SmartketPlace
  • Modèle d’intégration des composants fonctionnels de SmartketPlace
  • Mise en place et fonctionnement du modèle d’affaires
  • Création d’exigences fonctionnelles et commerciales
  • Création d’une maquette de prototype pour l’application (Mock up)
  • Budgétisation du projet pilote

Quand ? Nous sommes prêt.es pour les prochaines étapes ! Il nous faut maintenant environ 90 000 CHF pour finaliser la plateforme pilote. Nous avons l’intention de proposer un MVP dans un délai d’un mois.

Restez à l’écoute et découvrez les SmartketPlaces, nous l’espérons, dans quelques semaines ! Nous avons besoin de solutions qui répondent au problème du partage des données et de la souveraineté des données personnelles et qui permette de commercer en circuits courts . Dépassons les GAFAM et reconstruisons la CONFIANCE ensemble !

Par Après-Ge, Suisse

(1) GAFAM: Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft

Commerce équitable en temps de crise

Il ne fait aucun doute que la crise actuelle aura un impact négatif énorme sur l’économie mondiale. Les agriculteur.trices et les travailleur.euses vulnérables du Sud seront certainement parmi les plus touché.es par la récession qui s’annonce. Nous sommes en contact avec les entreprises et leur offrons notre soutien pour la commercialisation responsable de leurs produits issus du commerce équitable. Dans le même temps, nous utilisons les médias sociaux et d’autres canaux de communication pour convaincre les consommateur.trices qu’il est devenu encore plus important de prendre des décisions d’achat responsables.
Fairtrade International, en collaboration avec les organisations nationales du commerce équitable, les organisations de commercialisation du commerce équitable et les réseaux de producteurs, surveille la situation et trouve tous les moyens possibles pour aider les producteur.trices et les entreprises du commerce équitable à traverser la crise. L’une des mesures immédiates appliquées est une nouvelle directive sur les standards du commerce équitable. Comme l’a annoncé le Comité des normes, les organisations de producteur.trices et les plantations certifiées Fairtrade ont gagné en flexibilité dans l’utilisation de la prime Fairtrade. L’argent peut désormais être distribué en espèces aux agriculteur.trices et aux travailleurs et travailleuses, leur assurant ainsi un revenu supplémentaire en cette période difficile. La prime du commerce équitable peut également être dépensée pour des mesures d’hygiène et de protection, comme des gants jetables ou des masques faciaux.

Nous vous invitons également à consulter nos documents publiés en anglais (veuillez cliquer sur le bouton “Pobierz wersję cyfrową” pour télécharger les PDF) :

  • Fairtrade Polska 2019 In Review ; le rapport est un aperçu de l’activité de Fairtrade Polska en 2019. Il comprend les faits les plus importants sur le commerce équitable, notre organisation et la croissance du commerce équitable en Pologne, ainsi qu’un résumé des opérations.
  • Rapport de Fairtrade Polska 2018.
  • Qu’est-ce que le commerce équitable ? Une brochure en anglais expliquant comment le commerce équitable soutient les agriculteurs et les travailleurs.
  • Fairtrade Empowerment (2017) ; une étude de cas sur la coopération des petits producteurs de bananes formant la coopérative ASOGUABO en Équateur.
  • Fairtrade bananas on the Polish Market (2016 ; publié par la fondation Buy Responsibly) ; un résumé du rapport sur le marché de la banane en Pologne et en Europe et des conseils pour introduire des bananes certifiées Fairtrade sur le marché polonais.

En outre, nous avons récemment publié des brochures “Qu’est-ce que le commerce équitable” en russe et en ukrainien. Veuillez cliquer sur le bouton “Pobierz wersję cyfrową” pour télécharger le PDF.

