Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
582
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
AG2019
AG2019
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
cooperation
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
Membres
nc
Newsletter
Point de vue
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
RIES : Création à Rome du réseau italien pour l’économie solidaire
RIES Roma founding meeting

Le 18 et 19 janvier 2020, le nouveau réseau national italien a été fondé, réunissant des associations, réseaux et entreprises de tout le pays qui partagent les valeurs et les pratiques de l’économie solidaire.

La nouvelle association compte 22 membres fondateurs qui ont signé le samedi 18 janvier à Rome les termes du réseau italien pour l’économie solidaire (RIES). Le nouveau Réseau marque un point d’arrivée et un tournant fondamental pour le mouvement italien de l’Economie Solidaire qui, depuis une vingtaine d’années, fonctionne à travers un réseau informel, le RES, et qui, après un long débat, a choisi de s’assembler en une seule et unique entité.

Le RIES sera donc l’association de référence et le lieu de rencontre de plusieurs entités animées par des principes et des objectifs communs, capables à la fois de traiter avec les institutions et les organismes publics et d’entrer en relation avec la société civile, dans le but de promouvoir et de diffuser la culture et les pratiques de l’Economie Solidaire.

L’événement a réuni une quarantaine de participants. Le samedi après-midi a été consacré à mettre en place l’assemblée fondatrice et à composer les différents comités élus. Le lendemain, l’assemblée a ouvert la discussion à toutes les organisations intéressées par une éventuelle adhésion au réseau. Le débat fût très animé et de nombreuses idées et attentes ont émergé ; elles serviront de base aux orientations stratégiques et au plan de travail de l’association dans différents domaines : identité et vision, parcours unitaires, mise en réseau des territoires, modèles d’économie solidaire, finance éthique, formation, relations avec d’autres mouvements nationaux et internationaux.

L’objectif final annoncé consiste à promouvoir une alternative au système économique et financier dominant et une réponse à la situation de crise économique, environnementale, sociale et culturelle croissante.

Les 22 membres fondateurs du RIES, Réseau italien pour l’économie solidaire, sont: DES MODENA, GASTORINO, CAES, DESR PARCO SUD, ALTRO MODO FLEGREO, ASSOBOTTEGHE, FEDERAZIONE PER L’ECONOMIA DEL BENE COMUNE ITALIA, AERES VENEZIA, FONDAZIONE FINANZA ETICA, RES LOMBARDIA, CO-ENERGIA, GAS NETWORK PATTANTI MARCHE, EQUO GARANTITO, CRESER, MERCATO & CITTADINANZA (network CS Bergamo), BILANCI DI JUSTIZIA 2.0, DES ALTRO TIRRENO, OLTRE MERCATO SALENTO, SOLIDARIUS ITALIA, ASS. DEGROWTH, FAIRWATCH, OLTRECONFIN.

Les 9 membres du nouveau conseil d’administration du RIES sont : Jason Nardi, Patrizio Monticelli, Domenico Maffeo, Davide Biolghini, Adanella Rossi, Virginia Meo, Diego Moratti, Pietro Negri, Maria Teresa Pecchini.

Photo d’Alberta Cardinali et Riccardo Troisi

Une délégation de Croatie à Genève pour diffuser l’ESS en Europe !

Article de Après-GE, Chambre de l’Economie Sociale et Solidaire Genevoise.

Dans le cadre du projet européen de coopération Suisse-Croatie auquel participe APRES-GE, une délégation d’une quinzaines de représentant-e-s de deux villes croates Ludbreg et Pregrada est venu découvrir et s’inspirer du réseau genevois de l’Économie sociale et solidaire, les 28-30 octobre 2019.

Dans le cadre de ce projet, une délégation croate de 14 personnes a visité Genève du 28 au 30 octobre dernier. Elle a été composée des maires des deux villes, de fonctionnaires publics et de représentant.e.s de la société civile.

