Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
582
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
AG2019
AG2019
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
Membres
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Table rondes à Lyon – « Les villes et l’ESS : des politiques concrètes pour transformer l’économie »

Le 4 juillet 2019, à Lyon (France), le RIPESS Europe a organisé, avec le soutien de la Ville de Lyon, une table ronde sur le thème  » Villes et ESS : des politiques concrètes pour transformer l’économie « . En préparation du FSMET (Forum Social Mondial des Economies Transformatrices) 2020 qui se tiendra à Barcelone, elle a marqué le début de l’Assemblée Générale du RIPESS Europe qui s’est tenue du 4 au 6 juillet dans cette même ville. Comme les pouvoirs publics jouent un rôle clé pour définir les politiques impactant les communautés à différents niveaux (logement, tourisme, santé, finance…), cela a été l’occasion de mettre en avant les grandes politiques pratiques, translocales, ouvertes et participatives qui transforment l’économie.

Cet événement de trois sessions a rassemblé des membres et partenaires du RIPESS Europe, des décideurs politiques et des acteurs locaux qui ont partagé leur expérience. Le premier panel sur  » Transformer les villes par les pratiques et les politiques publiques d’ESS  » animé par Jason Nardi, délégué général du RIPESS Europe, était composé de Dounia Besson, adjointe au maire de Lyon et représentante du RTES (Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire), Jeanine Verna, directrice du Centre de formation professionnelle Arobase et Julie Maisonhaute du Commerce Equitable France (Mouvement du commerce équitable).

Pour Dounia Besson, la force de l’ESS est déterminée par son ancrage territorial et il est plus qu’essentiel de placer les  » habitants au centre de toutes les préoccupations concernant les initiatives d’ESS devant les actionnaires « . C’est dans la dynamique de valorisation et de renforcement des initiatives ESS que le label LVED (Lyon ville équitable et durable) a notamment été mis en place. En matière de protection de l’environnement, de santé, de participation citoyenne, d’éducation, de développement culturel, l’organisation LVED ESS de Lyon joue un rôle actif dans la transformation des pratiques économiques et la construction d’une société humaine.

Jeanine Verna est convaincue du fait que la durabilité des actions d’ESS repose sur une introduction des valeurs et principes de l’ESS dans la formation professionnelle. Le centre de formation professionnelle Arobase, créé il y a 30 ans, a formé plus de 2000 professionnels de l’ESS et a favorisé la convergence des différentes branches de l’ESS, en partenariat avec le réseau XES Catalogne et le réseau REVES (Réseau Européen des Villes et Régions de l’Economie Sociale), à travers un projet européen récent. La formation des acteurs locaux de l’ESS constitue donc une ressource essentielle qui doit être démocratisée et soutenue par les collectivités territoriales.

La production et la consommation durables ont été au cœur des mouvements du commerce équitable et sont aujourd’hui plus nécessaires que jamais. Julie Maisonhaute présente une vision optimiste d’une société moderne réunissant des citoyens, des organisations de la société civile, des entreprises, des collectivités locales avec un objectif commun d’intégration des pratiques de commerce équitable. Commerce Équitable France a pour mission principale de transformer les modes de consommation, de promouvoir des compétences solides en matière de commerce équitable, de promouvoir l’égalité dans les politiques publiques et d’aider à structurer le secteur du commerce équitable. C’est pourquoi une alliance forte avec les autorités locales est indispensable, et c’est ce que promeut le réseau Fair Trade Towns.

Josette Combes du MES (Mouvement pour l’Economie Solidaire) a animé la deuxième session sur le thème « Mouvements citoyens – villes transformatrices« , avec Melissa Koutouzis du Transnational Institute (TNI) et Geneviève Brichet du Mouvement Utopia, oratrices invitées.

Transformative Cities Initiatives (Initiatives des Villes Transformatrices) lancé par le TNI, explique Melissa Koutouzis, cherche à apprendre de l’expertise des villes et des collectifs qui travaillent sur l’accès à l’eau, à la nourriture, à l’énergie et au logement. Ces droits humains fondamentaux sont menacés par la crise climatique actuelle et nos structures politiques et économiques de plus en plus dysfonctionnelles, elles-mêmes soutenues par les États, les institutions internationales et les sociétés transnationales. « Renforcer les initiatives locales peut induire un changement radical au niveau mondial « , déclare Melissa. C’est pourquoi TNI, en partenariat avec plusieurs autres réseaux dont le RIPESS, fait la promotion du Transformative Cities Award (Prix des Villes Transformatrices) et de l’Atlas of Utopias (Atlas des Utopies) qui présente des histoires de communautés inspirantes qui remettent en question le pouvoir enraciné et développent des alternatives audacieuses. Il peut s’agir de mouvements populaires au Zimbabwe, en Palestine ou de villes internationales comme Paris ou Barcelone qui ont vaincu des grands groupes transnationaux et des gouvernements nationaux hostiles pour trouver des solutions démocratiques et axées sur la population en matière d’accès aux droits humains fondamentaux.