Nous vous recommandons également notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/fairtradepolska. En particulier, veuillez regarder les vidéos concernant la situation actuelle : https://www.youtube.com/watch?v=z2vHX2fda-g et https://www.youtube.com/watch?v=Bp-wAiias9w (ici vous pouvez voir la plupart de notre équipe au travail 🙂)

De Andrzej Żwawa │ Fairtrade Polska

Appel à des mesures de soutien spécifiques pendant la crise du Coronavirus en faveur des formes inclusives et intégrantes d’emploi

Un appel unifié d’ENSIE, RREUSE, Social Firms Europe – CEFEC et CEC.

A l’attention des Présidents et représentants des institutions européennes et des Membres du

Parlement européen,

A l’attention des représentants des Gouvernements,

Depuis plusieurs semaines l’Europe vit une période de confinement afin de lutter contre la propagation du Coronavirus. Vous le savez, la restriction des déplacements de population a eu pour conséquence le ralentissement et même la fermeture de nombreuses entreprises, mettant un coup d’arrêt à l’économie des pays. Les associations et entreprises inclusives que nous représentons sont également fortement touchées dans leurs activités et une majorité d’entre-elles sont contraintes d’arrêter le travail. Le sort des personnes que nos structures accompagnent chaque jour est également préoccupant. C’est le cas notamment des personnes peu qualifiées, des jeunes, des chômeurs de longue durée, des personnes au- delà de 50 ans et des personnes appartenant aux minorités désavantagées. Nous devons également considérer les personnes autrement marginalisées socialement, notamment les femmes et les migrants. Les Entreprises sociales d’insertion (ESI) et leurs employés, particulièrement les plus fragilisés, sont profondément préoccupés par la situation actuelle. Nous demandons, ensemble, avec les différents réseaux représentants les ESI, les actions suivantes pour alléger le poids de la crise sur ce secteur déjà sensible.

Nous saluons les annonces de la Commission européenne faites la semaine dernière. Cependant, nous demandons que les actions suivantes soient prises en considération :

  • S’assurer et contrôler que les États membres prennent en compte les ESI et leurs employés et les soutiennent.
  • Veiller à ce que les plus vulnérables soient directement concernés par la proposition de la Commission européenne dans son Initiative d’investissement dans la lutte contre le Coronavirus pour faciliter le déploiement du “Fonds social européen pour soutenir temporairement les régimes nationaux de travail de courte durée qui contribuent à amortir l’impact du choc” et en bénéficient effectivement.
  • Développer un cadre flexible pour les aides d’État : autoriser des seuils plus élevés pour les aides à l’emploi et les aides ‘de minimis’ pour les ‘travailleurs défavorisés et les travailleurs gravement défavorisés’.
  • Développer un cadre fiscal flexible pour la suspension des paiements de la taxe sur les sociétés et de la taxe sur la valeur ajoutée et des cotisations sociales…

Voir le reste de l’appel ici.

Message de solidarité avec les membres d’URGENCI autour du monde

Le virus Covid19 se répand rapidement sur la planète, et affecte nos vies, plus dans certains pays que dans d’autres.  Cette pandémie nous conduit à un certain nombre de réflexions collectives non seulement sur nos systèmes alimentaires, mais également sur nos systèmes politiques et économiques. 

Bien que la nature du virus ne soit pas grave pour beaucoup, il faut cependant parvenir à l’identifier et à prendre les mesures de précaution fortes nécessaires afin de protéger les plus vulnérables. Cela peut sembler avoir des conséquences moindres dans les pays où il existe une sécurité sociale et des systèmes de protection sanitaires développés. Dans les pays où cela n’existe pas, cela signifie que de nombreuses personnes n’ont pas les moyens de consulter un médecin, ce qui constitue un facteur supplémentaire pour accélérer la propagation du virus. De plus, tout le monde n’a pas les moyens de couvrir les soins hospitaliers qui peuvent s’avérer nécessaires. Et fermer les écoles peut conduire à supprimer le seul repas de la journée pour les enfants dans certains pays…

De nombreux habitant.es des régions dans lesquelles des mesures de confinement ont été prises ne peuvent pas couvrir leurs frais alimentaires ou l’achat de biens de première nécessité, ni leurs frais de logement. Les mesures de confinement affectent en particulier les personnes auto-employées et les travailleurs précaires. 

