Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Lancement du livre « Peer to Peer: The Commons Manifesto »
février 14, 2019
0

Article de la Fondation P2P

QUAND : 21 mars 2019 @ 17h00 – 19h00
OÙ : Université de Westminster (salle UG05) ; 309 Regent St ; Marylebone, Londres W1B 2HT ; Royaume-Uni
COÛT : Gratuit
Michel Bauwens, Vasilis Kostakis & Alex Pazaitis (Fondation P2P) – Lancement du livre’Peer to Peer. The Commons Manifesto’ (University of Westminster Press)

Depuis que Marx a identifié les usines de fabrication de Manchester comme le plan directeur de la nouvelle société capitaliste, il n’y a pas eu de transformation plus profonde des fondamentaux de notre vie sociale. Alors que le capitalisme est confronté à une série de crises structurelles, une nouvelle dynamique sociale, politique et économique émerge : le peer to peer.  Qu’est-ce que le peer to peer ? Pourquoi est-il essentiel à la construction d’un avenir centré sur les communs ? Comment cela a-t-il pu arriver ? Telles sont les questions auxquelles ce séminaire tente de répondre.

Biographie
Michel Bauwens est le fondateur de la Fondation P2P et travaille en collaboration avec un groupe mondial de chercheurs dans l’exploration de la production par les pairs, la gouvernance et la propriété des communs.
Vasilis Kostakis est professeur de gouvernance P2P à l’Université de technologie de Tallinn et professeur associé à l’Université Harvard. Il est également professeur invité à l’Université Autonome de Barcelone. Vasilis est le fondateur du laboratoire P2P et le membre principal de la Fondation P2P.
Alex Pazaitis est membre de base du laboratoire P2P et chercheur junior au département Ragnar Nurkse de l’université technologique de Tallinn.

Tout ce que vous vouliez savoir sur l’ESS…

Par Josette Combes.

Le Manuel de l’autre économie en est à sa deuxième édition. Réalisé par Eric Dacheux et Daniel Goujon, il est à mettre entre toutes les mains, Celles des étudiants de Master en premier lieu, pour lesquels il sera une source abondante de références, définitions, rappels historiques,, mises en perspective, et propositions théoriques. Mais plus encore, c’est un ouvrage de vulgarisation au sens noble du terme, qui offre l’opportunité, maintenant que le terme économie solidaire circule dans tous les sens – souvent hélas à contre sens, à chaque citoyen de se familiariser avec cette économie, ses fondements et son potentiel, pour qu’elle se développe au-delà du cercle restreint (bien qu’en expansion) de ses pratiquants.

On commencera cette recension -une fois n’est pas coutume- par la dernière phrase de l’ouvrage : « l’économie solidaire nous invite maintenant à nous libérer des chaînes économiques qui entravent encore notre liberté et à prendre pleinement notre place: acteur et non plus victime économique ». (212)

Comment parvenir à ce miracle ? En instaurant une démocratie délibérative par la mise en œuvre d’espaces publics de proximité où sont débattues les décisions économiques qui concernent non pas seulement les agents économiques « obéissant à la loi du marché »mais un ensemble beaucoup plus complexe incluant le consommateur à qui est destiné la production sans oublier (ce qui est trop souvent le cas), la nature dont sont extraits les matériaux, l’air et l’eau qui subissent les artefacts éventuellement délétères et la cohésion sociale impactée par les effets du système.

Dans un premier temps l’ouvrage se coltine cette question essentielle: qu’est-ce que l’économie et notamment qu’est ce que l’économie solidaire

Les auteurs s’attachent d’emblée à souligner que l’économie solidaire est une science sociale et qu’elle ne peut s’appréhender que par une approche pluridisciplinaire et non par le seul prisme mathématique cher aux tenants de l’économie orthodoxe qui mesure essentiellement les flux financiers et évalue la rentabilité à la seule aune du profit. Or, comme le font très justement remarquer Dacheux et Goujon, l’économie ne se réduit pas à la confrontation de l’offre et de la demande, il existe toute une économie qui passe sous les radars du PIB et qui cependant permet à une société de perdurer voire constitue le socle ‘l’étage du rez-de-chausée  » comme le définit Braudel. Leur démonstration passe en revue l’approche micro (la rareté ) et l’approche macro (la monnaie) et un certain nombre de théoriques économiques De façon générale les systèmes se situent entre deux pôles : l’organisation libérale où « seuls rentreront dans un cycle économique les biens qui ont une demande permettant d’engager un facteur travail avec surplus, ce surplus étant nécessaire à la rémunération du capital engagé (70); « l’organisation étatique où le pouvoir prend de façon interventionniste et autoritaire toutes les décisions économiques (70). Or il y a bien d’autres richesses en dehors des richesses économiques -richesses sociales, richesses culturelles, richesses naturelles- qui échappent à la production et à la mesure monétaire » (71). L’économie solidaire constitue un troisième pôle qui impulse un rééquilibrage des politiques publiques, la société civile élaborant des propositions et invitant les responsables politiques à les soutenir dans leurs réalisations. Cette dimension démocratique s’articule avec une dimension symbolique (solidarité, relier sans lier) et une limitation sinon la suppression de l’usage spéculatif de la monnaie. L’économie solidaire recherche une troisième voie entre « individualisme méthodologique niant les contraintes sociales et un holisme niant les marges de manœuvre individuelles » il s’agit de constituer des ressources relationnelles permettant l’émergence d’une intelligence collective orientée vers la mise en œuvre du bien commun..

L’économie solidaire , une solution à la crise démocratique.

