Le RIPESS s’est engagé dans des activités d’éducation et de formation à différents niveaux, principalement à travers ses organisations membres.

Depuis septembre 2016, le RIPESS Europe a commencé à travailler avec certains de ses membres sur l’éducation et la formation professionnelle – EFP (IVET en anglais) dans le cadre d’un projet Erasmus+ (« Economie sociale et solidaire en Europe : affirmer un nouveau paradigme par l’innovation des programmes de formation professionnelle »).

Les pays directement impliqués dans le projet sont : l’Allemagne, la Bulgarie, la Grèce, l’Italie, le Portugal, la République tchèque et la Roumanie.
Les partenaires  : APDES – Portugal (coordinateur), ASPECT – Bulgarie, CRIES – Roumanie, Glafka – République Tchèque, IED – Grèce, RIPESS Europe, Solidarius Italia, Technet – Allemagne.

Ce projet visait à affirmer l’économie sociale et solidaire (ESS) en Europe à travers l’innovation des programmes dans l’éducation et la formation professionnelle  (EFP). Sa principale source d’inspiration est la mise en place d’une formation et du développement professionnel complet des jeunes générations, qui permettent d’intégrer des modèles et des paradigmes socio-économiques alternatifs dans leur vision du monde et dans leurs attitudes.

Durée : 2 ans (Set. 2016 – août 2018)

Objectifs du projet :
1. Évaluer les possibilités et les obstacles à la promotion de l’ESS dans les programmes EFP aux niveaux national et européen.
2. Développer un ensemble de modules de formation sur l’ESS.
3. Promouvoir l’inclusion de modules de formation dans les programmes du EFP au niveau national et européen.

Groupes cibles :
les prestataires EFP aux niveaux local, national et européen, qui développent des formations en économie, gestion, finance et questions sociales dans les niveaux secondaire supérieur et non tertiaires
– Les organisations locales, nationales et européennes d’ESS.
Décideurs politiques aux niveau national et européen.
Stagiaires EFP aux niveaux local et national.

Une brève description du projet est disponible dans le dépliant (en anglais) Erasmus SSEE IVET (pdf).

Principaux résultats  :

  1. Un état des lieux (mapping report)

L’économie sociale solidaire (ESS) s’affirme de plus en plus comme un modèle socio-économique dynamique et prometteur dans l’UE et dans diverses parties du monde. Bien qu’il ne soit pas facile de trouver une définition commune de l’ESS dans toute l’Europe, cette étude affirme le caractère transformateur de l’ESS envers toutes les activités socio-économiques, elle favorise la démocratie au travail et dans la communauté, la justice sociale dans la répartition des bénéfices (en termes d’impact positif et de surplus) et la conscience écologique des limites de la planète, une utilisation intelligente des ressources naturelles, la limitation ou la non autorisation de la privatisation des biens communs.

Un changement de paradigme exige un changement dans la prise de conscience. C’est pourquoi l’éducation et la formation sont des éléments fondamentaux de ce processus – et en particulier l’éducation et a formation professionnelle  (EFP), avec son fort potentiel pour transformer les jeunes générations en citoyens et professionnels mieux informés et plus conscients, ainsi que mieux à même de relever les défis actuels de la société. Les acteurs de l’ESS développent des mécanismes économiques spécifiques, basés sur la coopération, l’équité et la solidarité dans l’organisation du travail, le développement inclusif et durable dans l’organisation des secteurs, la répartition de la richesse et l’évaluation, des instruments et des partenariats qui organisent la co-conception et la co-construction des politiques publiques visant l’intérêt général et un lien solidaire entre les générations.

Par conséquent, le présent rapport vise à identifier les opportunités et les contraintes dans les pays concernés pour atteindre cet objectif d’inclure l’ESS dans les programmes nationaux d’EFP. Il présente aussi des aperçus transversaux en plus de la description de la situation de chaque pays. Il est le résultat d’une recherche effectuée par l’intermédiaire d’un modèle commun de collecte d’informations et de données relatives à l’ESS dans les programmes d’EFP des différents pays européens impliqués dans le projet, afin de « cartographier » la situation actuelle.

Télécharger le rapport complet du SSE IVET European Mapping Report en EN
Télécharger le résumé du SSE IVET European Mapping Report en EN
Télécharger la présentation SSE IVET European Mapping Report en EN

2. Modules de formation EFP ESS

Ce document est la première partie d’un ensemble de modules pilotes de formation visant à promouvoir l’économie sociale et solidaire au niveau de la formation professionnelle et éducation initiale. Ce package est composé des modules de formation suivants :

Ces modules de formation sont un outil pour les formateurs travaillant dans le domaine de l’éducation et la formation professionnelle. L’EFP couvre plusieurs parcours dans le système éducatif, généralement avant d’entrer dans la vie active, et peut commencer dès l’âge de 14 ans et s’étendre potentiellement jusqu’à 25 ans (les limites d’âge varient d’un pays à l’autre dans le paysage européen).

Nous pensons qu’il est crucial d’investir dans l’éducation et la formation des générations futures pour que les jeunes puissent grandir comme des citoyens qui développent leur activité professionnelle avec une vision plus critique du système économique actuel. Pour ce faire, nous avons besoin de programmes d’EFP plus novateurs, qui encouragent la discussion autour de modèles et de paradigmes socio-économiques alternatifs – tels que l’économie sociale et solidaire (ESS).

