Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Fair Times : pour une Europe juste et durable

Fair Times est une campagne paneuropéenne coordonnée par cinq organisations en réseaux de la société civile appelant à un agenda européen de consommation et de production justes et durables.

Avec la FTAO, qui dirige le plaidoyer du mouvement mondial du commerce équitable au niveau de l’UE, IFOAM UE (organisation faîtière européenne pour l’alimentation et l’agriculture biologiques), CIDSE (famille internationale des organisations catholiques de justice sociale), RIPESS-Europe (réseau européen pour la promotion de l’économie sociale solidaire) et ECOLISE (réseau européen pour les initiatives communautaires
pour la durabilité et le changement climatique) représentent leurs mouvements respectifs à travers une campagne un peu différente.

La campagne s’articule autour d’un numéro spécial du journal  » The Fair Times  » de 2024, la fin de la prochaine législature du Parlement européen. Le journal vise à fournir des exemples de politiques que l’UE pourrait mettre en œuvre en matière de consommation et de production durables et espère inspirer les candidat.es à s’engager à prendre des mesures s’ils/elles sont élu.es.

Commerce équitable et économie solidaire, des valeurs partagées
novembre 22, 2018
0
Integrante del Co

El Salto Diario, blogs, article du 30 octobre 2018 par Coordinadora estatal del comercio justo

Récemment, à l’occasion du troisième anniversaire de l’adoption des Objectifs de Développement Durable par les Nations Unies, nous commerce équitable avons  présenté notre nouvelle Charte. C’est un texte dans lequel nous actualisons et réaffirmons nos principes et nos valeurs, et revendiquons la pertinence de ce mouvement d’économie solidaire face à l’augmentation scandaleuse des inégalités et de la dégradation de l’environnement.

Dans la nouvelle Charte (en espagnol et en anglais), qui a été approuvée par plus de 400 organisations dans le monde, le mouvement du commerce équitable dénonce l’échec du système néolibéral actuel, un modèle qui accroît les inégalités et la pauvreté. Face à cela, et face à l’utilisation intéressée et mal interprétée du terme commerce équitable par certains dirigeants politiques (voir Trump..), nous, le mouvement du commerce équitable, réaffirmons clairement ses valeurs, principes et pratiques. Avec la nouvelle Charte, le commerce équitable veut définir la direction dans laquelle il veut aller de l’avant. Et nous savons que, dans cette direction, nous allons rencontrer d’autres mouvements, d’autres groupes de personnes, d’autres revendications avec lesquelles nous avons beaucoup en commun.

L’un d’entre eux est l’économie solidaire. En effet, le commerce équitable est l’un des mouvements qui composent cette vision de l’économie qui fait des personnes, de l’environnement et du développement durable une référence prioritaire par rapport aux autres intérêts », comme on peut le lire dans la Charte de l’économie solidaire.

Les deux mouvements partagent également l’importance de redonner à l’économie son véritable but, c’est-à-dire celui de « fournir de manière durable les bases matérielles du développement personnel, social et environnemental de l’être humain ». De même, le commerce équitable face à la spéculation, les pratiques telles que les marchés à terme, les transactions commerciales sans produits, les stratégies financières qui ne cherchent que le profit économique au détriment de ceux qui les produisent, défendent le commerce comme un véritable échange de marchandises, est davantage une interaction entre les personnes basée sur le respect, la transparence et le dialogue. Bref, un commerce et une économie pour la vie, pour garantir une vie meilleure pour tous. Le commerce pour vivre, et non vivre pour faire du commerce.

Les six principes sur lesquels repose l’économie solidaire (en espagnol) sont étroitement liés à ceux du commerce équitable. Voyons voir.

Le premier des principes de l’économie solidaire est celui de l’équité, définie comme la  » valeur qui reconnaît tous les êtres humains comme sujets d’égale dignité et protège leur droit à ne pas être soumis « . (…) Une société plus juste est une société qui tient compte des différences entre les individus et les groupes. » Ce principe d’économie solidaire trouve sa concrétisation dans le commerce équitable dans son premier principe, qui souligne la situation désavantageuse dans laquelle se trouvent de nombreuses organisations de producteur.rices et repose sur l’idée qu’il est nécessaire de prendre en compte cette situation dans les relations commerciales afin de ne pas générer des situations d’abus de pouvoir ou d’exploitation.

L’économie solidaire établit comme deuxième valeur celle du travail compris comme  » un élément clé de la qualité de vie des individus, de la communauté et des relations économiques entre citoyens, peuples et Etats « . En ce sens, l’économie solidaire souligne l’importance de la dimension humaine, sociale, politique, économique et culturelle du travail qui permet de développer les capacités des personnes.

Le commerce équitable inclut également le travail selon cette même philosophie, en tant qu’élément qui doit garantir une vie digne. Un travail qui est aussi compris comme une façon de participer à la société. C’est particulièrement important pour les femmes. Le commerce équitable encourage leur travail dans les organisations et leur participation à la prise de décision. Dans de nombreux pays et communautés où la majorité des femmes vivent reléguées à l’espace domestique et familial, favoriser leur activité productive en dehors du foyer est non seulement un moyen d’augmenter leurs revenus mais surtout de leur donner un nouveau rôle dans la société, d’améliorer leur image de soi et de changer la vision du reste de la société en relation quant au rôle des femmes. Ce changement de mentalité transforme progressivement la société.