Pour entamer leur deuxième partie, les auteurs posent un postulat : la démocratie est en crise, les systèmes qui bon an mal an permettaient la cohésion sociale ne correspondent plus aux réalités du temps, notamment après plus de 40 années de dérégulation libérale . Pour analyser le terme même de démocratie, il faut s’appuyer sur une notion récemment introduite dans la réflexion politique, (même si son émergence naît au siècle des Lumières, notamment avec Kant,) celle de « l’espace public »selon le terme d’Habermas (85). Une société se construit dans la conjugaison et / ou l’affrontement de trois ordres qui la fondent : le politique, l’économique et le symbolique. La démocratie n’est pas un donné immuable mais un « dessein » en évolution . Si l’économie solidaire revendique sa dimension démocratique il faut alors qu’elle articule les trois ordres sans que l’un d’eux ne prédomine au risque d’un déséquilibre, celui dont pâtissent précisément les sociétés actuelles par hypertrophie de l’économique au détriment des deux autres dimensions. L’ordre politique étant le lieu de la construction de la norme, l’existence d’un espace public de délibération peut générer un pouvoir communicationnel afin de peser sur l’organisation sociale . Cet espace caractérisé par « des horizons ouverts, poreux et mobiles » est le lieu potentiel d’une réflexion collective orientée vers le bien public, un lieu d’incarnation des subjectivités, de négociations subtiles entre parties prenantes d’un territoire circonscrit. C’est ainsi « le lieu de légitimation du politique, le fondement de la communauté politique et le lieu de leur mise en scène. (92).

Le rôle de l’économie solidaire dans la vitalité de l’espace public est essentiel. Les citoyens, acteurs de l’innovation sociale et économique sollicitent leurs interlocuteurs politiques pour faire évoluer les configurations décisionnaires, leur composition (participation des citoyens), leurs orientations (modification des options économiques ) et leur culture (inversion des propositions du bas vers le haut en rupture avec la culture de la verticalité surplombante, ). On trouvera ici de nombreux exemples de réseaux agissant dans ce sens ainsi que les diverses déclinaisons que cela entraîne..

L’économie solidaire, une utopie en actes

Si la loi ne suffit pas seule à maintenir le vivre ensemble(104), le ciment qui lie une communauté repose en grande partie sur son adhésion à des univers symboliques, rôle joué par la religion dans la plupart des sociétés . En revanche dans les sociétés laïcisées, les registres du symbolique ont évolué et sont multiformes (art, culture, sciences, mythologies) et on pourrait ajouter les modes au sens de Barthes. Quant à l’utopie elle souffre d’un déficit de crédit dû à l’échec des tentatives antérieures de renouvellement des sociétés (socialismes divers et variés) ou du caractère inaccessible de ses élucubrations.

Or, sa fonction même est de résistance aux idéologies et mythologies établies non pour les abattre mais pour les dépasser en démontrant l’obsolescence de certains paradigmes pour les remplacer par de nouveaux, en fait issus d’une nouvelle rationalité. L’économie solidaire « est un projet d’approfondissement de la démocratie visant à développer la participation au sein de la société civile, à associer les citoyens aux décisions au sein du système politique et à étendre la démocratie au sein même du système économique » (…) une utopie, un projet de société, faisant du débat démocratique la pierre angulaire du vivre ensemble.. (113). Il ne s’agit pas d’abattre un système pour le remplacer par un nouveau dont il faudrait tout inventer mais bien de le faire évoluer grâce à l’implication des citoyens dans la décision politique et économique dont ils sont exclus dans le système actuel.. Cela vaut à l’économie solidaire d’être accusée par les extrémistes de tiédeur et par les tièdes d’extrémiste (115)

L’économie solidaire c’est de l’économie réelle?

L’analyse de Dacheux et Goujon fait appel aux notions de circuits économiques (une triangulation entre production, revenu, dépense). Ils mettent en exergue l’affaiblissement du pouvoir des salariés et des syndicats face aux ruptures aménagées par la mondialisation et la mise en concurrence des territoires et des humains et ils passent en revue les différentes théories de la justice notamment celle de Rawls (123, 124). Pour l’économie solidaire, il s’agit de sortir de la bipolarisation libéralisme versus keynésianisme en s’inscrivant soit en rupture avec ces logiques, (alternatives) soit en atténuant leurs effets (adaptation). Ces positionnements impliquent dans tous les cas une volonté d’engagement citoyen, une responsabilité sociale échappant à la logique marchande sans pour autant reposer sur une réglementation par l’État des échanges. (129). La logique de rentabilité économique s’efface pour suivre une logique d’utilité sociale.

A plusieurs reprises il est rappelé que la sphère économique ne se limite pas à celle des flux financièrs, qu’il existe des activités qui sont de production et d’échange sans médiation de la monnaie (notamment, note de l’auteure, la sphère domestique assurée majoritairement et gratuitement par les femmes) . A cet égard, l’économie solidaire renouvelle l’usage de la monnaie, en créant des investissements éthiques, des monnaies sociales, des zones de gratuité,etc. Il s’agit de limiter la monnaie à sa fonction d’échange à rebours de la financiarisation absurde qui met en danger les équilibres économiques et humains actuellement.. L’économie solidaire est plus que réelle puisqu’elle recompose les liens entre les ordres politique / économique/ symbolique et si son poids économique est encore très faible, son pouvoir de démonstration de sa capacité à redonner du sens aux échanges humains est sans aucun doute essentiel.

Le chapitre 7 dédié à la place de l’économie solidaire en Europe souffre d’une mise à jour sur ses récents développements. Si le constat sur la panne de la vision européenne est pertinent, les auteurs auraient dû revoir leurs références. Ainsi,le RIPESS Europe est-il considéré comme sur le point de d’être formalisé alors que le réseau a désormais 7 ans d’existence et a accompagné la mise en route de développements en Grèce, dans les pays de l’Est et du Nord où l’économie solidaire n’était pas structurée. Il rassemble des réseaux de 17 pays européens dont certains animent des regroupements élargis à leur région comme la Finlande en Scandinavie ou la Croatie dans les Balkans.

De même le défaut de reliance avec les mouvements sociaux est démenti par toute une série de convergences dans lesquelles aussi bien les réseaux nationaux et européens sont impliqués. Au niveau international, l’ESS existe sous de multiples formes et intitulés dans tous les pays avec des transmissions de modèles d’un continent à l’autre (les tekei japonais ont inspiré les amap et les CSA, les entreprises récupérées argentines ont inspiré les reprises d’entreprises en Europe, les incubateurs d’entreprises du Brésil se sont acclimatés en Europe). Au-delà, la task force de l’ONU consacre une partie de ses travaux à l’ESS, le BIT reconnaît à l’économie solidaire une fonction de maintien en quantité et qualité de l’emploi et y consacre en partie son université ILO.