L’objectif de cette collaboration entre la Suisse et la Croatie est de présenter des entreprises genevoises de l’ESS, des fonctionnaires et des élu.e.s, afin que nos partenaires croates puissent s’inspirer des « bonnes pratiques » mises en œuvre dans notre canton. Cet objectif a été atteint. Nos partenaires nous ont fait part de leur grande satisfaction quant au programme qui leur a été préparé et sont partis motivé-e-s à mettre en place des solutions innovantes. Dans une deuxième étape, nous donnerons une formation en Croatie pour construire avec eux des projets concrets. Dans une troisième et dernière étape, nous participerons à une Conférence internationale sur la nouvelle économie à Zagreb. Nous prévoyons une petite délégation genevoise pour cette occasion. Finalement, la Chambre de l’ESS pourrait viser à appuyer la création d’un réseau ESS en Croatie en transmettant nos compétences en la matière et en renforçant nos liens à long terme, sous la forme de partenariats entre entreprises ESS suisses et croates, voire entre municipalités.

Nous tenons à remercier Jean Rossiaud et Lina Yanez du Bureau d’études LES IDEES – membre d’APRES-GE – de mener à bien le suivi de ce projet pour la Chambre de l’ESS.
Une partie du mandat est d’ailleurs versée en Léman, notre monnaie locale.

Le RIPESS organise une tournée d’apprentissage et de formation croisée en économie solidaire aux Etats-Unis

Article du RIPESS International, 8 novembre 2011

Cette semaine, du 8 au 11 novembre, le groupe de travail Éducation du RIPESS organise une tournée pilote d’apprentissage et de formation croisée sur l’économie solidaire organisée par Cooperative Jackson (Etats-Unis) avec la participation de formateurs locaux et internationaux des Etats-Unis, d’Amérique latine et des Caraïbes, du Canada, d’Europe et d’Asie orientale.

L’objectif est de permettre un échange de connaissances entre les formateurs en économie solidaire (ES) et de travailler à l’élaboration d’un programme d’études en ES. Le format de la tournée d’apprentissage, basé sur une expérience locale de ES, et le développement du curriculum seront mis à la disposition d’autres réseaux et initiatives d’ES pour être utilisés et adaptés à leur contexte local. La compréhension de l’ES est un moyen de changer le paradigme économique et social capitaliste actuel vers un monde plus juste et durable.

Pendant ces quatre jours, les participants combineront l’apprentissage en classe pour fournir une base théorique, pratique et des stratégies d’organisation pour construire l’économie solidaire avec des visites de projets sur le terrain pour voir et s’engager dans des pratiques réelles d’économie solidaire.

Parmi les objectifs, ce projet veut piloter et co-développer un programme d’études en ES, ce qui comprend la création de matériel, des méthodologies et des lignes directrices, et animé par des éducateurs en ES du monde entier, ainsi que des gens de la Cooperation Jackson. Et aussi, pour se connecter et apprendre à se connaître et s’engager dans un processus de transformation personnelle : « nous connaître nous-mêmes en relation avec les autres – une compréhension du  » nous  » et de la mutualité ».

En étant une formation de formateurs, ce cours vise également à générer un dialogue de connaissances entre les formateurs qui sont connectés aux mouvements de base de l’ES du monde entier. En adoptant une approche d’éducation populaire, les participants commenceront par la connaissance de chacun d’entre eux et comprendront que chacun est un enseignant et un apprenant.

Cette approche, bien alignée sur l’ES en termes de principes, de fondements et de méthodes, est un processus d’analyse – recherche de modèles, accès à de nouvelles connaissances au besoin, élaboration d’une stratégie d’action, mise en œuvre de cette action, puis retour à une réflexion sur l’expérience, analyse, collecte de nouvelles connaissances pour transformer l’économie locale et mondiale en une société nouvelle fondée sur la justice, l’égalité et l’amour, etc.

L’objectif de l’éducation populaire est de s’engager dans un processus continu de réflexion et d’action afin de transformer la réalité par une libération économique, sociale et politique.

Cooperation Jackson, Mississippi (États-Unis)

Le cours est organisé par la Cooperation Jackson, un projet qui suscite beaucoup d’enthousiasme aux États-Unis et à l’échelle internationale, car il s’inscrit dans une vision plus large visant à transformer l’économie et la société locales et régionales par une stratégie politico-électorale, une organisation populaire par le biais d’assemblées populaires et la construction de l’ES par un réseau coopératif composé de quatre institutions interdépendantes : une fédération des coopératives locales de travail, un incubateur coopératif, un centre de formation et d’éducation coopératives et une banque ou institution financière coopérative.

