Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Un expert de l’ONU sur la pauvreté met en garde contre le tsunami de la privatisation incontrôlée

Extrait du displaynews des Nations Unies

NEW YORK (19 octobre 2018) – La privatisation généralisée des biens publics dans de nombreuses sociétés élimine systématiquement la protection des droits de l’homme et marginalise davantage les personnes vivant dans la pauvreté, selon un nouveau rapport.(en anglais)

Philip Alston, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur l’extrême pauvreté et les droits de l’homme, a critiqué l’ampleur avec laquelle la Banque mondiale, le Fonds monétaire international et même l’ONU elle-même ont activement encouragé la privatisation généralisée des services de base, sans tenir compte des implications en matière de droits humains ni des conséquences pour les pauvres. Il a également critiqué les groupes de défense des droits de l’homme qui n’ont pas réagi assez vigoureusement face aux défis qui en résultent.

« La privatisation de la justice pénale, de la protection sociale, des prisons, de l’éducation, des soins de santé de base et d’autres biens publics essentiels ne peut se faire au détriment de la protection des droits « , a déclaré M. Alston.

« Les États ne peuvent pas se soustraire à leurs obligations en matière de droits humains en déléguant des services et des fonctions de base à des entreprises privées dans des conditions qui, ils le savent, porteront atteinte à ces droits pour certaines personnes.

Il a noté que si  » les partisans présentent la privatisation comme une solution technique pour gérer les ressources et réduire les déficits budgétaires, elle est en fait devenue une idéologie de gouvernance qui dévalorise les biens publics, les espaces publics, la compassion et une série d’autres valeurs qui sont essentielles pour une société décente.

« Alors que les partisans de la privatisation insistent sur le fait qu’elle permet d’économiser de l’argent, d’améliorer l’efficacité et d’améliorer les services, les faits du monde réel remettent souvent en question ou contredisent ces affirmations « , a déclaré M. Alston.

La privatisation repose sur des hypothèses fondamentalement différentes de celles qui sous-tendent le respect des droits de l’homme, comme la dignité et l’égalité, a-t-il dit. Il donne inévitablement la priorité au profit et met de côté des considérations telles que l’égalité et la non-discrimination. Les détenteurs de droits sont transformés en clients, et ceux qui sont pauvres, nécessiteux ou en difficulté sont marginalisés ou exclus. Les critères relatifs aux droits de l’homme sont absents de presque tous les accords de privatisation, qui comportent rarement des dispositions prévoyant un suivi durable de leur impact sur la prestation de services et sur les pauvres.

« Les mécanismes actuels de responsabilisation en matière de droits de l’homme sont clairement inadaptés pour faire face aux défis d’une privatisation à grande échelle et généralisée », a déclaré M. Alston. « La communauté des droits humains ne peut plus ignorer les conséquences de la privatisation et doit reconsidérer radicalement son approche. »

Les acteurs des droits de l’homme devraient commencer par reprendre le haut niveau moral et réaffirmer le rôle central de concepts tels que l’égalité, la société, l’intérêt public et le partage des responsabilités, tout en contestant l’idée que la privatisation devrait être l’approche par défaut. « La communauté des droits de l’homme doit mettre au point de nouvelles méthodes pour faire face systématiquement aux implications plus larges de la privatisation généralisée et veiller à ce que les droits de l’homme et la responsabilité soient au centre des efforts de privatisation « , a déclaré Alston.

Il semble qu’il n’y ait pas de limites à ce que les États ont privatisé, a-t-il dit. Partout dans le monde, les institutions et les services publics ont été repris par des entreprises privées qui se consacrent à tirer profit des éléments clés des systèmes de justice pénale et des prisons, à dicter les priorités et les approches éducatives, à décider qui bénéficiera des interventions de santé et de la protection sociale et à choisir les infrastructures à construire, où et pour qui, souvent avec des conséquences graves pour les plus marginalisés. « Il existe un risque réel que les vagues de privatisation qui se sont succédées jusqu’à présent soient bientôt suivies d’un véritable tsunami », a déclaré M. Alston.

La privatisation de la protection sociale conduit souvent à mettre l’accent sur des préoccupations d’efficacité économique qui visent à réduire au minimum le temps passé par client, à clore les dossiers plus tôt, à générer des honoraires chaque fois que cela est possible et à s’occuper de ceux qui sont mieux lotis, poussant à la marge ceux qui ont moins de ressources et des problèmes plus complexes.

This post is also available in / aussi en: Anglais Espagnol


Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.

Aller à la barre d’outils