C’est évidemment la limite d’un tel exercice. la théorie a vocation à voyager relativement bien dans le temps mais l’histoire du développement change par définition au fur et mesure du temps . Si l’économie solidaire est encore souvent une économie de survie, on voit de plus en plus des entreprises qui fonctionnent bien, rémunèrent correctement leurs membres tout en maintenant une gouvernance démocratique. Ce n’est pas une économie que de services et les principes fondamentaux ne représentent pas un handicap à l’établissement d’entreprises industrielles, même si on ne peut envisager ici une industrie de l’armement ! L’économie solidaire représente, comme le soulignent les auteurs un nouveau modèle de développement et il suffit de recenser les initiatives qui se multiplient dans les pays du Sud pour le constater.

On ne commentera pas ici le chapitre sur les forces et les faiblesses de l’économie solidaire puisqu’à nouveau le chapitre souffre d’un défaut d’actualisation notamment parce que les lignes ont bougé entre les partisans et les détracteurs de l’ESS. Ainsi la réflexion sur la décroissance infuse auprès des acteurs de l »économie solidaire qui dans certains cas pratiquaient la décroissance sans se revendiquer de cette idéologie. Ainsi le changement d’imaginaire cher à Latouche est-il intégré dans le discours actuel de l’ESS. De même l’économie des conventions n’est-elle pas si. éloignée de l’évolution de l’ESS. A cet endroit, on distinguera les « querelles de chapelles théoriques » des évolutions sur le terrain qui sont par définition toujours en avance puisque la théorie est le ressaisissement d’un réel en continuelle évolution grâce, il est vrai, à l’effet miroir des concepts. Les faiblesses de l’ESS sont réelles mais elles ont changé de registre. Une des principales reste la difficulté à régler la bonne distance entre marché, Etat et réciprocité. et articuler militantisme politique, actions économiques et projet utopique, tout en évitant l’écueil des contradictions entre les discours et la pratique, la pratique et la théorie, le projet de société qu’elle porte et les évolutions massives de la société actuelle (189)

L’ouvrage se clôt sur un éloge du délibéralisme dont l’économie solidaire serait un fer de lance introduisant dans le jeu social à la fois une remise en cause des fondements de la science économique qui place le marché « hors sol en quelque sorte » fonctionnant sur des logiques étrangères à toute prise en compte des humains et de leurs territoires de vie. Opposant Hayek le théoricien ultralibéral à Mauss et son essai sur le don les auteurs déclarent que les lois du marché sont une fiction entretenue pour justifier les exactions commises en son nom, alors que l’économie est le fruit de décisions humaines orientées. La théorie délibérative considère que lorsqu’il s’agit des affaires communes, les citoyens forment leurs opinions et leurs volontés dans la discussion collective et que l’intérêt général qui en résulte est le produit d’une délibération collective permettant l’obtention d’un consensus autour du meilleur argument.

Les communautés de travail en recherche de nouveaux modes d’élaboration des décisions inventent des méthodes de concertation sur un mode horizontal qui faute d’évacuer la difficile question de l’égalité dans la capacité communicationnelle usent de modes relationnels qui offrent au moins l’opportunité d’un accès à l’information nécessaire à la décision, permettant que les décisions actées engendrent une vraie dynamique d’investissement des acteurs dans la réalisation des objectifs.

Se libérer de la dictature du marché et soumettre les marchés aux lois démocratiques, c’est in fine l’objectif central de l’économie solidaire, un objectif largement partagé par beaucoup de mouvements sociaux qu’ils soient écologistes, anticolonialistes, féministes, autogestionnaires . C’est pourquoi l’économie solidaire dessine un futur propice à l’émancipation .

Le manuel de l’autre économie est donc à mettre entre toutes les mains, celles des convertis, acteurs de son développement, celles de citoyens qui ignorent absolument ce que le terme signifie et même celle de ses contempteurs qui pourraient éventuellement réviser leur jugement. A noter qu’il est muni d’un glossaire utile pour décrypter les termes techniques qu’on y rencontre et d’une liste d’initiatives dont certaines ont disparu tandis que d’autres plus récentes devraient y figurer. mais à l’ère des réseaux sociaux et des cartographies électroniques, on peut suivre ces évolutions sur les sites dédiés comme celui du RIPESS, socioeco.org

.

Eric Dacheux, Daniel Goujon

Principes d’économie solidaire.Manuel de l’autre économie

Ellipses Marketing 2° édition 24 juillet 2018

Prix éditeur : 26€00

Pages : 252

Isbn : 9782340027275

Economies transformatrices : que nous disent les documents?
décembre 13, 2018
0
de www.enchange.com

Comme l’explique l’article « Le processus de confluence du FSM Barcelone 2020 des économies transformatrices a commencé« , le FSM de Barcelone sera axé sur les économies transformatrices.

Mais qu’entendons-nous par « économies transformatrices » ? Si nous souhaitons répondre depuis l’ESS, un petit tour sur socioeco.org s’impose. Une simple recherche dans le moteur de recherche nous indique que nous pouvons y trouver environ 700 documents qui utilisent le mot « transformation » dans les différentes langues. Pour affiner la recherche, nous pouvons utiliser le mot-clé : Nouveau paradigme de transformation, qui regroupe ceux qui nous intéressent et que nous présentons ici, utilisés dans le sens de changement social et politique. Dans les mots de Ruben Suriñac, dans son livre Economias transformadoras de Barcelona, “les mouvements et phénomènes de l’économie transformatrice sont toutes les propositions de réorganisation socio-économique qui introduisent une critique du modèle économique dominant et formulent des propositions de changement socio-économique (tant en théorie qu’en pratique) qui, à différents degrés, tentent de transformer ce modèle ou, tout du moins, d’en prévenir ou en atténuer les effets négatifs”. Il cite, pour Barcelone, les mouvements de la décroissance, l’économie du bien commun, les communs, l’économie féministe et du care, l’économie sociale, l’ESS. Et les phénomènes de l’économie collaborative, communautaire, de la consommation responsable, de l’économie circulaire, de l’entrepreneuriat social, de l’innovation sociale et de la responsabilité sociétale.