Pour ces raisons, le groupe de travail sur l’éducation du RIPESS a décidé de collaborer avec Cooperation Jackson pour organiser ce cours et commencer à développer un programme d’économie solidaire qui pourra être utilisé dans le futur par des personnes du monde entier.

Matériel pédagogique sur l’ES disponible sur Socioeco

Le groupe de travail Éducation du RIPESS a dressé une liste du matériel de formation sur l’ES qui sera mis à la disposition de toute personne intéressée ou travaillant dans le domaine de l’ES et de l’éducation. Tout le matériel se trouve dans Socioeco, le centre de ressources du RIPESS et nous invitons tous les formateurs et les réseaux d’ES à envoyer du nouveau matériel à socioeco.org pour être inclus dans la section sur le matériel de formation en ES ou sur la carte spéciale des outils pédagogiques.

Le RIPESS publiera des mises à jour pendant le cours sur nos comptes de médias sociaux Twitter et Facebook. Restez donc à l’écoute pour suivre l’élaboration du programme d’études en ES et les apprentissages de tous les participants au cours de ces quatre journées intenses.

L’économie solidaire montre à nouveau son cœur

Article de REAS, Red de Redes, 14 de noviembre 2019

Pour la cinquième année consécutive, Economía Solidaria montre une fois de plus son cœur en publiant le rapport annuel de la Campagne pour l’Audit Social , un outil de responsabilisation et de mesure de l’impact social, environnemental et de bonne gouvernance, qui est promu par les entreprises d’Économie Sociale et Solidaire (principalement, mais pas seulement, intégrées au REAS RdR). Les organisations qui le réalisent peuvent utiliser les résultats pour s’améliorer en interne tout en obtenant des données agrégées à partir des normes éthiques de l’économie solidaire et du marché social (mercado social).

Dans ce processus d’auto-évaluation, les six principes de l’ESS sont évalués systématiquement, objectivement et périodiquement : politique de gestion des bénéfices, démocratie et équité, durabilité environnementale, coopération, engagement pour l’environnement et qualité du travail. Cet outil permet également un processus de confluence des entreprises de l’Economie Solidaire au niveau de l’Etat espagnol, par lequel depuis 2014 les indicateurs des systèmes d’Audit Social développés sur leurs différents territoires et pilotés par le Groupe de Travail d’Audit Social du REAS RdR ont été harmonisés. C’est à partir de ce processus qu’en 2018, la plate-forme technologique que XES (Xarxa de Economía Solidaria de Catalunya) avait développée dans le cadre de son projet “Enseña el Corazón” a été mise en commun au niveau de l’État espagnol et depuis 2008, la Xarxa propose aux entités associées ou liées à ce réseau une auto-évaluation de leurs performances sur la base de variables regroupées en différents blocs : performance économique, qualité professionnelle, démocratie, égalité, qualité du travail, environnement, engagement social.

Les données que nous présentons correspondent à un total de 530 entités associées et liées aux différents réseaux territoriaux et sectoriels de REAS RdR qui ont mené la campagne cette année (19% de plus que l’année dernière), qui comprend : 191 mille personnes associées – non travailleuses -, près de 22 mille bénévoles qui collaborent au développement des projets sociaux et collectifs, plus de 4 mille trois cents qui participent à la représentation des organisations, et plus de 400 employeurs de sociétés. Si l’on réunit toutes les personnes liées aux entités – non travailleuses- aux salariés – membres ou non, on arrive à un chiffre total de 235 000 personnes liées aux 530 entités qui ont répondu aux questions de l’Audit Social de 2019.