Nous croyons que l’accès universel aux soins de santé est un droit fondamental, comme le droit à l’alimentation et à la nutrition, et nous pensons de plus que des formes de revenu universel et de salaire minimal garanti pourraient contribuer à adoucir la situation, tout comme les congés maladie.

Au même moment, nombreux sont les pays où des phénomènes climatiques majeurs ont déjà affecté les producteurs membres de notre réseau: au Pays basque français, beaucoup ont perdu leurs serres. Dans certaines régions du Royaume-Uni, il y a eu de graves inondations. Ce ne sont là que deux exemples parmi tant d’autres. En Chine, nous savons à quel point nos paysans en ASC ont été débordés, faisant face à une immense demande de produits alimentaires locaux et sains alors même que des provinces entières du pays ont été placées en quarantaine. 

L’un des aspects clefs de l’Agriculture soutenue par les citoyens est la solidarité: solidarité entre les mangeurs et les producteurs; solidarité entre les mangeurs, et solidarité entre tous les membres de chaque ASC, quelle que soit la cause. 

En cette période éprouvante, plus que jamais, nous devons agir en accord avec nos valeurs et nos chartes, et devons faire attention les un-e-s aux autres plus encore que jamais auparavant. Nous sommes solidaires de tou-te-s nos membres et au-delà, et vous souhaitons à chacun et chacune, ainsi qu’aux vôtres, de rester en bonne santé. Nous veillerons à ce que le droit à l’alimentation et à la santé ainsi que les autres droits humains soient protégés, et que cette crise du coronavirus nous aidera à faire plus attention les uns aux autres et à être solidaires afin de protéger ensemble notre environnement, notre terre, nos semences et notre eau ainsi que notre santé.

Urgenci a déjà pris le 12 mars le décision de suspendre toutes les rencontres internationales prévues jusqu’à ce que nous soyons sûrs que ces activités ne mettront plus en danger la santé des participants. Enfin, Urgenci propose dès aujourd’hui ses outils de communication à distance pour garder le contact et échanger sur la situation dans l’ensemble de notre réseau planétaire.

Judith Hitchman, de la part du Comité international d’Urgenci

Et le jour d’après ? Pour un « CoronaReset »

De la part d’un groupe de citoyens issu de la société civile et de la sphère culturelle, de citoyens actifs dans une volonté de changer ce monde pour que ce saut de paradigme tant espéré voie le jour, pour qu’après cette crise sanitaire mondiale, on ne nous resserve pas la même soupe, devenue imbuvable.

Mesdames et messieurs les dirigeants et tous ceux qui ont du pouvoir dans ce monde, chères citoyennes et chers citoyens,

Croyez-vous vraiment que nous vivrons comme avant, le jour d’après ? Croyez-vous vraiment que nous accepterons encore d’être ces serviles citoyens suiveurs d’un monde où l’on nous a vendu une croissance soi-disant infinie comme modèle de société, avec le capitalisme financier comme adjudant, la consommation et les plaisirs immédiats comme corollaires ? Du pain et des jeux en somme. Vieux comme l’histoire !

Croyez-vous vraiment qu’après avoir perdu certains de nos proches ou de nos concitoyens, nous aurons encore envie de cette vie où nous passons parfois plus de temps sur les routes pour aller travailler, qu’auprès de nos enfants et nos proches ?

Croyez-vous vraiment que nous aurons encore envie de consommer cette nourriture bourrée d’additifs, de pesticides et autres molécules néfastes pour notre organisme, comme le montrent régulièrement les échantillons sanguins récoltés pour des analyses qui donnent froid dans le dos en termes de substances toxiques que nous n’aurions jamais dû ingérer ?

Croyez-vous vraiment que nous allons encore accepter cette destruction massive de notre environnement – notre maison – et de la biodiversité, source de vie pour notre planète et pour nous ?

Croyez-vous vraiment que nous accepterons encore ces écarts de richesse indécents, dignes des meilleurs livres de Zola, écrits à un autre siècle ?