Voici quelques exemples de documents que vous pouvez consulter dans les 3 langues du RIPESS:

En espagnol,

nous trouvons, outre le livre cité plus haut, les documents liés au Forum des Economies Transformatrices lui-même  et souvent au REAS et à la XES:

mais aussi

Si las experiencias basadas en la ES lograran conectarse e intercooperar entre ellas dentro del modelo del consumo responsable, serian capaces de alterar las condiciones perversas del mercado actual.

En Amérique Latine, les documents se réfèrent à la transformation sociale, l’action pour la transformation, le paradigme de changement transformateur ou comme une forme de résistance au capitalisme.

Plantea que es el sentido de la transformación deseada, y desde esa definición amplia, qué política social o socioeconómica contribuyen a esa transformación.

et n’oublions pas le slogan du dernier FSM :

En anglais,

nous trouvons le concept de « transformational or transformative change « , en particulier utilisé par l’UNRISD :

Mais aussi les documents suivants associés avec les communs et la décroissance :

  • Commoning as a Transformative Social Paradigm , 2016 – David Bollier (USA)Brisk overview of the commons, commoning, and their great potential in helping build a new society. becoming stewards of natural systems, and mutualizing the benefits of shared resources.
  • Initiatives, Chains and Networking for Transformation , Degrowth in movement(s): Solidarity Economy (Germany) – 2017 – Dagmar Embshoff, Clarita Müller-Plantenberg,, Giuliana Giorgi How is the relation between the degrowth movement and other social movements and perspectives?

En français,

les auteurs parlent du potentiel de transformation de l’économie collaborative, des innovations sociales, de la décroissance, des communs ou de la transformation du capitalisme :

Les médias indépendants parlent de l’ESS

Les médias indépendants sont proches de l’ESS, souvent par leurs statuts et surtout par les valeurs qu’ils défendent. Mais comment l’abordent-ils? Voilà une sélection d’articles de médias indépendants des trois derniers mois. Vous pouvez aussi les retrouver sur la carte de socioeco.org : Journaliste des solutions.(Les articles sont situés sur la ville où se déroule l’expérience ou, en cas d’article généraliste, dans la ville où siège le média).

Comme vous le verrez, les articles sont dans leur langue d’origine, diversité des pays d’Europe oblige. Pour le grec, pour lequel le journal Efsyn est particulièrement présent avec parfois plusieurs articles par semaine sur l’ESS, un résumé en anglais est inclus. Cela vous permettra de percevoir quelles sont les thématiques traitées par ces médias: développement durable, réfugiés, autogestion, coopératives, agriculture bio, etc.  N’hésitez surtout pas à nous faire parvenir un article ou le site d’un media pour améliorer la carte et notre connaissance de l’ESS. Ecrire à Françoise Wautiez : fwautiez[at]socioeco.org

Image de Terra Nuova

Français
  • Se déplacer en milieu rural : ces territoires enclavés qui développent des alternatives sociales et solidaires
    Sophie Chapelle
    Article de Basta!, 16 novemnre 2018 [lire]
  • A Clermont-Ferrand, le succès d’une grande librairie reprise en coopérative par ses salariés
    Sophie Chapelle
    Article de Basta!, 19 octobre 2018 [lire]
Espagnol
  • Nace el Foro de Consumo Responsable de Zaragoza, que velará por la extensión de políticas sostenibles y saludables a nivel local
    Artículo de Arainfo, 16 de noviembre 2018
    2018 [lire]
  • La Contratación Pública Responsable estrena nueva web y se abre a la participación de las personas usuarias
    Artículo de Arainfo, 13 de noviembre 2018 [lire]
  • Comercio Justo y Economía Solidaria, valores compartidos
    Artículo de El Salto,30/10/2018 [lire]
  • El Ayuntamiento de Zaragoza aprueba la primera Estrategia de impulso a la Economía Social de la ciudad
    Artículo de Arainfo, 22 de octubre 2018 [lire]
Catalan
  • Jordi Via, excomissionat d’ESS a l’Ajuntament de Barcelona: balanç d’una experiència, moment i perspectives
    Pep Valenzuela
    articulo de Malarrassa, 16/11/2018 [lire]
Anglais
  • Why Co-ops and Community Farms Can’t Close the Racial Wealth Gap
    Zenobia Jeffries
    Article of Yes! Mafazine, Nov 09, 2018 [lire]
Italien
  • Un modello 100% biologico e’ possibile: l’esempio del Sikkim
    Articolo de Terra Nuova, 16 ottobre 2018 [lire]
  • L’economia per un mondo nuovo
    articolo de Comune.info, 11 ottobre 2018 [lire]
Grec
  • Οι άνθρωποι της Κ.ΑΛ.Ο. προχωρούν με προβλήματα αλλά και αισιοδοξία (The SSE people are moving with both problems and optimism)
    Ioanna Sotirchou
    Article of EFSYN, 12/11/2018 [lire]
  • Επιχορηγήσεις για υφιστάμενους φορείς Κ.ΑΛ.Ο.(Grants for existing SSE organizations)
    Article of EFSYN, 09/11/2018 [lire]
  • Στο Βελβεντό ο πρώτος αυτοδιαχειριζόμενος υδροηλεκτρικός σταθμός (In Velvento the first self-managed hydroelectric power station)
    Article of EFSYN, 04/11/2018 [lire]
  • Κοινωνικός αντίκτυπος για Κ.ΑΛ.Ο. (Social Impact of SSE)
    Ioanna Sotirchou
    Article of EFSYN, 29/10/2018 [lire]
  • Ροκάνι: ΚΟΙΝΣΕΠ για την κυκλική οικονομία (Rokani: in a circular economy)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 29/10/2018 [lire]
  • Οι εναλλακτικές στον καπιταλισμό είναι ήδη εδώ, ήταν πάντα εδώ! (Alternatives to capitalism are already here, they’ve always been here!)
    Hara Kouki
    Article of EFSYN, 15/10/2018 [lire]
  • Κουκάκι: η Κ.ΑΛ.Ο ξορκίζει το κακό (Koukaki: SSE excuses the evil)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 08/10/2018 [lire]
  • Συνεταιριστές όλης της Ελλάδας, συνεργαστείτε! (« Co-operatives all over Greece, work together! »)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 01/10/2018 [lire]
  • Κριτική και προτάσεις για να βελτιωθούν οι νόμοι για την ΚΑΛΟ (Criticism and suggestions to improve the laws for SSE)
    Ioanna Sotirchou
    Article of EFSYN, 1/10/2018 [lire]
  • «Ευρώπη, ήρθε η ώρα να τελειώσει η εξάρτηση από την ανάπτυξη!»(« Europe, it’s time for development dependency to end! »)
    Article of EFSYN, 24/09/2018 [lire]