3. Note d’orientation

L’expérience acquise tout au long des deux années de ce projet nous a permis de formuler quelques premières conclusions et recommandations à l’intention des décideurs et des responsables politiques nationaux et européens, qui ont été résumées dans un e note d’orientation.

Ce document a été présenté lors du séminaire final à Porto (Portugal), le 13 juillet 2018, avec un plan d’action.

4. Plan d’action pour l’affirmation de l’ESS dans les programmes d’EPF

Le plan d’action est un outil d’une stratégie de plaidoyer commune pour l’affirmation de l’ESS dans les programmes d’EFP aux niveaux européen et national. Dès le début du projet, il était nécessaire d’identifier des partenariats stratégiques afin de créer des alliances solides pour obtenir de bons résultats et assurer la durabilité du projet. Ce document présente les stratégies nationales orientées vers l’action des partenaires pour plaider en faveur de l’inclusion de modules dans les programmes d’EFP ainsi que les principales stratégies européennes communes pour affirmer l’ESS dans la formation et le développement professionnel des nouvelles générations entrant sur le marché du travail. Sur la base d’un dossier politique et de leurs plans nationaux, chaque partenaire présente sa propre stratégie de plaidoyer basée sur sa réalité nationale (pour RIPESS, basée sur le contexte européen).

Besoins et défis

La justification du projet repose sur deux hypothèses principales :

L’ESS en tant que modèle socio-économique alternatif

L’économie sociale solidaire s’affirme de plus en plus comme un modèle socio-économique dynamique et prometteur dans l’UE et dans diverses parties du monde. L’ESS est enracinée dans des valeurs et des pratiques inclusives et comprend des organisations du troisième secteur (citoyen), comme les entreprises sociales, les mouvements sociaux et les citoyens qui développent à plusieurs niveaux des alternatives à la crise à laquelle nous sommes confrontés aujourd’hui (plus d’inégalités, moins de démocratie, plus de chômage structurel,, perte de la cohésion sociale, défis environnementaux, migrations forcées, démantèlement des Etats providence, etc.) Le paradigme économique dominant actuel n’apporte plus de réponses aux aspirations profondes des peuples et de la planète, d’où l’appel à un modèle durable qui projette sur le devant de la scène les liens sociaux inhérents aux communautés locales et leurs relations émancipatrices, sur une base de réciprocité et de solidarité.

– L’EFP en tant qu’outil de changement social

Un changement de paradigme exige un changement dans la prise de conscience. C’est pourquoi l’éducation et la formation sont. des éléments fondamentaux de ce processus – et en particulier l’EFP, avec son fort potentiel pour transformer les jeunes générations en citoyens et en professionnels mieux informés et plus conscients, ainsi qu’en mesure de relever les défis sociétaux actuels. Ces défis appellent une approche qui évoque l’EFP, notamment dans le deuxième cycle de l’enseignement secondaire et non supérieur, comme un choix de haute qualité en matière de développement des compétences/développement professionnel et d’acquisition transversale et générale des connaissances, pour former de jeunes adultes hautement qualifiés et instruits. Pour y parvenir, les programmes d’EFP doivent être novateurs afin de répondre aux défis actuels du marché du travail et de la société.

Dans ce contexte, le partenariat – avec une expertise diversifiée et des préoccupations similaires – a réuni les potentialités de l’ESS et ses réflexions en matière d’EFP, créant un champ de synergies pour répondre aux défis et aux besoins énoncés ci-dessous.

Défis/besoins abordés par le projet :

  • Les contenus relatifs à l’ESS sont pour la plupart inexistants dans les programmes d’EFP de la plupart des pays européens.
  • Les modules concernant l’ESS ne sont pas systématiquement inclus en tant que contenu transversal dans l’EFP des profils professionnels existants.
  • Les formations en économie sociale se sont multipliées ces dernières années, mais elles sont généralement très spécialisées, sans référence à l’économie solidaire, et manquent d’une vision systématique pour une transformation critique du système économique actuel.
  • Ces formations s’adressent souvent à des personnes ou des organisations qui travaillent déjà dans ce domaine ou qui y sont engagées, en particulier des professionnels actifs.
    L’ESS est un sujet d’action, de recherche et de politique prometteur mais encore largement inexploré, et son concept est largement inconnu, vague ou étrange pour la plupart des gens, professionnels et décideurs.

Les recherches et l’expérience des organisations partenaires ont révélé un certain nombre de faiblesses dans les programmes de formation et d’apprentissage disponibles pour l’économie sociale : ils se rapportent à des cadres nationaux/régionaux ou même organisationnels et manquent d’une perspective européenne/internationale ; ils tendent à se concentrer sur des aspects particuliers de la création/gestion/financement de certains types d’entreprises, sans approche globale qui reflète le cadre social et économique dans lequel ces organisations fonctionnent ; ils fonctionnent de manière assertive étant donné leurs limites géographiques, culturelles ou administratives et sont acceptés sans débat critique, sans une politique stratégique pour intervenir dans le milieu politique, culturel et économique. Pour surmonter ces faiblesses, nous avons besoin d’une perspective historique et culturelle intégrée et d’une approche de collaboration efficace pour changer les paradigmes économiques. En outre, la mobilité géographique des personnes dans l’éducation, la formation et sur le marché du travail est désormais une réalité qui exige également une perspective européenne intégrée du développement des connaissances et des compétences des jeunes générations. C’est pourquoi l’affirmation de l’ESS par l’innovation dans les programmes d’EFP peut être mieux résolue par une approche européenne.

Partenaires et financement

This post is also available in / aussi en: Anglais