Les résultats suivants peuvent être mis en évidence à partir du rapport global de ce processus d’auto-évaluation :

  • Équité : la différence salariale est de 1,5/1 entre le salaire le plus élevé et le salaire le plus bas de tous les travailleurs ; 60 % des femmes occupant des postes de responsabilité et 88 % des entités favorisent le langage inclusif.
  • Travail : 75 % améliorent les permis légaux de conciliation travail-vie personnelle, 64 % créent des espaces pour l’attention émotionnelle et les soins aux travailleurs, et 47 % ont des règlements internes pour la gestion des relations de travail.
  • Durabilité environnementale : 94 % appliquent des critères de consommation responsable lors de l’achat de produits, 37 % sont des entités à gestion environnementale et 46 % utilisent 100 % d’énergies renouvelables.
  • Coopération et engagement avec l’environnement : 64 % opèrent avec des finances éthiques, 7 % de leurs achats se font dans le cadre du marché social et 7 % dans des entités à but non lucratif.
  • Non lucratif : 63% des revenus proviennent de la facturation contre 28% des subventions. En ce qui concerne la répartition des bénéfices, 65% sont affectés aux réserves, à la compensation des pertes ou aux investissements propres, 10% aux initiatives pour la construction de biens communs et 4% aux investissements des entités financières de la SSE.

Sur la base de ces données et d’autres données dérivées de l’Audit Social 2019, le réseau de réseaux Reas veut rendre visible et valoriser l’activité des entreprises d’économie sociale et solidaire de l’État espagnol, en montrant qu’il existe d’autres modèles économiques réellement responsables et dont les objectifs ne sont pas uniquement axés sur la recherche du profit mais sur la transformation et le progrès de notre société. #EstamosEnlaBrecha

Voir le rapport complet.(en espagnol). Aussi sur socioeco.org

Jetez un œil sur l’infographie générale et l’infographie de genre.

Le nouveau gouvernement finlandais va promouvoir le modèle d’entreprise coopératif
novembre 4, 2019
0
https://pellervo.fi/english/2019/10/29/the-new-government-in-finland-is-going-to-promote-the-cooperative-business-model/

Article de Pellervo, 20/10/2019, par

Publication du programme du gouvernement le 3 juin 2019 à la Bibliothèque centrale d’Oodi. Sur la photo : Pekka Haavisto, Juha Sipilä, Antti Rinne (Premier ministre), Li Andersson et Anna-Maja Henriksson (Zache[CC BY-SA 4.0 (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)])

La Finlande a élu un nouveau gouvernement cette année et, en juin 2019, elle a publié le programme gouvernemental intitulé “Finlande inclusive et compétente – une société socialement, économiquement et écologiquement durable”.

Le programme comporte plusieurs entrées relatives à la promotion des coopératives, ce qui constitue un bon point de départ pour les années à venir. La première et la plus importante entrée est celle où le gouvernement dit : “la formation de coopératives sera encouragée”.

Le programme comprend également des entrées plus détaillées. “La continuité des activités sera assurée en cas de changement de propriétaire. Cela prendra également en compte les situations où les opérations commerciales sont poursuivies par des membres du personnel.” Il s’agit d’une idée antérieure d’un député selon laquelle les coopératives conviendraient dans ce genre de situation.

Les coopératives d’habitation sont également mentionnées : “Nous allons promouvoir et soutenir les coentreprises de construction et la construction coopérative. Nous poursuivrons les projets pilotes de coopératives d’habitation en cours et rédigerons un projet de loi sur les coopératives d’habitation.”

Le gouvernement examinera la nécessité de modifier la législation du point de vue de la transformation du travail. Il s’agit des entrepreneurs et des indépendants, de l’économie de partage et de plate-forme, des nouvelles formes de travail à façon et des coopératives.

Le programme stipule également que les expériences de collaboration entre l’État, les conseils régionaux, les municipalités et les entités et organisations privées seront encouragées sur une base volontaire, et que de nouveaux modèles de financement seront explorés pour celles-ci. Il s’agit d’une étude réalisée par Pellervo Economic Research PTT sur le rôle des coopératives et des ONG.

Il y a aussi un lien évident avec les coopératives dans d’autres régions : “Un programme d’appropriation nationale sera formulé pour soutenir la croissance en fournissant les moyens de construire une base de propriété finlandaise plus forte, plus diversifiée et plus égale.