 

Lancement de Transiscope, le portail des alternatives
Logo Transiscope

Transiscope bannerTransiscope est une nouvelle initiative qui a pour objectif de mettre en lumière toutes les alternatives pour la transition en les affichant sur une carte unique, en collectant les données déjà existantes.

QUE PROPOSE TRANSISCOPE ?
  • Informer sur les organisations et initiatives citoyennes existantes de manière simple, claire et attirante grâce à une classification intuitive, un format harmonisé de présentation des initiatives et différents outils numériques disponibles;
  • Inciter à la participation et à l’action citoyenne par la création d’un annuaire de contact des alternatives;
  • Accélérer la mise en réseau et les synergies entre les initiatives : rendre les alternatives visibles les unes aux autres est un facteur clé de la mise en coopération;
  • Visualiser les territoires ou les problématiques qui nécessitent le développement d’alternatives concrètes;
  • Développer et outiller nos communs : les logiciels développés pour le projet sont libres, donc ré-utilisables et améliorables pour d’autres projets.

En savoir plus voir ici.

Cette plateforme relie le travail des organisations et acteurs de la transition en France et est portée par un collectif de 10 associations, dont le RIPESS et le MES.

Les médias indépendants parlent de l’ESS
septembre 7, 2018
0
Media independents

Les médias indépendants sont proches de l’ESS, souvent par leurs statuts et surtout par les valeurs qu’ils défendent. Mais comment l’abordent-ils? Voilà une sélection d’articles de médias indépendants des trois derniers mois. Vous pouvez aussi les retrouver sur la carte de socioeco.org : Journaliste des solutions.(Les articles sont situés sur la ville où se déroule l’expérience ou, en cas d’article généraliste, dans la ville où siège le média).

Comme vous le verrez, les articles sont dans leur langue d’origine, diversité des pays d’Europe oblige. Pour le grec, pour lequel le journal Efsyn est particulièrement présent avec parfois plusieurs articles par semaine sur l’ESS, un résumé en anglais est inclus. Cela vous permettra de percevoir quelles sont les thématiques traitées par ces médias: développement durable, réfugiés, autogestion, coopératives, agriculture bio, etc.  N’hésitez surtout pas à nous faire parvenir un article ou le site d’un media pour améliorer la carte et notre connaissance de l’ESS. Ecrire à Françoise Wautiez : fwautiez[at]socioeco.org

Image EFSYN

Français
  • Répartir équitablement le travail, mais aussi les revenus : l’utopie d’une ferme devenue réalité
    Fabien Ginisty
    Article de Bastamag,26 juin 2018  [lire]
  • Des centrales électriques aux mains des habitants, et ça marche !
    Yves Heuillard
    Article de Reporterre, 30 août 2018 [lire]
  • Gagner du temps, mutualiser des moyens, rompre l’isolement : les « banques de travail » favorisent l’entraide agricole
    Article de Basta!, 14 septembre 2018  [lire]
  • Réchauffement « nous sommes la dernière génération à pouvoir agir »
    Sophie Chapelle
    Article de Basta!, 11 octobre 2018 [lire]
Espagnol
  • Toni Lodeiro: “El consumo consciente no puede depender de personas ultramotivadas”
    Josep Comajoan
    Articulo de Opcions, 13/06/2018 [lire]
Catalan
  • Supermercats cooperatius: efervescència de projectes
    Toni Lodeiro
    Articulo de Opcions, 26/07/2018 [lire]
  • Què ha de fer Catalunya per tenir sobirania alimentària?
    Josep Cabayol, Siscu Baiges, Ester González
    Articulo de Critic,22 julliol 2018  [lire]
  • El Serradet de Barneres, cooperativisme agrari que posa les persones al centre de l’activitat i respecta el cicle natural del bestiar
    Josep Comajoan
    Articulo de Setembre, 03/09/2018 [lire]
Allemand
  • Riace: ein Dorf zeigt, wie Flüchtlingspolitik auch aussehen könnte
    Giuliana Giorgi
    2018 [lire]
  • Ein vorbildlicher Umgang mit Flüchtlingen unter Beschuss: Wird das „Modell Riace“ abgewickelt ?
    Giuliana Giorgi
    2018 [lire]
Grec
  • Eνα «μπίζνες πλαν» αλλιώτικο από τα άλλα (A different « business plan ».)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 3/09/2018 [lire]
  • Η τεχνολογία στην υπηρεσία των προσφύγων (Technology at the service of refugees)
    Lena Kyriakidi
    Article of EFSYN, 27/08/2018 [lire]
  • Εμπρακτη στήριξη στην αλληλέγγυα οικονομία (Practical support to the solidarity economy)
    Article of EFSYN, 20/08/2018 [lire]
  • Οι συνεταιρισμοί είναι πιο υγιείς από τις συμβατικές επιχειρήσεις (Cooperatives are healthier than conventional businesses)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 13/08/2018 [lire]
  • Μπορεί να λειτουργήσει ο κόσμος χωρίς το χρήμα (CAn the world function without money? )
    Lena Kyriakidi
    Article of EFSYN, 06/08/2018  [lire
  • «Ο συνεργατισμός δεν είναι “μπάλωμα” στον καπιταλισμό» (« Collaboration is not a » patch « for capitalism ») Aphrodite Tziantzi , Article of EFSYN, 30/07/2018 [lire]
  • Η αξία της αυτοδιαχείρισης (The value of self-management)
    Article of EFSYN, 30/07/2018  [lire]
  • O όρος «coop» υποδηλώνει τη συνεταιριστική ταυτότητα μιας επιχείρησης (The term « coop » denotes the cooperative identity of a business)
    Cristina Pantzou
    Article of EFSYN, 30/07/2018 [lire]
  • KISS project: «Το κλειδί βρίσκεται στην κοινωνική βιωσιμότητα» (KISS project: « The key lies in social sustainability »)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 23/07/2018  [lire]
    «Η συμμετοχή των γυναικών στην Κ.ΑΛ.Ο. ωφελεί και τις γυναίκες και την κοινωνία» (« The participation of women in SSE benefits both women and society « )
    Cristina Pantzou
  • Κάλεσμα για συμμετοχή στο Ευρωπαϊκό Δίκτυο Συνεταιριστικών Οργανώσεων #Coopstarter (Call for participation in the European Network of Cooperative Organizations #Coopstarter)
    Article of EFSYN, 23/07/2018 [lire]

