Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Forum sur la souveraineté alimentaire: l’agroécologie et l’économie solidaire
octobre 27, 2015
0

ECVC (la Coordination Européenne de la Via Campesina) et Urgenci ont tenu un Forum sur la souveraineté alimentaire au Solikon2015 pour promouvoir l’idée que l’agroécologie et l’économie solidaire sont les vecteurs logiques pour la réalisation du droit à l’alimentation, et que la souveraineté alimentaire ne peut être pleinement atteinte que dans le cadre d’un changement de paradigme.

Le processus de Nyeleni Europe en Europe a fourni l’impulsion pour le développement d’une plate-forme européenne pour ces concepts, et basé sur le succès extraordinaire du Forum Krems Nyeleni Europe en 2011, on peut assister actuellement à de nombreux développements de plateformes nationales.

Le pilier 2 du processus Nyeleni Europe est largement rapporté par Urgenci, et ils ont eu 2 rencontres européennes sur ce sujet depuis 2011. L’interface entre la souveraineté alimentaire et l’économie solidaire et le rôle de la Via Campesina, Urgenci et RIPESS dans ce domaine ont été présentés, ainsi que des exemples concrets territoriaux en Grèce et au Pays Basque. Les principales présentations ont été faites par Ludwig Rumetshofer (Nyeleni Autriche), Andrea Ferrante et Paula Giaoa (ECVC) et Jocelyn Parot (Urgenci) pour le Nyeleni Forum et Judith Hitchman sur l’interface entre la souveraineté alimentaire et l’économie solidaire.

EXPO DES PEUPLES: La souveraineté alimentaire vs les corporations d’EXPO

Le réseau international du RIPESS participe avec douze représentants venant de l’Afrique, de l’Asie, de l’Amérique Latine, de l’Amérique du Nord et de l’Europe à l’Expo des Peuples, du mardi 3 au 5 juin 2015 qui a lieu à la Fabbrica del Vapore à Milan. C’est un Forum international qui s’intéresse à la société civile et aux mouvements de paysans réunira 150 délégués du monde entier. L’objectif principal est de faire valoir la voix des peuples, afin de proposer,  d’illustrer des stratégies et de mettre en place des solutions pour faire face aux défis mondiaux, d’accès aux ressources alimentaires et naturelles avec la souveraineté alimentaire comme principal objectif politique. Les gouvernements et les sociétés transnationales seront présents lors de L’EXPOsition Universelle, et nous devons faire en sorte que les peuples soient entendus et ainsi réfléchir ensemble sur une façon différente de « nourrir la planète »

L’évènement est organisé par le Comité d’organisation d’Expo des peuples, un groupe qui rassemble 50 ONG et des associations italiennes de la société civile  qui forment ensemble un réseau international des mouvements paysans. Ils opèrent  dans divers domaines tels que : la coopération pour le développement, la justice environnementale, les droits humains, la production biologique et la consommation critique.

« Cette année, alors que les Nations Unies se penchent sur les nouveaux objectifs de développement durable et sur un nouvel accord mondial sur le changement climatique – explique Giosuè De Salvo. Le comité d’organisation de l’Expo populaire veut saisir l’opportunité du thème proposé par l’Expo 2015, d’avoir un agenda politique et de mettre l’accent sur le respect des droits de l’Homme et des limites de la planète. Le forum donnera une voix, surtout aux représentants de producteurs de petites échelles et de l’agriculture familiale, exclus de l’Expo officielle malgré le fait qu’ils produisent 70% de la nourriture consommée dans le monde et sont aujourd’hui les principaux investisseurs dans l’agriculture. » Lors de l’Expo des peuples seront présents certains des mouvements paysans les plus importants du monde y compris : la Via Campesina, the International Planning Committee for Food Soverignty, the Terra Madre network of food communities, the Global Call to Action Against Poverty et  the Climate Action Network.

Un programme de trois jours intenses, avec des horaires de 9 h à 18 h, où se déroulera des plénières interactives, où tout le monde sera en mesure de partager leur propre témoignage et des espaces de travail réservés aux délégués. Beaucoup de questions seront abordées lors du forum : la promotion et le soutien de l’agro-écologie et la conservation de la biodiversité, la transition vers une économie sans huile, l’économie solidaire et la finance éthique, mais aussi des questions d’une importance cruciale pour les peuples plus « vulnérables » sur la planète, comme l’impact des accords de libre-échange, la spéculation financière et l’accaparement de la terre et de l’eau , qui est le phénomène de l’acquisition à grande échelle de terres et de l’eau aux mains des sociétés transnationales, les gouvernements étrangers et les fonds d’investissements qui est nuisible pour l’économie rurale, en particulier dans le Sud, mais aussi en Europe.

Les réseaux internationaux qui participe à l’évènement : Terra Madre network of food communities, Global Call to Action Against Poverty (GCAP), la Via Campesina, IPC – International Planning Committee on Food Sovereignty, Nyeleni Europe, World Fair Trade Organization, Urgenci (the international network of community supported agriculture), RIPESS – Intercontinental network for the promotion of social solidarity economy, Climate Action Network, la Red Vida – Vigilancia Interamericana para la Defensa y Derecho al Agua.

www.expodeipopoli.it

SARAGOSSE (ESPAGNE) – Quand l’Economie Solidaire travail sur la souveraineté alimentaire
janvier 19, 2015
0

L’une des pistes du récente congrès de REAS à Saragosse qui a réuni plus de 600 personnes pour les trois jours, était l’atelier d’une journée entière sur la souveraineté alimentaire et l’économie solidaire, en présence  de environ 40 militants souveraineté  alimentaires. Elle se est concentrée spécifiquement sur la façon dont ces deux concepts clés peuvent être réunis au niveau local, et les nombreuses dimensions différentes qui peuvent être mises en œuvre par les autorités locales de se régénérer et de relocaliser l’économie, créer des emplois durables et de fournir à la fois la sécurité alimentaire et la souveraineté alimentaire pour tous. À une époque où le système alimentaire industriel sape la santé des gens et la sécurité alimentaire, il est essentiel de recentrer notre attention sur la production alimentaire à court de la chaîne locale et la distribution sous toutes ses formes, et d’assurer que la souveraineté alimentaire locale est mise en œuvre comme une dimension essentielle de la économie solidaire.

[Judith Hitchman – Urgenci et membre du Comité de coordination de l’Europe RIPESS]

Aller à la barre d’outils