Nous sommes certains, gens de pouvoir, que vous pensez déjà à l’après : comment rebondir ou activer notre résilience, pour utiliser un vocabulaire à la mode. Et bien, c’est l’occasion rêvée pour rebondir autrement, pour faire mieux, pour nous créer un monde plus juste, où les relations humaines auront repris une place plus importante que celle des transactions financières et des dividendes à distribuer à une minorité, un monde où le travail sera mieux réparti afin que la moitié de l’humanité ne trime pas jusqu’à l’essoufflement, au détriment de sa qualité de vie, tandis que l’autre moitié vit dans la misère faute d’avoir accès à ce Graal de boulot. Un monde qui respectera toute l’humanité, animaux et écosystèmes compris. Un monde où notre être pourra se construire autrement, avec ses dimensions multiples et non plus confiné à celle, unique, de producteur de richesses économiques.

Nous n’osons pas imaginer ce qui risque de se passer si nous demeurons figés sur des modèles économiques identiques, alors que les Etats vont dépenser des budgets colossaux pour gérer cette crise sanitaire. Quelles dettes pèseront sur nos pays, si nous conservons les mêmes mécaniques économiques ? Allez-vous annuler ces dettes ? Celles des pays africains aussi ? Ou allez-vous à nouveau prôner l’austérité pour tout rembourser, alors que la crise de 2008 a démontré que cela ne fonctionne pas et que cela accentue encore la disparité sociale et les dangereux clivages au sein de nos sociétés ?

Il s’agit d’une demande a-partisane, et a-dogmatique. Une réflexion simple et basée sur le bon sens, car pour résister, nous avons aussi besoin d’espérer. Et cet espoir ne réside pas en un retour vers l’état préexistant de nos sociétés, mais dans celui d’un saut de paradigme que tellement de philosophes, économistes, écologues, sociologues, appellent de leurs vœux depuis des années. La crise sanitaire sera difficile à gérer, mais elle devra l’être au même titre que les crises sociales et environnementales.

Et si ce ressenti nous est venu après une semaine de confinement imaginez seulement après quelques semaines !

Nous sommes convaincus qu’il faudra associer les citoyens et les acteurs de la société civile à ce changement, et ce, d’une manière inédite. Qu’il faudra imaginer avec eux, avec nous, les moyens d’en faire les réelles parties prenantes d’un processus large et dont l’ouverture se justifie par le caractère exceptionnel du moment. La démocratie, elle aussi, devra se réinventer.

Alors, ces semaines-là, mettez-les à profit pour nous préparer un autre monde. C’est le moment et c’est absolument nécessaire. Il y a des rendez-vous avec l’histoire où il faut le courage de prendre de grandes décisions. A bon entendeur…

De SAW-B, Belgique

Covid-19 : Synthèse des mesures à destination des acteurs de l’ESS

Les collectivités locales sont fortement mobilisées pour assurer la continuité du service public, accompagner les nombreuses initiatives citoyennes solidaires, mais aussi soutenir les acteurs de l’ESS. Retrouvez quelques mesures prises par les adhérents du RTES en soutien aux acteurs ESS. Retrouvez également notre synthèse des mesures gouvernementales, ainsi que les initiatives prises par les réseaux d’acteurs de l’ESS et les réseaux de collectivités locales. 

Une adresse pour nous informer de vos initiatives: animation@rtes.fr

Liste des :

  • Mesures gouvernementales 
  • Mesures des collectivités territoriales
  • Mobilisation des réseaux d’acteurs de l’ESS

Voir toutes les mesures ici.

De RTES

Face à la crise, la solidarité

L’économie sociale et solidaire appelle à se concentrer non seulement sur les conséquences de cette crise, mais aussi sur les causes qui nous ont conduits à ce point. Et à travers REAS, elle lance un guide des initiatives, collaboratif et en construction permanente, qui sert de liste de référence mais qui peut aussi être très utile comme source d’inspiration pour la reproduction.