    Article of EFSYN, 16/07/2018 [lire]
  • « «Ναι» στην κοινωνική επιχειρηματικότητα από τη Δημοτική Αγορά Κυψέλης (Yes » to social entrepreneurship from the Kypseli Municipal Market)
    Michael Angelos Konstantopoulos
    Article of EFSYN, 09/07/2018 [lire]
  • Κ.ΑΛ.Ο.: η ευημερία των πολλών πάνω από την ευημερία του ατόμου (SSE the prosperity of many above the well-being of the individual)
    Ioanna Sotirchou
    Article of EFSYN, 02/07/2018  [lire]
  • Τρώμε μαζί, δουλεύουμε μαζί (We eat together, we work together)
    Ioanna Sotirchou
    Article of EFSYN, 25/06/2018  [lire]
  • Οι Ενεργειακές Κοινότητες σε αναμονή (Energy Communities on Hold)
    Ioanna Sotirchou
    Article of EFSYN, 25/06/2018 [lire]
  • Η ανάγκη για έναν γενικό συνεταιριστικό νόμο (The need for a general cooperative law)
    Article of EFSYN, 18/06/2018  [lire]
  • Η Κ.ΑΛ.Ο. αναπτύσσεται και εδραιώνεται (SSE develops and consolidates)
    Ioanna Sotirchou
    Article of EFSYN, 18/06/2018  [lire]
    «Η παιδεία είναι κοινό αγαθό, δεν είναι ανταλλάξιμο προϊόν» (« Education is a common good, it is not a commodity exchange »)
    Lena Kyriakidi
    Article of EFSYN, 11/06/2018 [lire]
  • Αναζητήσαμε ένα διαφορετικό μοντέλο «Ανάπτυξης» (We are looking for a different « Growth » model)
    Michael Burgos
    Article of EFSYN, 11/06/2018  [lire]
  • Ανοιχτές άδειες: η συνεργατική οικονομία στο διαδίκτυο (Open licenses: the online cooperative economy)
    Article of EFSYN, 04/06/2018  [lire]
Repèr’ESS du RTES : « Europe & ESS Enjeux et leviers d’actions pour les collectivités locales »
Europe et ESS

Alors que se négocie actuellement le cadre budgétaire de la prochaine programmation européenne (2021/2027), le RTES (Réseau français de collectivités territoriales pour une économie solidaire) a  publié un RepèrESS, « Europe&ESS – enjeux et leviers d’actions pour les collectivités locales », pour inciter collectivités et acteurs de l’ESS à mobiliser les financements européens et participer de la construction d’un projet européen plus solidaire.

A travers :

  • Un état des lieux de la place de l’économie sociale et solidaire dans le paysage européen;
  • Une présentation des différents fonds et programmes européens et des exemples de projets français d’économie sociale et solidaire bénéficiant de ces financements;
  • Des conseils méthodologiques pour le montage de projets- 10 propositions et perspectives pour une Europe plus solidaire- La prise en compte de l’ESS dans 7 Programmes Opérationnels Régionaux en France.

Vous trouverez le document ici.

Les médias indépendants parlent de l’ESS

Les médias indépendants sont proches de l’ESS, souvent par leurs statuts et surtout par les valeurs qu’ils défendent. Mais comment l’abordent-ils? Voilà une sélection d’articles de médias indépendants des deux derniers mois. Vous pouvez aussi les retrouver sur la carte de socioeco.org : Journaliste des solutions.(Les articles sont situés sur la ville où se déroule l’expérience ou, en cas d’article généraliste, dans la ville où siège le média).

Comme vous le verrez, les articles sont dans leur langue d’origine, diversité des pays d’Europe oblige. Pour le grec, pour lequel le journal Efsyn est particulièrement présent avec parfois plusieurs articles par semaine sur l’ESS, un résumé en anglais est inclus. Cela vous permettra de percevoir quelles sont les thématiques traitées par ces médias: développement durable, réfugiés, autogestion, coopératives, agriculture bio, etc.  N’hésitez surtout pas à nous faire parvenir un article ou le site d’un media pour améliorer la carte et notre connaissance de l’ESS. Ecrire à Françoise Wautiez : fwautiez[at]socioeco.org

Image Dreamstime dans Efsyn

Espagnol

 