En mettant en place un espace de dialogue entre les élus et les citoyens, la participation citoyenne est renforcée pour induire un changement endogène au niveau de la société. C’est l’essence même du Pacte pour la Transition Citoyenne qui est, comme l’explique Geneviève Brichet, un outil de promotion et d’organisation de la participation citoyenne pour permettre le changement dans toutes les communes, en favorisant le dialogue entre citoyens et élus dans le cadre des campagnes pour les élections municipales de 2020 en France. Le Pacte pour la Transition Citoyenne est à la fois : une liste de 3 principes et 32 mesures concrètes et applicables en faveur de la transition écologique, solidaire et démocratique ; le soutien du réseau de transition, à travers 50 organisations partenaires (Emmaüs, Greenpeace, Enercoop, France Nature Environnement, etc) ; une plateforme numérique pour connecter, former et accompagner les participants.

Enfin, la dernière session sur « La convergence entre les initiatives pour transformer l’économie et pour libérer l’Humanité  » animée par Drazen Simlesa, coordinateur du RIPESS Europe, avait dans son panel Elisabeth Voss de NETZ für Selbstverwaltung und Selbstorganisation (Allemagne), Iris Avinoa du comité organisateur du FSMET 2020 à Barcelone, Jean Roussiaud de APRES-GE et Geneviève Ancel, coordinatrice du Dialogue en humanité.

En Allemagne, malgré la pluralité des mouvements d’ESS, il est difficile de fédérer ces acteurs avec un espace de concertation pour une action commune. Ainsi,  » en soutenant les initiatives de terrain et l’économie solidaire, NETZ contribue à mettre en place un réseau d’acteurs différents pour s’engager collectivement « , explique Elisabeth Voss. A cet égard, des questions telles que le changement climatique et l’avenir du travail doivent être abordées avec un aspect durable, tenant compte des générations futures.

Le Forum Social Mondial des Economies Transformatrices, qui se tiendra à Barcelone en 2020, est un autre moyen de convergence entre les initiatives visant à transformer l’économie. Des acteurs du monde entier auront l’occasion de se rencontrer et de partager leur expérience des grandes pratiques transformatrices de l’économie avec des approches diverses. Iris Avinoa a pu donner un aperçu de la préparation de ce forum et du processus qui le sous-tend.

Jean Rossiaud a présenté l’initiative Jai Jagat menée par Rajagopal (que certains appellent le nouveau Gandhi) du Mouvement Ekta Parishad en Inde. A partir du 2 octobre 2019, il s’agira d’une marche de 10 000 km à partir du lieu de repos de Gandhi à New Delhi, traversant 15 pays (Pakistan, Iran, Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie, Bulgarie, Serbie, Macédoine du Nord, Kosovo, Albanie, Montenegro, Bosnie Herzégovine, Croatie, Italie et Suisse) et promouvant la perspective du mouvement économique non-violent.

Geneviève Ancel a conclu par une présentation des Dialogues en Humanité, un événement international où des personnes d’origine, de culture et de conviction différentes se rencontrent pour discuter de la pratique de la construction communautaire. Le thème de cette année était « Parlons demain autour de 3 thèmes majeurs » : « Tous responsables des droits de chacun », « Demain, tous nomades, demain, tous migrants » et « Inventer demain en questionnant les récits qui façonnent nos vies », qui se sont également déroulé à Lyon du 5 au 7 juillet 2019.

Bienvenue aux 4 nouveaux membres du Réseau RIPESS Europe !
septembre 6, 2019
0

L’Assemblée Générale du RIPESS Europe s’est tenue du 4 au 6 juillet 2019 à Lyon. Une occasion pour ses membres de se rencontrer physiquement pour élaborer leur stratégie en tant que réseau mais aussi échanger sur les questions prioritaires ainsi que les projets en cours et futurs du RIPESS Europe.

Depuis près de 10 ans, le RIPESS Europe s’étend chaque année avec l’arrivée de diverses organisations territoriales et sectorielles. Cette année, 4 demandes d’adhésion ont été reçues et votées en AG, ajoutant ainsi 3 nouveaux pays à la liste des pays représentés : l’Irlande de l’Ouest (République d’Irlande), l’Autriche et la Russie.

Voici une courte présentation des nouveaux membres :

AAE (www.aae.ie)– An Ait Eile Cooperative of Ireland

Représentée ici par Eamon Molonay et Kevin Flanagan, An Áit Eile (AAE) une entreprise sociale coopérative basée à Galway dans la région ouest de la République d’Irlande. L’Áit Eile est une expression gaélique pouvant être traduit L’autre endroit. L’AAE a vu le jour en 2015 sous la forme d’une association culturelle d’artistes, de musiciens et d’interprètes collaborant avec les communautés dans le cadre d’événements et de projets traitant de questions sociales, écologiques et de santé mentale. Aujourd’hui, en tant que coopérative, elle est constituée tant par des individus par des organisations communautaires.