Nous vivons une époque de changement et de confusion. La nouvelle situation dans laquelle nous nous sommes trouvé.es inséré.es en quelques semaines est celle d’un scénario en bien des termes radicalement différent de celui que nous vivons ; et ce qui est à venir est encore plus incertain, bien que les signes et les présages, au moins à court et moyen terme, ne soient pas trop optimistes…

Mais au milieu de tant de doutes, il y a des lumières et des certitudes, comme celle qui nous rappelle que la crise sanitaire provoquée par le COVID-19 s’inscrit dans une crise plus large ; une crise qui a une forte dimension économique et écologique, et qui met à nouveau en évidence le déclin du système de civilisation actuel hérité de la révolution industrielle et de la Modernité qui a tourné le dos à la vie, avec sa logique écrasante de production et de croissance illimitée. Comme l’indique Carlos Rey, coordinateur de REAS Red de redes, “la réponse à une crise ne doit pas seulement se faire en s’attaquant aux conséquences qu’elle provoque, mais aussi à ses causes et aux mesures de prévention. Dans un modèle d’économie capitaliste, les crises affectent la population de manière très inégale, puisque la valeur de la compétitivité prédomine, tandis que dans une économie solidaire, toutes les personnes sont prises en compte de manière équitable, et de plus, la valeur de l’intercoopération nous permet de faire face collectivement et solidairement à la fois aux causes et à leurs solutions”.

De nombreux articles se penchent déjà sur ces causes et ces relations, et ce n’est donc pas l’objet de ce texte, mais plutôt de mettre l’accent sur les initiatives qui s’articulent pour faire face à cette crise. Nous le constatons ces jours-ci dans des initiatives telles que le Plan de choc social, où des dizaines d’organisations de tout l’État se réunissent pour exiger des mesures urgentes afin de garantir les droits les plus fondamentaux en matière de logement, de travail et de santé, axes autour desquels des actions urgentes sont réclamées : renforcer la santé publique ; protéger la santé au travail des travailleurs des services essentiels ; paralyser toute activité économique et productive non essentielle ; interdire les licenciements et instaurer un revenu de base ; suspendre le paiement des loyers, des hypothèques et des fournitures de base et mettre un terme à toutes les expulsions ; garantir des ressources publiques suffisantes pour la mise en œuvre du plan de choc social, etc.

Comme celles-ci, il existe une multitude d’initiatives qui répondent à la crise sanitaire, économique et sociale dans laquelle nous nous trouvons. C’est pourquoi REAS Red de redes a voulu contribuer à cette connaissance collective, en rassemblant et en socialisant certaines des plus représentatives dans un guide collaboratif et en construction, qui servira non seulement de liste de dépôt et de consultation mais aussi de source d’inspiration pour la reproduction et l’adaptation des expériences entre les territoires. En outre, cet outil comprend une section de nouvelles spécifiques sur la crise de COVID-19 qui sera mise à jour périodiquement dans le portail de l’économie solidaire qui dynamise le réseau. Troisièmement, ce guide inclut un positionnement du réseau dans la crise actuelle où, à partir du prisme de la Charte des principes de l’économie solidaire, l’objectif a été de donner une vision de ce modèle économique et de ce mouvement social.

Ces initiatives que le guide inclut, et que ces jours d’enfermement ont fait vibrer nos mobiles et nos journées avec des messages incessants, sont des expériences débordantes de coopération, de solidarité et de soutien mutuel qui donnent un sens à des décennies de la trajectoire de l’Économie Solidaire et d’autres mouvements sociaux transformateurs, tels que l’écologie sociale ou les féminismes, qui ont affronté le système et construit en parallèle d’autres façons de faire de l’économie, de créer des liens et des relations, bref, de tisser un autre monde. Nous espérons que leur expérience se répandra dans une pandémie de solidarité qui nous permettra de passer enfin à un système qui prend soin de la vie.

Par Blanca Crespo de REAS RdR pour Revista Alternativas Económicas (Espagne)

La crise du coronavirus, une chance pour une transformation socio-écologique ?