  • Economía que te quiero verde, y social, y solidaria
    Fernando Sabín Galán, Soraya González, Marta Monasterio Martín
    Artículo de La Marea, 28 de abril 2018  [lire]
  • Economía social y solidaria, economía para la vida
    Enrique Quintanilla
    Artículo de El Diario.es del 29 de abril 2018  [lire]
  • Redes de Economía Solidaria o cambiar el actual modelo económico y sus “efectos perversos”
    Carmen Bachiller
    Artículo de El Diario.es del 28 de abril 2018  [lire]
  • Alternativas Economicas n°57 – Dossier : Economias transformadoras  2018 [lire]
  • Economía feminista: viva, abierta y subversiva
    Yayo Herrero Lopéz
    Articulo de el Diario.es, 05 maio 2018 [lire]
  • En defensa de la Economía Social y Solidaria
    Carlos Askunze Elizaga, Blanca Crespo Arnold, Maria Angeles Díez, Yayo Herrero Lopéz, Fernando Sabín Galán, Sandra Salsón Martín, Peru Sasía Santos, Jordi Via Llops
    Tribuna de eldiario.es, 29/05/2018 [lire]
Français
  • Au nord de Lyon, les collégiens animent leur Amap
    Hugo Jamard
    Article de Reporterre, 4 mai 2018  [lire]
  • Ponyride : un tiers lieu pour un Détroit plus inclusif et durable
    Léa Massaré Di Duca,
    article de SocialAlter, 14/05/2018  [lire]
  • Kobane • Les coopératives comme outil d’émancipation des femmes
    Article de Kedistan, 8 mai 2018  [lire]
  • De nouveaux indicateurs de richesse peuvent-ils contribuer à la nécessaire transition écologique et sociale ?
    Jean Gadrey
    Le Blog de Jean Gadrey, Alternatives économiques, 28/05/2018  [lire]
Anglais
  • Meet the people building alternatives to mining in Colombia
    Article of RED Pepper, April 19, 2018  [lire]
  • Kobane • Cooperatives as a tool for women’s empowerment
    Article of Kedistan, 8 May 2018  [lire]
  • and a video with Stir magazine: Stir it up-Alternative economy at work.
    Joe Diomede  2018 [lire]
Catalan
  • Recuperem la sobirania periodística
    Sara Blázquez
    Articulo de Setembre, 24/04/2018 [lire] (aussi traduit en français, espagnol et anglais dans ce bulletin)
  • Toni Lodeiro: «El consum conscient no pot dependre de persones ultramotivades o amb bona capacitat econòmica»
    Josep Comajoan
    Articulo de Setembre, 27/05/2018  [lire]
Italien
  • Le comunità che trasformano l’economia
    Monica di Sisto, Riccardo Troisi
    articolo de Comune.info, 16 maggio 2018  [lire]
  • Si moltiplicano le “food coop”: a Parma un nuovo supermercato sostenibile e partecipativo
    Chiara Spedero
    Articolo de Altreconomia 25 maggio 2018  [lire]
  • Commercio equo e solidale, la rivoluzione in casa
    Ilaria Sesana
    Articolo de Altreconomia 1 maggio 2018  [lire]
Grec
  • Εξι μέρες Κ.ΑΛ.Ο. στο Μετρό Συντάγματος (6 days SSE in the Metro Sindagma)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 21/05/2018  [lire]
  • Στο Ηράκλειο… βγαίνουν τα κουκιά συνεταιριστικά! (In Heraklion … the beans are cooperative!)
    Marios Dionellis
    Article of EFSYN, 21/05/2018  [lire]
  • «Συν-εργώ» και χείρα κίνει (Work together)
    Christos Provezis, Athena Liapikou
    Article of EFSYN, 14/05/2018  [lire]
  • Ας μην τρέφουμε αυταπάτες περί «ηθικού καπιταλισμού» (Let us not have delusions about « ethical capitalism »)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 07/05/2018  [lire]
  • Βιώσιμες, αξιοπρεπείς θέσεις εργασίας για όλους μέσω των συνεταιρισμών (Sustainable, decent jobs for all through cooperatives)
    Michael Angelos Konstantopoulos
    Article of EFSYN, 07/05/2018  [lire]
  • Η κρίση στην Ελλάδα έφερε κι ένα Κ.ΑΛ.Ο.! (The crisis in Greece also brought SSE!)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 30/04/2018  [lire]
  • Η Γαλλία διχάζεται: η Κ.ΑΛ.Ο. στα λόγια και η Κ.ΑΛ.Ο. στην πράξη (France is divided: SSE in words and SSE in practice)
    Aphrodite Tziantzi
    Article of EFSYN, 30/04/2018  [lire]
  • O σπόρος των «κοινών» καρποφόρησε (The seed of the « common » was fruitful A brief review of the Commonsfest)
    Article of EFSYN, 23/04/2018 [lire]
  • Ενα Δίκαιο Νόμισμα στα χέρια των πολλών και… όχι των τραπεζών (A Currency in the hands of many and … not of banks)
    Lena Kyriakidi
    Article of EFSYN, 16.042018  [lire]
  • Ξαναβλέποντας το μέλλον πέρα από τον καπιταλισμό (Revising the future beyond capitalism)
    Tasos Tsakiroglou
    Article of EFSYN, 16/04/2018  [lire]
  • Ο παραδοσιακός σπόρος περνά από χέρι σε χέρι και από γενιά σε γενιά
    Ioanna Sotirchou
    Article of EFSYN, 02/04/2018  [lire]

 

 

Ressources de juin 2018 (en collaboration avec socioeco.org)

Pour le mois de juin, voici quelques suggestions à lire et à voir …

  • Les actions de la Commission européenne pour l’économie sociale en 2017-2018
    Note d’actualité Chorum et Pour la Solidarité
    2018 [lire]
  • Insertion vers l’emploi et politique européenne
    Note d’analyse PLS
    2018 [lire]
  • LA DIGNITÉ DES NATIONS Un système économique inédit pour le troisième millénaire
    2018 [lire]
  • Pérennité des démarches d’écologie industrielle et territoriale en France. Constats, enjeux, et recommandations.
    Benoît Duret, Caroline Valluis, Alexandre DAIN
    2018 [lire]
  • Baluchon – la transition alimentaire au service des quartiers prioritaires
    Martin Besnier
    Article du RTES, Teritoires Solidaires
    2015 [lire]

