Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Les chaînes de la dette sont levées ; vive les entreprises sociales grecques !
kalo SSE in Greece

par Antonis Vorloou | Gouvernement grec – Thomson reuters Foundations News – Mardi 18 septembre 2018

Les consommateurs grecs endettés ont été contraints de choisir les produits bon marché, mais avec l’amélioration de l’économie, vont-ils « acheter social » ?

Des décennies de capitalisme de copinage et de contournement des règlements ont paralysé la productivité grecque, érodé la confiance entre l’État et les citoyen.nes et – ce qui est le plus inquiétant – tout le monde a placé « l’intérêt personnel » avant tout.

La crise de la dette de 2009 a révélé de la manière la plus choquante les déficiences du « système » avec un taux de chômage sans précédent (28% en 2013) et un pouvoir d’achat réduit de plus de 25%.

Une économie sociale a été proposée avec succès dans de nombreux pays comme alternative à l’économie de marché, mais en Grèce, elle a été introduite pour la première fois au cours des premières années de la crise et était surtout considérée comme un instrument politique pour freiner la croissance du chômage.

Certains s’attendaient aussi de façon controversée à ce qu’il s’agisse de réduire le secteur public en sous-traitant aux entreprises sociales.

Les perspectives économiques ont été particulièrement pénibles pendant la période des mesures d’allégement de la dette de la zone euro à l’égard de la Grèce, en raison de la contraction de la demande provoquée par la baisse du pouvoir d’achat.

Dans un tel environnement, l’avantage concurrentiel réside dans l’entreprise qui peut réduire les coûts et ses prix et non dans celle qui intègre une prime sociale dans ses produits.

Pour que cette nouvelle façon de faire des affaires soit couronnée de succès, deux ingrédients sont essentiels : un environnement favorable et une culture de contribution à la société.

Dans une économie en croissance, aidée par des mesures politiques, une économie sociale peut prospérer et être considérée comme un employeur de choix, étant donné la récompense de faire quelque chose de bien et de valable pour la société.

Avance rapide jusqu’à aujourd’hui. Après le bailout, le chômage est tombé en dessous de 20 %, le salaire minimum est à la hausse et un retour à la normale se fait sentir dans l’économie.

La capacité des travailleurs à choisir leur employeur augmente et le pouvoir d’achat des consommateurs augmente, ce qui leur donne la possibilité de choisir non seulement le produit le moins cher, mais aussi celui qui a une valeur ajoutée sociale.

Le gouvernement grec, qui considère l’économie sociale et solidaire comme le nouveau paradigme pour aligner les intérêts du marché sur ceux de la société, a introduit un nouveau cadre juridique pour les entreprises sociales en 2016.

Cela a élargi la définition précédente des entités de l’ Economie Sociale et Solidaire au-delà des Coopératives Sociales, qui ont été introduites pour la première fois en 2011 et incluent les Coopératives de Travailleurs – une nouvelle forme juridique – ainsi que tous les autres types d’entités qui ont un but social, une gouvernance démocratique et une distribution limitée des bénéfices.

Cela a donné un coup de pouce au secteur qui compte plus de onze cents organisations, dont la moitié a été créée au cours des 18 derniers mois, avec un chiffre d’affaires combiné de plus de 10 millions d’euros et employant plus de mille travailleurs ainsi que de nombreux bénévoles mobilisés.

Pour renforcer ce dynamisme, un plan ambitieux visant à créer un environnement propice au développement des acteurs nouveaux et existants de l’économie sociale et solidaire est également mis en œuvre.

Ce plan, doté d’un budget de plus de 170 millions d’euros pour les cinq prochaines années, comprend des services de développement des entreprises, un soutien financier sous forme de subventions et de prêts garantis par l’État et une multitude d’actions de diffusion.

La création d’une culture du don et de la confiance, d’autre part, nécessite une approche plus subtile et systématique. Des efforts sont déployés à cette fin afin de mobiliser les forces dormantes de la société pour que ce type de mentalité devienne visible et finisse par s’intégrer.

Il s’agit notamment de promouvoir la mesure de l’impact social ainsi que la coopération avec les organisations internationales du secteur – telles que le RIPESS – afin d’identifier et de mettre en œuvre des actions nouvelles et innovantes.

L’économie sociale et solidaire en Grèce est encore jeune, mais grâce à l’impulsion que lui donneront les politiques gouvernementales et à l’amélioration des perspectives économiques après le bailout, elle a le potentiel de créer une nouvelle façon de faire de l’économie qui soit en phase avec les intérêts de tous.

