Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
RIPESS au FSM2018
FSM / WSF 2018

Le Forum Social Mondial 2018 se tiendra du 13 au 17 mars 2018 à Salvador de Bahia au Brésil. Plusieurs membres du RIPESS LAC y participeront, ainsi que le RIPESS Europe et la XES, qui présenteront le Forum Social Thématique des Économies du Changement prévu à Barcelone en 2019.

Read more

Rapport sur le Forum Social Mondial à Tunis
FSM 2015

Le RIPESS au Forum Social Mondial Tunis 24 – 28 mars 2015. Agenda post 2015. Quel développement pour qui et pour quoi ?

Le Forum Social Mondial a eu lieu à Tunis du 24 au 28 mars. Le maître mot du Forum était la dignité. En dépit de l’attentat qui l’avait précédé de peu le 18 mars, les participants avaient à cœur d’être présents pour manifester leur solidarité aux Tunisiens et ne pas faire le jeu du terrorisme. En s’attaquant au tourisme, les agresseurs cherchent à atteindre l’économie du pays qui (on peut éventuellement le regretter) repose en grande partie sur la venue des visiteurs en Tunisie. Reconnaissons qu’ elle possède à cet égard beaucoup d’atouts. La marche d’ouverture vers le Bardo était une réponse du peuple tunisien et des militants altermondialistes aux forcenés de la terreur

Dignité donc et large place aux questions relatives à la libre circulation des êtres humains sur la Planète. Cinq thèmes sous lesquels se retrouvaient les 1500 ateliers et les 50000 personnes venues du monde entier, déclinaient les enjeux du monde actuel et de son devenir :

  • la citoyenneté et le rôle des mouvements sociaux pour déjouer la puissance des forces réactionnaires et des logiques  néolibérales
  • « l’outre frontière » ou la question des violences engendrées par cette notion à la fois abstraite et profondément déterminante pour ceux qui se reconnaissent d’un pays ou qui en sont privés ;
  • la Planète et l’urgence climatique, la justice environnementale et le « bien vivre » ;
  • la place de la justice sociale, éducation, santé, habitat, souveraineté alimentaire, droits économiques et sociaux, autant de dimensions menacées par la mise à mal des services publiques et des Etats par les logiques de marchandisation des transnationales
  • l’Egalité la Dignité et les Droits, bafoués par les politiques de discrimination religieuse, nationaliste, sexuelle et par les régimes d’exploitation qui sévissent à peu près partout
  • la place de l’Economie et des Alternatives, regroupant les formules de résistance créatives et génératrices de solutions pour reconstruire des sociétés plus équilibrées.

Ces thèmes regroupaient les ateliers dans des espaces identifiés Sans surprise, le RIPESS s’est retrouvé dans l’espace des alternatives. Le RIPESS Europe a animé un atelier dédié aux convergences utiles et nécessaires entre les acteurs de l’Economie Sociale et Solidaire et les mouvements sociaux. Le partenaire de l’atelier était la Centrale Nationale des Employés, un syndicat belge qui sensibilise ses membres à l’importance des actions de résistance économique et écologique. L’atelier était essentiellement interactif et les participants faisaient part de leur propre forme d’action. A noter qu’étaient présentes deux membres de Solidarity4all, qui avaient reçu le RIPESS EU en septembre 2014 à Athènes et organisé une série de visites auprès de coopératives et de la clinique autogéréeHellenico. Une grande manifestation est en préparation à Athènes en juin pour stimuler la résistance aux injonctions délétères de la Commission européenne.