L’AAE part du postulat selon lequel les travailleurs des secteurs culturel et social sont souvent confrontés à la précarité et aux défis liés travail indépendant. En outre, les petites organisations communautaires sont également confrontées à l’enjeu de la régularité et la durabilité de leur emploi mais aussi aux exigences bureaucratiques croissantes. En réponse à ces problèmes collectifs, l’AAE cherche à fournir des solutions coopératives. Ayant acquis le statut de coopérative en 2019, elle est désormais l’une des premières coopératives d’Irlande à adopter un modèle multipartite. Cela signifie que la coopérative compte différents types de membres : membres travailleurs, membres utilisateurs, membres investisseurs et membres fondateurs. Toutes ces catégories de membres sont représentées au conseil d’administration de l’AAE. Leur approche correspond en ce sens au modèle du FairShares.

KSOE (www.ksoe.at) – Katholische Sozialakademie Österreichs of Austria

KSOE (Académie sociale catholique d’Autriche) est un établissement d’éducation et de conseil. La pensée et l’action socio-éthiques en sont les principes directeurs. Elle a pour objectif de soutenir les individus et les organisations qui sont activement impliqués dans le changement social. « En tant que KSOE, nous sommes heureux d’avoir eu l’occasion de devenir le premier membre de RIPESS Europe en Autriche. Nous espérons que d’autres réseaux et organisations suivront« , déclare Markus Blümel, représentant du KSOE et coordinateur d’un cours sur l’économie solidaire. « L’économie solidaire s’est développée en Autriche au cours de la dernière décennie. KSOE soutient des individus et des groupes dans la création de nouvelles organisations d’économie solidaire et dans leur transformation. […] En faisant partie du réseau RIPESS, nous sommes sûrs de pouvoir renforcer l’économie solidaire en Autriche et dans toute l’Europe.« 

NETZ (www.netz-bund.de) – NETZ für Selbstverwaltung und Selbstorganisation e.V.

NETZ est une association allemande pour la promotion et le soutien de l’auto-organisation et de l’économie solidaire.  Représentée à l’AG par Elisabeth Voss, elle a été fondée en 1986 en tant qu’organisation impulsant des réseaux locaux de soutien à l’entraide, des réseaux d’entreprises contrôlées par les travailleurs et d’autres fédérations sectorielles comme les centres sociaux culturels et les organismes de formation en Rhénanie du Nord-Westphalie. En 1989, NETZ a décidé d’adopter une approche nationale et d’autres organisations régionales et sectorielles ont rejoint l’organisation.  Dans un souci de mutualisation des frais et d’accroissement de la capacité du NETZ à offrir des services à tous ses membres, les petites entreprises écologiques et sociales et les travailleurs indépendants peuvent aussi prétendre au statut de membre. Enfin, NETZ offre aujourd’hui encore son expertise pour promouvoir et soutenir les initiatives de grassroots et l’économie solidaire à travers la mise en réseau d’acteurs de terrain. Elle se structure ainsi en plusieurs réseaux régionaux indépendants, en plus du réseau Berlin-Brandenbourg et  Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

TPABA (www.trava.education) – Trava Education of Russia

TRAVA est une organisation basée dans la ville de Saint-Pétersbourg en Russie. Elle promeut le partage d’expériences de transition, d’auto-organisation menées par les citoyens et l’éducation menée par les pairs. TRAVA – littéralement grassroots (expérience de terrain), a débuté à l’été 2014 avec 33 conférences et ateliers sur des petits projets, la notion de ville et et sur l’ « auto-développement » dans les parcs, places et remblais. Depuis lors, ils organisent régulièrement des événements éducatifs sur des thèmes politiques et culturels dans des lieux conviviaux.

Food saves the world est un des projets menés par TRAVA, dans la lutte anti-gaspillage alimentaire avec une restauration à partir de nourriture sauvée de la poubelle, des cours de cuisine à partir de restes alimentaires, des conférences, actions publiques et articles sur l’activisme alimentaire. Map for People est un autre de leur projet, et s’inscrit dans la tendance du mapping (cartographie). Ils ont réalisé une carte destinée aux consommateurs pour répertorier les établissements où les touristes peuvent manger, boire, acheter des souvenirs et des vêtements tout en soutenant des projets locaux qui respectent les principes de responsabilité sociale, environnementale et éthique. Il s’agit d’un projet de recherche et d’éducation basé sur le modèle du peer-to-peer.

Aller à la barre d’outils