Antonis Vorloou est le secrétaire spécial pour la loi sur l’économie sociale et solidaire, qui reconnaît différents types d’entreprises sociales en Grèce.

 

 

Grèce : Lancement de la nouvelle Campagne “Fruits de la Solidarité”
décembre 11, 2017
0

« Fruits de la Solidarité » est un projet de campagne d’exportations de produits de coopératives grecques (principalement des huiles d’olives), appuyé par Dock – Social Solidarity Economy Zone* qui vise la création d’un nouveau maillon du réseau existant de production, distribution, exportation et consommation de produits coopératifs, basé sur les principes et valeurs de l’économie sociale solidaire. Read more

La nouvelle loi grecque sur l’ESS : progresser dans la bonne direction
décembre 19, 2016
0
Greek Parliament Athens

Fin octobre 2016 le Parlement grec a voté une nouvelle loi, la loi 4430/2016 pour “l’Economie Sociale et Solidaire et le développement de ses acteurs”.

De notre point de vue, cette loi constitue un progrès essentiel pour le développement de l’ESS en Grèce. En effet, elle pose un cadre de valeurs et de principes spécifiques qui définissent les acteurs, en tant qu’acteurs de l’ESS. Plus particulièrement, elle déconnecte l’entité légale et le statut légal comme précondition au fait d’être un acteur de l’ESS.

Read more

Grèce: un projet de loi sur l’ESS bientôt présenté au Parlement
Gréce, Greece

Le gouvernement grec va bientôt présenter un projet de loi au Parlement sur « l’Économie sociale et solidaire et le développement de ses agences », afin d’élargir à d’autres types d’entreprises le champ d’application de la loi de 2011 sur les sociétés coopératives sociales, qui ne répond plus aux besoins actuels.

Cette loi portera donc sur les coopératives, sociales et de travail associés mais aussi sur les mutuelles, les associations et les fondations. D’après le CECOP, la plupart des dispositions visent en fait à définir et à réglementer les coopératives sociales et de travail associé.

Parmi les objectifs de la Ministre adjointe de l’Emploi, Rania Antonopoulou, qui porte cette loi, figure le développement des « toutes petites entreprises », dont celles répondant à des besoins d’éducation, de santé, d’emploi, d’environnement et de soutien des migrants.

[Source: RTES]

Soli-Oli: cooperation solidaire avec la Grèce
octobre 7, 2016
0
soli-oli campaign

Au cours de cet été (de juillet à septembre 2016), la campagne pour des exportations solidaires d’huile d’olive « Soli-oli » a voyagé à Berlin, après être passée par la Belgique et le Luxembourg grâce à la coopération d’organisations sociales et d’initiatives d’ESS en Allemagne et en Grèce. Le « coeur » de la campagne porte sur comment une alternative – de commerce équitable et solidaire, sans médiateurs et avec un accès entier à toute l’information sur la qualité, l’origine, les conditions de travail, l’impact environnemental des produits – est possible.

Read more

Réfugiés: les initiatives communautaire et citoyennes de solidarité
avril 2, 2016
0
Comme la « crise des réfugiés » européenne s’aggrave chaque jour et les gouvernements réagissent avec des stratégies d’urgence et à court terme, principalement pour contenir le nombre de personnes entrant dans l’UE ou les conserver dans des domaines spécifiques (avec des accords qui ignorent les droits de l’homme, comme celui entre l’UE et la Turquie), plus de gens se sont organisé pour accueillir ceux fuyant les zones de guerre comme la Syrie, l’Afghanistan, l’Irak.
Ainsi, certaines villes ont commencé à se mobiliser, comme Barcelone, qui a créé un système pour informer, aider et impliquer des réfugiés d’une manière plus ouverte et plus démocratique. En Allemagne et en Italie, beaucoup de communautés se sont mise en cause avec initiatives d’économie social et solidaire visant à aider les réfugiés hors de l’état d’urgence.  Même l’Union européenne a  mis les migrants et réfugiés au coeur du 4me concours européen de l’innovation sociale 2016 (voire l’article de RTES).
En Grèce, Solidarity for all travaille avec nombreuses initiatives de solidarité qui sont concentrent maintenant sur la question.  Il y a aussi des campagne de Crowdfunding pour un Fond des réfugiés, promu par Fair Coop. Ce fonds se concentrera sur l’aide de projets autonome et autogérée impliquant des réfugiés et leur besoin de conserver un contrôle total sur les décisions prises dans leur vie.
Par exemple, les nouvelles colonies et la création d’initiatives productives et holistiques, avec laquelle ils peuvent remplir leurs besoins matériels et immatériels sur une base quotidienne, tout en offrant quelque chose d’utile à la société dans laquelle ils se trouvent.
Pour contribuer et plus d’informations, cliquez sur ce lien: https://coopfunding.net/en/campaigns/refugees-fund-faircoop/
Du GR-EXIT au GR-ENTRANCE: une campagne solidaire entre la Grèce et la Belgique
janvier 5, 2016
0