Le RIPESS International a animé un atelier puis une assemblée de convergence sur le thème de l’économie sociale et solidaire et les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’agenda post 2015. EN 2000, le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) avait dressé un agenda intitulé Objectifs du Millénaire pour le Développement, un programme de lutte contre la pauvreté pour l’éducation pour tous et l’amélioration des conditions devie dans les Pays en voie de Développement  (PED). Au terme des 15 années, les progrès sont faibles, voire dans certaines régions les inégalités se sont creusées. Pour élaborer le programme post 2015, Le PNUD a lancé une consultation auprès d’organismes représentant entre autres la société civile. Le RIPESS international a émis des préconisations pour inscrire l’économie sociale et solidaire dans l’Agenda comme la forme la mieux adaptée à la mise en œuvre de la justice sociale, de la vigilance écologique et de la démocratie économique.  Pour amplifier la  mobilisation le RIPESS a proposé cette assemblée de convergence dont les co-organisateurs  ATTAC France, Beyond 2015,EndaTiers-Monde, IBON International, Our WorldisNot for Sale,Plataforma2015 ymás,sont tous comme le RIPESS des réseaux plus ou moins formalisés d’intervention dans le domaine du développement et / ou du plaidoyer. Le dialogue entre les participants a mis l’accent sur la vigilanceà déployer pour éviter que les ODD ne restent pas lettre morte ou soient détournés par les agences internationales et notamment par le biais des financements vers les dérives qui conduisent à technocratiser les procédés et les processus, à rechercher l’efficacité du chiffre sans prendre en compte les réalitésdes terrains et sans consulter les populations concernées. Ainsi la 3ème Conférence internationale sur le financement du développement, qui aura lieu à Addis-Abeba, en Ethiopie, pourrait résulter dans une main mise des grands groupes sur les financements par le biais des Partenariats publics privés. Les financements ne doivent pas être détournés pour produire toujours plus de marchandisation, des terres comme des humains, au détriment des cultures locales, de la souveraineté alimentaire et du libre arbitredes peuples.

Par ailleurs, la recherche d’une bonne qualité de vie universelle se heurte à la mise en œuvre des traités transnationaux actuellement en négociation. Ces traités (dont TAFTA, Transatlantique Free Trade Agreement, entre les Etats Unis et l’Europe ) sont  conçus pour faire passer les intérêts privés des transnationales au-dessus des lois des Etats et de la souveraineté des peuples. Il s’agit d’une inféodation absolue du bien commun au profit des transnationales puisque toute entrave à la libre circulation des marchandises peut être sanctionnée par le biais de tribunaux privés dépourvus de légitimité démocratique. Autrement dit, ce sont les 1% détenteurs de la richesse qui seront en mesure d’édicter les règles de vie de l’ensemble des humains, audétriment des acquis sociaux.

Enfin les grands enjeux climatiques qui vont être abordés au cours de la COP 21 prévue en décembre à Paris sont d’une importance majeure dans l’agenda. On sait que ce sont les PED les premières victimes du réchauffement climatique généré par les pays les plus riches qui ne respectent pas les recommandations des conférences sur le climat précédentes et risquent une fois de plus de faire passer leurs intérêts économiques avant toute chose.

L’ensemble des participants a considéré qu’il était nécessaire de mettre en commun leurs capacités de vigilance pour placer sous surveillance les différents processus et par ailleurs de diffuser et transmettre au niveau des terrains de réalisation toutes les informations nécessaires à soutenirla résistance et la mobilisation des populations.

L’assemblée a donc conclu sur quatre points cruciaux :

  1. La réaffirmation   que les droits humains doivent être le cadre de base des ODD applicable à l’ensemble des humains et pas seulement pour ceux du Sud. Les inégalités et la pauvreté sévissent au Nord comme au Sud et il faut y remédier de façon globale.
  2. Il y a une contradiction évidente entre la poursuite des  objectifs de bien-être soutenable pour tous et les traités de libre échange en cours qui détruisent les fondements de leur mise en œuvre et privent les peuples de leur souveraineté à décider de leur propre forme de développement, à l’inventer, voire à le contester dans les formes imposées par la domination occidentale.
  3. Il faut un programme politique fort, non pas technocratique mais dont la volonté et l’investissement réels sont clairs et légalement établis.
  4. Les partenaires présents se sont engagés à définir un agenda commun de mobilisation et d’alertes et à travailler aux liaisons  avec d’autres mobilisations portées par ceux qui ont participé au Forum Social Mondial de Tunis 2015.

Par Josette COMBES, MES

RIPESS at the World Social Forum in Tunis
mars 23, 2015
0
FSM 2015

Another world is possible and already exists ! On the occasion of the World Social Forum2015, a delegation of RIPESS will travel to Tunis from 24 to 28 March for the second edition of the WSF in Tunisia. RIPESS and several members of its African, European and North American continental networks will present workshops and participate in aconvergence Assembly, in collaboration with various organizations and social movementsview online the RIPESS program for the WSF.