Intéressant et important du point de vue des coopératives sont également les passages qui disent que les conditions de vie et l’esprit d’entreprise doivent être garantis dans toutes les régions de la Finlande dans une diversité de façons et les possibilités seront fournies pour la croissance et le renouvellement des entreprises, avec une attention particulière aux besoins des différents types de sociétés.

Beaucoup d’autres parties incluent des possibilités pour les coopératives ainsi que des données sociales et sanitaires (coopératives sociales et sanitaires), des industries créatives, la promotion de l’industrie du bois et l’amélioration des conditions de fonctionnement du secteur alimentaire et la nécessité d’assurer un système alimentaire durable dans toute la Finlande.

Lire le programme complet du gouvernement en anglais : https://valtioneuvosto.fi/en/rinne/government-programme/

Traduit avec www.DeepL.com/Translator

Marches mondiales pour la Paix 2019-2020 depuis l’Inde et le Sénégal

​Le 2 octobre 2019 – le 150e anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi, une marche mondiale pour la justice et la paix de 14 000 km, appelée Jai Jagat 2020, débutera de New Delhi à Genève. Les participants seront accueillis par la Ville et Canton de Genève pour une semaine (26 septembre – 2 octobre 2020) d’ateliers, de réunions de plaidoyer et d’événements culturels, qui se dérouleront dans 10 pays avec une formation à la non-violence et des événements sur des thèmes clés de la justice, ainsi que des marches séparées à partir de plusieurs pays en Europe et Afrique du Nord-Ouest ainsi que des délégué.es venus du monde entier.

Cette initiative préconise la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies dans le cadre d’un dialogue avec les agences des Nations Unies à Genève. Quatre piliers du plaidoyer liés aux ODD sont au cœur de la campagne Jai Jagat. Il s’agit de l’éradication de la pauvreté, de l’inclusion sociale, de la justice climatique et de la résolution non violente des conflits.

Des comités locaux tout au long du parcours organiseront des événements quotidiens et des formations quotidiennes sur la non-violence, ce qui en fera une pratique de la non-violence tout au long de l’année. Dans certains pays, de nouvelles familles et de nouveaux individus avec des histoires différentes seront inclus dans la marche.

L’arrivée de la grande marche de Jai Jagat portant le message de Gandhi et la voix des sans-voix est l’occasion parfaite, à travers un dialogue non violent, de promouvoir diverses solutions pour un monde qui fonctionne pour tous. Pour accueillir la marche, un festival/forum de changement sera lancé ; combinant, selon la vision de Gandhi, transformation individuelle et changement collectif. Une contribution novatrice au rôle clé de Genève dans le succès de l’Agenda 2030 des Nations Unies.

La Caravane Pour Que Vive La Terre

La caravane POUR QUE VIVE LA TERRE propose à son public un espace de rencontre pour la diffusion et le partage d’actions porteuses d’espoir.

Dans l’agriculture, l’écologie, la politique, l’économie, le social, le culturel des solutions alternatives existent. La caravane crée un espace de partage pour que ces solutions grandissent par l’engagement de tou.te.s. Elle se pose en moyenne une semaine dans chaque lieu pour y proposer conférences, projections, spectacles, fêtes et ateliers. On y réfléchit, on s’y informe, on s’y forme, on y fait la fête.

POURQUOI ?

Face aux crises économiques, sociales et environnementales en cours, de nombreux individus souhaitent un changement en profondeur de notre manière de vivre nos sociétés. Mais beaucoup se sentent 
impuissant.e.s, désarmé.e.s. Que puis-je faire ?

Vecteurs de transformations positives, porteuses d’espoir, les alternatives diverses en cours déterminent dès maintenant l’avènement d’un monde meilleur où les valeurs humaines de solidarité, de sobriété et de respect de la nature seront au centre de nos projets et de nos entreprises.

La caravane est associée à la marche Delhi-Genève, Jai Jagat 2020, organisée par Ekta Parishad, qui arrivera à Genève en octobre 2020.