En très peu de temps, le monde semble avoir été bouleversé par le COVID-19. Nous nous dirigeons vers une crise majeure. Que pouvons-nous en apprendre et emporter avec nous pour la période qui suivra la crise ?

En très peu de temps, une nouvelle maladie est devenue la pandémie mondiale “Coronavirus”. Bientôt, les événements ont balayé le monde entier et à la mi-mars, on parlait déjà de la plus grande crise depuis la Seconde Guerre mondiale. Mais quels phénomènes économiques et sociaux mondiaux sont à l’origine de cette crise, quels défis socio-éthiques pose-t-elle ? Et quelles possibilités avons-nous de tirer les leçons de la crise pour un redressement socio-écologique ?

Texte complet en allemand ici.

Écrit le 25 mars 2020 par Bernhard Leubolt, ksoe, Autriche

Restons solidaires
mars 24, 2020
0

Pour plus de textes, messages et articles sur les solutions alternatives face à la crise de Covid-19, veuillez visiter notre page :

Chers tou(te)s,

Nous traversons une période très problématique. La crise du Covid 19 a créé une situation totalement inédite : une menace de pandémie que chacun, après avoir éventuellement  douté de sa réalité, est contraint de prendre au sérieux. Les questions épidémiologiques ne sont pas nouvelles (VIH, Vache folle, SRAS, Ebola, Zika, H1N1) sans oublier les grandes pandémies que sont le choléra, la variole, la tuberculose qui ont tué plusieurs millions de personnes  avant que la médecine ne trouve les moyens de soigner et d’immuniser les populations. Ce qui change sans doute, c’est la prise de conscience que nos modes de vie sont par essence des vecteurs de pandémie et en premier les flux de personnes et de marchandises. Mais cela est à mettre en lien avec les éventuelles défaillances des systèmes de santé très dépendants des composants fabriqués hors des frontières mais surtout très affaiblis dans leurs organisations par les atteintes des systèmes publics dû à l’idéologie du « cost cutting ».

Il serait indécent de se réjouir d’une démonstration à l’avantage de ce que nous préconisons depuis fort longtemps à savoir la relocalisation des économies de survie : alimentation, santé, énergie, éducation. Or cette crise remet en cause les systèmes mondialisés tout en menaçant les structures de proximité qui résistaient à l’hégémonie des grands groupes. Les logiques sont pour le moins contestables : recourir à la grande distribution pour l’approvisionnement et interdire les commerces de proximité alors que ces derniers sont plus en mesure de réguler l’accès en imposant un nombre limité de personnes en même temps. Le résultat risque d’être catastrophique : petits producteurs, librairies, lieux de spectacle vivant, petits cinémas ruraux ou de quartier, travailleurs indépendants etc., au bénéfice, hélas de la grande distribution qui bénéficie à plein du confinement des consommateurs.

Face à cette situation, la solidarité est la réponse essentielle. Un peu partout, les gens s’organisent pour sauver ce qui peut l’être : épicerie solidaire, achats groupés, reconversion des stocks des restaurants désertés pour fabriquer des repas solidaires, soutien aux soignants, plates-formes d’écoute des personnes isolées etc.

Nous avons le privilège au RIPESS d’utiliser beaucoup le télétravail et nous préparons un bulletin d’avril que nous souhaiterions concocter en lien avec nos membres. Nous vous sollicitons pour nous faire part des mesures qui ont cours chez vous de mise en œuvre de cette solidarité qui est le ciment revitalisant des êtres humains entre eux.

Prenez soin de vous et des autres. Soyons humainement responsables d’une issue rapide à cette épidémie et nous savons tous qu’ensuite nous reprendrons notre travail de plaidoyer et de mise en acte pour une économie solidaire respectueuse des humains et de la planète.

Et nous ne saurions conclure sans rendre hommage à tous ceux et celles qui sont en avant poste pour soigner, nourrir, accompagner leurs congénères dans cette aventure dangereuse. Qu’ils soient ici remerciés chaleureusement.

Par Josette Combes

Aller à la barre d’outils