« Nous considérons – affirme la Charte de l’Economie Solidaire – que toute notre activité productive et économique est liée à la nature, donc notre alliance avec elle et la reconnaissance de ses droits est notre point de départ. Pour le commerce équitable, la durabilité environnementale est également un aspect clé. Il ne pourrait en être autrement si nous gardons à l’esprit que pour ceux qui cultivent la terre, c’est leur mode de vie fondamental. En outre, les communautés agricoles et artisanales vivant dans les zones rurales sont particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. C’est pourquoi le développement de méthodes de production respectueuses de la nature et la mise en place de mesures de lutte contre le changement climatique est un aspect fondamental du commerce équitable.

La valeur de la coopération dans l’économie solidaire se définit comme l’importance de  » construire collectivement un modèle de société fondé sur un développement local harmonieux, des relations commerciales équitables, l’égalité, la confiance, la coresponsabilité, la transparence, le respect… « . On trouve des termes presque identiques entre les principes du commerce équitable pour définir ce que devraient être les organisations et les relations entre les entités de production et d’achat, qui prennent la forme de pratiques telles que des relations commerciales à long terme, éviter la concurrence déloyale ou le préfinancement des commandes.

Une autre des valeurs du modèle qui défend l’Economie Solidaire est celle de ne pas avoir de but lucratif, en lien avec la finalité essentielle de ce mouvement qui n’est autre que « le développement intégral, collectif et individuel des personnes ». Le moyen d’y parvenir serait « la gestion efficace de projets économiquement viables dont les bénéfices sont réinvestis et redistribués ». Un but et des moyens qui sont exactement les mêmes dans le commerce équitable. Ainsi, par exemple, les organisations de producteurs réinvestissent les bénéfices supplémentaires et la « prime » dans l’organisation elle-même ou développent différents projets éducatifs, sociaux, sanitaires ou d’infrastructure dans leur communauté. La décision sur l’utilisation des prestations ou de la prime est prise de manière démocratique, avec la participation des travailleurs. Ainsi, le commerce équitable est également lié au dernier des principes de l’économie solidaire, le numéro 6 « Engagement pour l’environnement », qui est spécifié dans « la participation au développement local durable et communautaire du territoire ».

Nous ne voulons pas nous étendre plus longuement, mais si nous continuons à analyser les détails des Chartes de l’Economie Solidaire et du Commerce Equitable, nous trouverons beaucoup plus d’affinités. Des affinités qui constituent notre principal atout, qui constituent notre principale force pour construire la société globale dont tout le monde a besoin.

La Charte internationale du commerce équitable
septembre 14, 2018
0

La montée des inégalités, l’enracinement de la pauvreté et l’aggravation de la crise écologique ont mobilisé la communauté internationale à la recherche de nouveaux modèles d’entreprise et de commerce qui favorisent des économies équitables et durables. Au fil des décennies, le mouvement du commerce équitable a élaboré et mis en œuvre une série de modèles qui servent d’expérience pour transformer l’économie mondiale dans son ensemble.

La nouvelle Charte internationale du commerce équitable consacre la vision commune et les valeurs fondamentales du mouvement du commerce équitable pour nous mettre sur la voie de la réalisation des objectifs du développement durable.

Avec divers acteurs jouant un rôle actif dans le mouvement mondial du commerce équitable, la Charte sert de point de référence international unique pour le commerce équitable.

Voir la charte (en anglais) ici.

[RIPESS International soutient la nouvelle Charte]

 

 

Le Marché Social d’Euskadi avec le commerce équitable
mai 11, 2016
0

Le Marché Social d’Euskadi souscrit au positionnement du Consorcio de entidades de Comercio Justo de Bilbao au moment de la célébration du 30ème anniversaire du début du Mouvement du Commerce Equitable sur notre territoire.

Et toi ? Tu es Commerce Equitable ?

Le système économique capitaliste et le commerce international sont dominés par la logique du libre échange, qui situe la compétitivité et l’obtention d’un maximum de profits économiques au-dessus des droits des personnes, des conditions de travail et de la préservation de l’environnement. Ce système génère de profondes inégalités.

Selon le dernier rapport du PNUD, la pauvreté continue à affecter un milliard de personnes dans le monde et les inégalités augmentent. 80 % de la population mondiale possède 6 % de la richesse globale tandis qu’ 1 % possède la moitié de cette richesse. De plus il existe 830 millions de travailleurs en état de pauvreté, qui vivent avec moins de 2 dollars par jour et 1500 millions de personnes ne jouissent pas de conditions de travail sûres et dignes.

Par ailleurs, selon l’Organisation Internationale du Travail, le travail des enfants continue à affecter 168 millions de garçons et de filles, dont la moitié exercent des travaux considérés comme dangereux. A l’échelle mondiale, les femmes gagnent 24 % de moins que les hommes.

Le secteur du textile représente un exemple emblématique de comment des millions de femmes et d’hommes travaillent dans des usines ou des ateliers dans des conditions d’exploitation et en échange de salaires de misère. La délocalisation de la production a transféré la confection des vêtements vers des pays de bas salaires et de peu de respect des droits du travail et de la protection de l’environnement.

Le commerce Equitable et l’Economie Solidaire ont surgi, comme d’autres mouvements sociaux, du besoin de chercher des alternatives à ce système économique et commercial qui marginalise une grande partie de la population, génère la pauvreté et augmente les inégalités.

Ils se développent avec pour objectif la création de nouveaux modèles pour les processus économiques qui impliquent principalement les petits producteurs et productrices mais interpelle aussi les consommateurs et consommatrices. Ces modèles proposent un regard critique sur le modèle hégémonique – régi exclusivement par la logique de la rentabilité – aussi bien dans ses aspects sociaux qu’environnementaux et centrent leurs actions sur des valeurs comme la solidarité, l’équité, la justice, la réciprocité, la transparence, etc..

Suite de l’article en espagnol ici.

Auteur : Consorcio de entidades de Comercio Justo de Bilbao

 

 

Aller à la barre d’outils