L’UFISC et ses membres vous donnent rendez-vous à Avignon en Juillet 2019

Cette année encore pendant le festival d’Avignon, l’UFISC propose plusieurs temps forts, rencontres, ateliers et formations les 11, 15 et 17 juillet à la salle ISTS, Ceci dans le cadre de la Maison des professionnels du Spectacle Vivant et du Village des professionnels du OFF, et notamment un temps fort organisé en lien avec le Collectif pour démarche de progrès par les droits culturels et Opale CRDLA-Culture.

En savoir plus

Solidarity Oxford cartographie l’économie solidaire de la ville

Solidarity Oxford est un site web et une carte numérique qui ont été produits dans le cadre du projet pilote Mapping the Solidarity Economy in Oxford de la Solidarity Economy Association.

Oxford (UK) dispose d’un grand nombre d’organisations, de projets et de personnes qui travaillent pour créer une ville juste et durable. Qu’il s’agisse de boutiques d’échange, de cercles de garde d’enfants, de coopératives d’habitation ou de fermes communautaires, nous avons un réseau prospère d’initiatives qui répondent aux besoins de nos collectivités d’une manière qui accorde la priorité aux gens et à notre environnement.

Partout dans le monde, une telle activité est connue sous le nom d’économie solidaire. Dans de nombreuses villes et pays – de New York à Barcelone, du Mali au Brésil – les initiatives d’économie solidaire jouent un rôle fondamental dans la vie des gens.

New York, un groupe de personnes s’est réuni pour créer une carte de leur économie solidaire, et cette carte a contribué à rendre les communautés de leur ville plus connectées, leurs projets et initiatives plus forts, et a aidé davantage de personnes à accéder aux produits et services dont elles ont besoin de manière éthique et durable.

Nous avons cherché à savoir si la création d’une carte à Oxford est tout aussi utile pour nos collectivités.

Une grande partie de la mission de SEA est de renforcer l’économie solidaire au Royaume-Uni et d’encourager un plus grand nombre de personnes à s’informer et à se soutenir dans leur région. Notre projet pilote Mapping the Solidarity Economy in Oxford vise à célébrer ce qui est important dans les communautés de notre ville et à montrer comment les différents projets, initiatives et organisations contribuent à créer un monde plus juste et durable.

Ensemble, nous créons une économie alternative fondée sur la coopération et l’autodétermination, qui donne à chacun les moyens d’agir, indépendamment de sa race, de son orientation sexuelle, de son sexe ou de ses antécédents, et qui a à cœur la santé et le bien-être des gens et de la planète.

Notre vision à plus long terme est également de montrer comment l’économie solidaire qui existe dans les communautés, les villes et les régions du Royaume-Uni fait partie d’un mouvement beaucoup plus vaste de personnes dans le monde entier, qui travaillent toutes à transformer notre système économique en un système qui fonctionne pour tous.

Téléchargez notre rapport sur le projet pilote

En savoir plus

Elections européennes : la vision de l’Europe, à travers le commerce équitable et l’ESS

Le 10 mai 2019, en collaboration avec Bostani (une communauté de producteurs-consommateurs qui fonctionne dans le cadre d’une production et d’une consommation durables et responsables) et dans le cadre de notre participation aux élections européennes ” Fair Times Campaign “, le membre grec du RIPESS Europe DOCK a organisé la manifestation ” Trade Fair, Live Fair ” à Athènes, un débat public sur la vision européenne, de justice économique et de durabilité environnementale

Les intervenantes invitées, Francesca Guibilo pour la WFTO (World Fair Trade Organisation) et Marketa Vinkelhoferova de Fair&Bio coop / Ripess EU (République tchèque) ont fait part de leur expérience dans ces domaines. Francesca a fait une présentation de l’histoire du commerce équitable et a informé sur la stratégie du WFTO dans la construction d’alliances et de réseaux en Europe et dans le monde, tandis que Marketa a donné quelques exemples et illustré des pratiques dans lesquelles la relation commerce équitable et SSE est de plus en plus présente.

Elles se sont focalisées sur une meilleure compréhension de l’histoire et des progrès du mouvement du commerce équitable en ce qui concerne le développement des réseaux dans différentes pratiques dans le monde, mais aussi sur la manière dont les politiques publiques de production et consommation durables sont appliquées dans le contexte actuel et comment elles devraient évoluer dans l’avenir en Europe.