Publications

  • Insoutenables Inégalités. Pour une justice sociale et environnementale
    Lucas Chancel
    2018 [lire]
  • Les femmes dans l’économie sociale et solidaire : un idéal subordonné au genre ?
    Magalie Saussey
    Cahiers du CIRTES
    2018 [lire]
  • Pour une socioéconomie engagée Monnaie, finance et alternatives
    Jérôme Blanc, Isabelle Guérin, Isabelle Hillenkamp, Solène Morvant-Roux, Hadrien Saiag
    2018 [lire]

Chez nos partenaires

  • Une boussole pour refonder le sens de nos alternatives
    Philippe De Leener et Marc Totté sont les auteurs du récent ouvrage intitulé « Transitions économiques. En finir avec les alternatives dérisoires ». Le sentiment de dérision peut advenir quand nous nous rendons compte que nos alternatives reproduisent finalement l’économie que nous voulons combattre. Seules les luttes concrètes qui s’attaquent délibérément aux fondements de l’économie dominante ouvrent une nouvelle ère. Cette analyse reproduit la préface de l’ouvrage ainsi qu’une interview de Philippe de Leener qui complète et enrichit le dialogue entamé entre SAW-B et les auteurs pendant la rédaction du livre.
    2018 [lire] (SAW-B)

Vidéos

Intervention de Gaël Giraud : « Pour une politique européenne des communs », 2017 [lire]

 

Les cartographies de l’ESS développées par Socioeco : ODD, Politiques Publiques, Journalisme, Formations

Par Françoise Wautiez

Votre intérêt pour l’économie sociale et solidaire vous a peut-être amenés à utiliser le site ressource socioeco.org. Depuis ses débuts en 2011, le site a beaucoup évolué : en plus des 5 langues principales, français, espagnol, anglais, italien et portugais, on peut désormais trouver des documents aussi en catalan, allemand et grec.

Le site fonctionne en alliance avec d’autres sites qu’il se contente de référencer dans son moteur de recherche : en plus de 15 000 références propres à socioeco.org, ce sont encore 14 000 autres références de sites plus spécialisés : politiques publiques de l’ESS, finance inclusive, commerce équitable, monnaies complémentaires etc, soit un total de plus de 28000 références accessibles et pour une grande partie téléchargeables.

Cette fois, nous souhaitons vous parler de la nouvelle section : « Les cartographies de l’ESS ». Tout est parti du désir de valoriser les descriptions d’initiatives que nous avons récoltées petit à petit. Est ainsi née une première carte en OpenStreetMap :

  • la carte des solutions de l’ESS : Les initiatives sont classées par le besoin auquel elles répondent : santé, alimentation, logement. Il s’agit aussi de montrer que l’ESS produit différemment, consomme, organise le travail, finance différemment, s’attache à la notion de territoire, etc. L’idée est d’inspirer et essaimer en lisant des descriptions d’initiatives, des études de cas plus approfondies, en regardant des vidéos…

Cette première carte a ensuite fait des petits :

– la carte « Les politiques publiques en faveur de l’ESS » : là en mettant en place des filtres spécifiques, on peut visualiser les politiques publiques de portée municipale à nationale, répondant à des besoins comme précédemment : santé, alimentation, etc. Mais on peut filtrer aussi par type de politiques : visent-elles un public ou un secteur particulier ? Ont-elles trait aux achats publics responsables ? Sont-ce des politiques qui visent à faire des villes des protagonistes de changement ?

la carte « Journalisme des solutions » : montre à la fois quels sont les médias alternatifs, indépendants, coopératifs qui existent de par le monde mais aussi les articles de ces médias spécifiques qui concernent l’économie sociale et solidaire. Une façon de mettre en valeur des articles de presse qui concernent l’ESS et sont produits par des journaux ou revues qui ont choisi souvent un statut coopératif.

Deux nouvelles cartes viennent enrichir depuis peu cette section :

  • Ce sont les cartes relatives aux Objectifs de Développement Durable (ODDs) et le Programme 2030 des Nations-Unies. Comment l’ESS s’inscrit-elle dans la poursuite de ces ODDs ?

Nous avons repris premièrement, la carte des Solutions puis celle des Politiques Publiques et avons classé les initiatives et les politiques, non plus par besoin, mais par Objectif de Développement Durable. Ainsi, le Guide des Contrats Publics Responsables de la municipalité de Barcelone ou le Plan Madrid Ciudad de los Cuidados (Madrid Ville du prendre soin) vont-ils dans le sens de l’ODD 11 pour des villes résilientes et durables. De leur côté, toutes les initiatives liées à une agriculture de qualité, locale, solidaire et visant la souveraineté alimentaire (amap et circuits courts) vont dans le sens de l’ODD2 : éliminer la faim, améliorer la nutrition et promouvoir une agriculture durable. Ce sont les cartes : l’ESS pour les Objectifs de Développement Durable et la carte «Politiques de l’ESS pour les Objectifs de Développement Durable» .

Finalement, socioeco.org a été sollicité par la Campagne pour un Curriculum Global de l’Economie Sociale Solidaire, à laquelle le RIPESS s’est allié l’année passée, une initiative rassemblant déjà 44 organisations de 18 pays du Sud et du Nord. Elle vise à favoriser des espaces de dialogue entre académiciens, éducateurs et acteurs de l’ESS du monde entier, dans le but d’établir des principes communs de formation et de recherche en ESS valorisant les pratiques et les savoirs des acteurs, mais également de visibiliser la diversité des expériences de formation existant de par le monde, notamment au travers de :

Nous espérons que ce petit tour des cartographies de l’ESS vous sera utile. Inutile de préciser que bien entendu, ces cartes sont constamment alimentées de nouvelles ressources. Si vous connaissez des matériaux utiles que vous souhaiteriez voir référencer sur l’une de ces cartes, n’hésitez pas à écrire à Françoise Wautiez <fwautiez[at]socioeco.org>

 

Aller à la barre d’outils