Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campaign
Convergence
Edito
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
International
International @fr
Mediterranée
nc
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Le premier forum portugais de l’Economie sociale et solidaire
mai 26, 2016
0

13178892_10209587266621719_2498869041184702197_n

Par Jordi Estivill, Barcelone, mai 2016 (traduction Françoise Wautiez)

Les 13 et 14 mai derniers a eu lieu à Lisbonne dans les locaux de l’Université (ISCTE) le premier Forum de l’Economie Sociale et Solidaire du Portugal, le premier dans un pays qui possède une tradition verticale importante, où chaque organisation cherche à tirer son épingle du jeu, ne représente qu’elle-même et où il existe peu de passerelles horizontales entre celles-ci.

Selon les organisateurs, les objectifs poursuivis par le forum étaient de : délimiter les différents secteurs de l’économie sociale et solidaire, discuter les relations entre les organisations et l’État dans le contexte des menaces et des défis actuels au niveau européen et contribuer à l’élaboration d’un agenda politique et institutionnel favorable à l’économie sociale et solidaire.

La première table ronde a été dédiée aux articulations potentielles entre l’État et l’économie sociale et solidaire. Il a été constaté que dans de nombreux pays, il existe des avancées en matière de reconnaissance de l’ESS mais sous une diversité de formules. Dans de nombreux pays, des lois ont été promulguées et dans d’autres il existe des départements au niveau du gouvernement, dans d’autres encore la progression est plus nette à l’échelle locale. Mais il n’y a pas que de bonnes nouvelles, il existe des exemples de subordination, de confusion comme celle créée par les programmes européens qui relient l’entrepreneuriat à l’innovation sociale, créant ainsi des figures d’entrepreneurs sociaux proches de James Bond capables de créer des emplois, de la richesse et de la cohésion sociale. D’autre part, l’exemple de ce qui se passe à Barcelone a été suivi avec beaucoup d’intérêt et les 14 mesures préconisées par la XES ont été photocopiées et distribuées à tous les participants.

La deuxième table ronde convoquait trois orientations de l’économie sociale et solidaire au Portugal. Se sont exprimés un point d vue plus catholique, un autre plus laïc et un troisième plus transversal lié à l’économie solidaire. La troisième table ronde s’est posée la question de s’il était possible de se mettre d’accord sur un agenda politique. Cela ne semble pas si simple, même si un certain nombre de revendications sont partagées par tous les acteurs (REDPES, ANIMAR. CONFECOOP, Plataforma ONGD, Resita, …).

Après le repas, les participants se sont distribués dans 4 ateliers : Biens communs et nouveaux mouvements sociaux. Modèles et instruments financiers. L’emploi et l’inclusion des publics défavorisés. Innovation sociale et impact. Les conclusions de chaque atelier ont été présentées à l’assemblée générale. Lors de l’acte de clôture, il a été formulé une déclaration de principes et revendications dans laquelle s’affirme la diversité des organisations de l’économie sociale et solidaire, en même temps que son rôle croissant au Brésil, en Catalogne, en France, en Espagne, en Grèce et au Portugal.

Dans cette déclaration, il est aussi revendiqué une reformulation de la loi de base de l’économie sociale et du code coopératif portugais et la construction d’une législation favorable, ainsi que la possibilité d’altérer les logiques des programmes de l’UE pour qu’ils participent à la promotion de l’économie sociale et solidaire.

Finalement, il suffit d’ajouter qu’une certaine continuité sera assurée pour le Forum, le prochain forum étant prévu à Coimbra en 2017.

Faro (Portugal): 2éme Forum sur la Finance éthique et solidaire
février 2, 2016
0

Après le succès du 1er Forum national sur la Finance éthique et solidaire, cette année l’événement aura lieu à Faro (Portugal) depuis le 19-21 février 2016.

« Plus que d’expositions théoriques sur le sujet de la finance éthique et solidaire, nous avons l’intention de créer des espaces de dialogue, partage, analyse en profondeur, car nous sommes sûrs que nous aurons tous un rôle clé dans la création et le développement d’instruments financiers éthiques au Portugal ».

Comuniqué de presse (en Portugais)

Toutes les informations ici.

Portugal: création du réseau national d’Economie Solidaire (RPES)
octobre 27, 2015
0

Red Portuguesa Economia SolidariaBonnes nouvelles depuis la péninsule ibérique! Le réseau portugais d’économie solidaire (RPES) vient d’être créé. Il y a environ un an, lors d’une réunion qui s’est tenue à Chaos, petit village situé au centre du Portugal, Rogerio Roque Amaro (professeur de l’ICSTE – université dans laquelle il existe un doctorat en économie sociale et solidaire depuis  plus de dix ans), a lancé l’idée de créer un réseau d’économie solidaire au Portugal. Après un premier moment de surprise, le défi a été repris par un groupe de personnes et d’organisations qui se sont coordonnées pour concrétiser cette idée.

Read more

Animar (Portugal): les 20 ans de la « Manifesta » à Santarem
janvier 19, 2015
0

Le RIPESS EU a été invité à intervenir dans le cadre de la Manifesta organisée à Santarém (Portugal) du 9 au 12 octobre par Animar à l’occasion de son vingtième anniversaire.  Il s’agissait de donner une vision européenne sur le thème « rôle de l’ESS dans le développement local ».

La manifestation s’est tenue dans plusieurs endroits de cette ville située à une soixantaine de kilomètres au Nord Est de Lisbonne sur les rives du Tage. Le lieu a été choisi précisément parce que c’est là qu’a été fondé ANIMAR il y a 20 ans. C’est est un réseau d’environ 90 structures de développement local dont un nombre important se situent en milieu rural.

La Manifesta a été l’occasion de dresser un bilan des 20 années écoulées et d’envisager les nouvelles orientations, notamment l’évolution des formes de gouvernance pour garantir transparence et démocratie et éviter l’écueil classique des organisations qui prennent de la bouteille et risquent les formes de sclérose bien connues. Ces occasions sont bénéfiques pour stimuler les débats et redonner de l’énergie aux membres. En dépit d’une météo peu propice, les stands ont pu faire connaître leurs activités à l’abri du cloître du Couvent de Saint François  qui accueillait la Manifesta. Des ateliers et des séminaires se tenaient dans divers autres lieux de la ville. La réunion des anciens dirigeants d’Animar a pris place dans la Taberna do Quinzena II, un lieu approprié pour tirer un bilan de la gouvernance de l’association pendant les 20 ans écoulés.

Les temps conviviaux prévus ont drainé au cours des soirées les participants et les habitants de Santarem : traditionnelle «cargolade » et concerts d’artistes locaux particulièrement talentueux. A noter que la chapelle du Couvent (très belle) accueillait une exposition sur l’immigration portugaise en France dans les années d’après guerre et pendant toute la période de la dictature Salazar.

Pour conclure ce temps de rencontre une visite au Centro InterculturaCidade à Lisbonne a permis d’aborder la question des personnes immigrées au Portugal, en majorité capverdiennes mais pas seulement, qui cumulent évidemment tous les handicaps sociaux. Le Centre est un lieu d’accueil et de formation ainsi qu’un espace de convivialité ouvert aux manifestations artistiques interculturelles. Merci à Mario Alves qui en est le responsable pour son accueil.

Un remerciement chaleureux à toutes les personnes rencontrées et aux organisateurs de la Manifesta  et tout particulièrement à Antonio Castela pour sa gentillesse et son office de traducteur qui ont  réellement permis que cet échange soit fructueux.

[Josette Combes, du MES – membre du Comité de Coordination de RIPESS Europe]

Aller à la barre d’outils