10e Académie de l’OIT : de l’avenir du travail au changement de l’économie par l’ESS

Par Nora Inwinkl / Solidarius Italia

Du 3 au 7 juin s’est tenue à Turin la 10ème Académie d’économie sociale et solidaire de l’Organisation Internationale du Travail. Elle était co-organisée par l’Organisation internationale du travail, qui célébrait cette année son premier siècle d’existence. Pour ce qui est de l’avenir du travail, il s’agissait d’une occasion offerte aux personnes intéressées ou déjà engagées dans la promotion de l’ESS dans le monde, y compris les décideurs, les praticiens, les chercheurs, les représentants des travailleurs et des organisations d’employeurs, d’échanger sur la nécessité d’influencer l’économie dans une perspective durable. Plus de 100 personnes du monde entier y ont participé (à l’exception de l’Océanie), avec leurs connaissances, traditions, cultures, cadres et besoins différents. Grâce à un partenariat avec les organisateurs, quatre membres du réseau RIPESS Europe du Portugal, de la Grèce et de l’Italie ont pu y assister, ainsi que Beatrice Alain (Chantier de l’économie sociale, Québec) et Jason Nardi (coordinateur RIPESS) qui ont été parmi les intervenants invités.

Le pivot de l’Académie reflétait notre situation du marché et du travail, en se concentrant sur les défis auxquels nous sommes confrontés dans plusieurs domaines : économie, technologie, environnement, changement climatique, démocratie, participation, et autres. Malgré la diversité des participants, tant en termes d’origines que d’orientations professionnelles, tous se sont accordés sur un point spécifique et essentiel : le système dans lequel nous vivons n’est pas du tout durable et les solutions préconisées par les différents gouvernements et les principaux acteurs ne sont pas pertinentes. Pour cette raison, l’Académie a mis en avant plusieurs enjeux importants qui englobent différentes formes d’entreprises et/ou d’organisations de l’ESS (OESS – Organisations de l’économie sociale et solidaire), le cadre juridique existant ou qui pourrait être promu dans différents pays au niveau local et national, les mécanismes et outils financiers, et plus encore.

Le rapport intitulé ” Travailler pour bâtir un avenir meilleur ” rédigé par la Commission mondiale sur l’avenir du travail a servi d’illustration du modèle de travail préconisé. Il s’agit d’un ” agenda centré sur l’être humain pour l’avenir du travail qui renforce le contrat social en plaçant les personnes et leur travail au centre de la politique économique et sociale et des pratiques commerciales “.

Il est important de s’éloigner de l’échelle locale et, en particulier, de l’expertise et des pratiques locales, en mettant en évidence les spécificités de chaque territoire. Au cours de ces cinq jours, de nombreux praticiens ont présenté leurs initiatives et leurs expériences, partageant leurs connaissances et différentes formes d’innovation et recevant plusieurs commentaires et suggestions. Des expériences différentes se sont développées dans des territoires différents mais toutes guidées par des valeurs et des principes similaires, ceux du paradigme de l’ESS, en contraste avec ceux du néolibéralisme.

L’importance des “pratiques” a été soulignée avec les champs d’études organisés lors de la deuxième journée dans les villes de Turin, Ivrea et Cuneo. Elle a donné l’occasion aux participants de découvrir la mise en œuvre de l’ESS à travers des expériences vertueuses.

Il reste encore un long chemin à parcourir et probablement l’une des choses à améliorer est la construction d’un vocabulaire commun et d’un cadre commun pour mettre en œuvre et développer l’ESS d’une manière transversale et transectorielle. Il est important de travailler dans les deux sens : du bas vers le haut, en mettant en œuvre et en soutenant les initiatives locales, et du haut vers le bas, en travaillant avec les autorités locales et nationales pour promouvoir les lois et politiques d’ESS. Ainsi, comme l’a dit un participant lors de la plénière de clôture, nous devons travailler sur “l’ESS dans toutes les politiques”.

Aller à la barre d’outils