RIPESS Europe, in particular, will organize the following workshop:

HOW TO ORGANISE CONVERGENCE BETWEEN SOCIAL MOVEMENTS OF STRUGGLE AND ACTORS OF CHANGE THAT ARE PROMOTING SOLIDARITY ECONOMY

RIPESS Europe, Centrale nationale des employés (CNE)

Participatory debate about the necessity of convergence among those organizing the resistances. How to organize the convergences between social movements of struggle and change agents that are promoters of alternative and solidarity economy, how to better connect the forces between the South and the North.

Here are the other workshops promoted by RIPESS Intercontinental:

RECLAIMING LOCAL FOOD SYSTEMS

Habitat International Coalition, URGENCI (International Network for Community Supported Agriculture) and RIPESS.

This workshop will discuss and share the links between the Right to the City platform, the food sovereignty movement, and solidarity economy. This activity will focus on enhancing local and regional food systems (city region food systems), including tangible experiences in creating better and more sustainable access to food in urban areas. Presenters will share their organizational experiences in implementing structural change in urban areas including implementing Right to the City frameworks/policy and social production of habitat, urban agriculture and Community Supported Agricultural models, Community gardens and allotments, workers coops and solidarity finance.

SOCIAL SOLIDARITY ECONOMY (SSE) AND POST-2015 SUSTAINABLE DEVELOPMENT GOALS (SDGS)

RIPESS, P’actes européens and Enda Tiers-Monde

Social Solidarity Economy (SSE) is an alternative development model with potential for building more sustainable and equitable societies in a context of multiple crises at the global level (social, economic, climatic, environmental, civilizational). Whether in the fight against poverty and inequality, for the creation of decent jobs or access to basic needs such as food, housing, health and education, initiatives resulting from people themselves and grassroots organizations are growing and connect more and more with each other.

In view of the ongoing negotiations for the definition of the Post-2015 international development agenda (United Nations negotiations on Sustainable Development Goals – SDGs; 3rd International Conference on Financing for Development, Addis Ababa, July 2015, COP21 on climate change in Paris, December 2015), SSE actors are actively engaged in the Post-2015 multi-stakeholders campaigns to build convergences, advance practical solutions, appropriate legal frameworks, and to obtain effective resources for SDGs implementation.

The workshop will explore various proposals from civil society and social movements, including SSE, that: are based on collaborative logic; seek territorial anchoring solutions to serve people, communities and nations; focus on ecological, resilient and sustainable practices to protect the commons; advocate for elaborating qualitative indicators to measure the added value of these initiatives, so as to contribute to articulating the implementation of SDGs around democratic and verifiable tools

CONVERGENCE ASSEMBLY

POST-2015 AGENDA: WHAT DEVELOPMENT, FOR WHOM AND WHY?

Co-organizers:  ATTAC France, Beyond 2015, Enda Tiers-Monde, IBON International, Our World is Not for Sale, Plataforma 2015 y más, RIPESS- Intercontinental Network for the Promotion of Social Solidarity Economy, Social Watch

The year 2015 will be crucial to define the future of the international development agenda. From the 3rdFinancing for Development Conference in Addis Ababa in July, to the final adoption by the United Nations of the Sustainable Development Goals (SDGs) in September to the December Conference on climate change (COP21) in Paris, the orientations and means of implementation of the approach to sustainable development that will be adopted at global level will have significant impacts on populations. The SDGs approved by consensus at the UN require a paradigm shift because they address inequalities and require developed countries to change their unsustainable production and consumption patterns. Furthermore, they reaffirm the right to social security and essential social services and promote international tax justice, among other important transformations. But the decisions have not yet been fully determined, so these promises still lack any means of implementation or a credible mechanism for monitoring and accountability. People all over the world are proposing concrete solutions and organizing themselves to build fair and sustainable economies and societies. The sustainable development agenda needs to draw on these transformational processes, echo their proposals and support them.

All social movements, social solidarity economy actors, women’s and food sovereignty movements, trade unions, human rights defenders and civil society as a whole are invited to participate in a convergence assembly to share their analyses and proposals, and exchange on positions that should be defended, identify false solutions that should be denounced and discuss strategies for moving toward greater convergence in our actions that will ensure that the decisions taken by governments meet the needs of people and planet rather than favoring the 1%.

Aller à la barre d’outils