[de Georgia Bekridaki, Solidarity for All – Gréce]

Nous avons le plaisir de vous annoncer que la campagne solidaire organisée entre Solidarity for All – Grèce et l’organisation Climaxi – Belgique a été un franc succès! Le but de la campagne était, d’une part, de diffuser parmi la population belge et ses collectifs la situation socio-politique en Grèce et les conséquences des politiques d’austérité et d’autre part une aide concrète de la part des associations belges, des syndicats, des groupes environnementaux, des collectifs de solidarité adressée aux coopératives de travailleurs et petits producteurs grecs.

Nous avons donc créé une “boîte de nourriture solidaire”, un “paquet solidaire” qui inclue les produits traditionnels des coopératives et les savons naturels fabriqués par les ouvriers de l’entreprise récupérée de VIOME.

La campagne s’adressait principalement aux syndicats comme ABVV,la Confédération Générale des Travailleurs, les associations, les groupes environnementaux, les organisations politiques, les centres sociaux qui ont passé commande pour près de 2,2 tonnes de produits.

Les conditions difficiles en Belgique – en raison du climat de peur et la militarisation à outrance de la vie quotidienne – les trois semaines qu’a duré la campagne 08-27/11 nous ont encore rapprochés. Les collectifs qui participaient ressentaient que les actions de solidarité entre les populations constitue une réponse, d’une part, au refus de l’aide à la Grèce de la part des leaders européens mais aussi contre les raisons qui génèrent guerre et xénopĥobie.

Les produits grecs sont arrivés le 17 décembre à Herzele et nous avons rencontré tous les partiicpants solidaires à la campagne. Le lendemain, nous avons voyagé à Leuven où nous avons été accueillis très chaleureusement. Nous avons parlé des luttes et du mouvement solidaire qui s’est développé en Grèce au cours des 5 dernières années du memorandum, tandis qu’en même temps nos amis belges exprimaient leur intérêt non seulement en raison des expérimentations imposées à la Grèce mais aussi parce qu’ils visualisaient l’impact que cela avait sur leur propre pays.

Il faut noter, par ailleurs, que 20% du surplus de la campagne ira au bénéfice d’initiatives solidaires (collectifs de distribution de nourriture) en Grèce et pour la création d’une infrastructure de conseil d’aide aux intiatives d’économie solidaire.

Télécharger la presentation Greece-solidarity_campaign_french.pdf

Rencontre à Athènes avec les mouvements d’économie solidaire et cooperative
septembre 20, 2014
0
Greece 15 sept 2014 meeting

[Josette Combes, MES France]

Du 14 au 16 septembre 2014, à l’invitation de Solidarity4all et de la coopérative Synallois. le Comité de coordination du RIPESS Europe s’est réuni à Athènes. Au cours de l’AG du Ripess, en juin 2014, deux membres de ces organisations avaient présenté le contexte grec et le sens de leurs activités pour faire face aux difficultés rencontrées par les citoyens victimes de la crise de la dette. Les mesures imposées par la Troika (c’est ainsi que les Grecs nomment l’Union européenne, le FMI et la Banque mondiale) ont abouti à une paupérisation grave du peuple grec avec une montée du chômage (fermeture d’usines, de commerces, de services) assortie d’une dégradation des conditions de travail (précarisation, bas salaires). Le comité a souhaité mieux comprendre la situation et rencontrer les personnes qui organisent la résistance au délitement des conditions de vie.

La première journée a été consacrée, en introduction, à la présentation du RIPESS aux personnes (environ une cinquantaine), membres de différentes associations ou coopératives qui s’organisent sur le territoire. Le principe de ces rencontres est de favoriser le dialogue entre les participants et de faire émerger les stratégies propices à soutenir l’initiative des citoyens pour s’organiser collectivement et créer des conditions de vie plus favorables.

Read more

Aller à la barre d’outils