Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Votez pour l’Europe Sociale Solidaire!
votez Europe Sociale Solidaire

Lettre ouverte aux candidat.es aux élections européennes


Le Réseau intercontinental de promotion de l’économie sociale solidaire (RIPESS) réunit en Europe des réseaux nationaux et territoriaux, une vision transformatrice à 360° : Économique et Écologique, Démocratique, Sociale et Sociétale. Nous nous engageons pour un changement d’imaginaire et dans les pratiques économiques:

  • qui réhabilite la coopération, la solidarité et l’équité en rupture avec la compétition effrénée;
  • qui place l’émancipation des personnes, la citoyenneté économique et les droits humains comme principes supérieurs ;
  • qui mette un terme au gaspillage des ressources, à l’utilisation inconsidérée de polluants, à la recherche excessive de profits.

Les élections européennes auront lieu entre le 24 et le 26 mai 2019. Prenons en considération l’article 3 du Traité Européen, notamment ses paragraphes 1, 2 et 3 : «1. L’Union a pour but de promouvoir la paix, ses valeurs et le bien-être de ses peuples. Elle promeut la cohésion économique, sociale et territoriale, et la solidarité entre les États ». 

Ce nouveau Parlement devra faire face sans conteste à une situation très dégradée au sein de l’Union Européenne, et dans le monde : accélération des menaces climatiques, disparitions d’espèces animales, dégradations des conditions de vie, phénomènes migratoires. Plus encore, la multiplication de régimes politiques autoritaires est devenue flagrante, face à l’aspiration croissante des peuples à accéder à leurs droits fondamentaux. Sous l’effet de ces délitements, l’Europe est menacée d’implosion, tant l’idéal européen de cohésion pacifique des peuples a perdu son crédit auprès de ceux et celles vivant une précarité grandissante, induite par un système économique mondialisé aveugle. 

Face à cette situation, les citoyen.nes européen.es s’organisent, proposent des solutions adaptées et inventent une économie de proximité, sociale et solidaire, respectueuse des biotopes, soucieuse de justice sociale et du bien commun. Ils et elles suscitent la concertation avec les institutions, les entreprises et les élu.es locaux. Ce modèle solidaire, en forte expansion en Europe et dans le monde, permet de créer une économie utile au bien-être de nos sociétés, alliant producteurs et productrices et consommateurs et consommatrices. Il contribue fortement à la cohésion des territoires, à préserver les ressources grâce à une utilisation intelligente de celles-ci.

Ce nouveau parlement doit considérer que les électeurs et électrices européen.nes demandent à être consulté.es en amont et devenir parties prenantes actives des orientations, lois et règles qui les concernent et influent sur la paix dans le monde et l’avenir de la planète.

Nous vous demandons de vous positionner sur les dix points suivants :

1. Il est fondamentald’emprunter la voie d’une économie plus éthique, responsable et solidairedans laquelle l’économie sociale et solidaire soit reconnue à part entière comme modèle économique exemplaire, porteur de bien vivre et de paix au sein de l’Europe. De même, de manière transversale au sein des politiques sectorielles, il vous est demandé de construire et voter les lois nécessaires pour ce faire.

2. Une agriculture nourricière respectueuse des sols, de l’air et de l’eau, éliminant l’usage d’intrants toxiques à impact dangereux pour la santé des humains et les espèces vivantes et favorisant des revenus décents aux exploitations agricoles de petite et moyenne taille par le développement de circuits courts alimentaires, tracés et approuvés par les consommateurs et consommatrices et producteurs et productrices.

3. Des infrastructures de transport bas carbone, réparties de manière équilibrée sur les territoires en réhabilitant en particulier le transport ferroviaire et fluvial, les transports publics et les formes de transport partagé.

4. Une politique de développement des énergies renouvelables induisant une production de biens et services éco-conçus, solidaires et durables, rompant avec celles désormais obsolètes parce que nuisibles pour le climat et dangereuses (nucléaire, énergies fossiles).

5. Un socle européen des droits sociaux ambitieux et protecteur (retraite, maladie, droits au chômage, formation…), que les directives européennes doivent pleinement garantir, suite au Sommet Social de Göteborg (16-18 Novembre 2017). Il s’agit aussi de couper court au dumping fiscal et social délétère pour les pays dont les entreprises se déplacent vers d’autres pays de la communauté en maintenant des conditions de travail insupportables (voir la contribution du RIPESS Europe: https://bit.ly/2RPIvWc). Cela doit inclure

la reconnaissance et la construction des droits culturels en Europe, en cohérence avec la déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la déclaration sur la diversité culturelle de Fribourg et la Déclaration de l’Unesco sur la diversité culturelle,

6. Un engagement continu contre toutes les formes de discrimination à l’égard des appartenances de sexe, d’origine, de confession, par le développement d’une éducation marquée par une compréhension de notre commune appartenance à l’Humanité dont l’avenir dépend de notre solidarité et de notre coopération;

7. Une politique commune délibérée pour les droits humains, l’hospitalité et la citoyenneté économique en faveur des migrant.es, quiopte pour un meilleur accueil des personnes dans le respect des conventions internationales pour la protection des droits de l’homme (conventions de l’ONU et principales conventions adoptées antérieurement par le Conseil de l’Europe, Convention internationale sur la protection des droits de tous les travailleur.es migrant.es et des membres de leur famille – ICRMW);

8. Un plan cohérent pour rétablir les conditions économiques des pays émetteurs de migrations au bénéfice des communautés locales. Parallèlement, l’Union Européenne doit exercer des pressions sur les grandes entreprises quand le niveau de prédation sur les ressources dépossède les populations locales selon des procédés notoirement non éthiques en refusant de soutenir ces entreprises;

9. Un soutien à une éducation qui mette l’accent sur l’engagement citoyen, la coopération plutôt que la compétition, une économie équitable, la prise de conscience écologique toutes orientations porteuses d’ innovations de transition;

10. Un système financier réglementé, qui promeuve des finances publiques non spéculatives au service de l’économie réelle et des communautés et une pluralité de systèmes alternatifs et complémentaires de monnaies sociales et locales, qui ne créent pas de dette mais favorisent un commerce équitable et le développement local.

L’ensemble de ces orientations est une nécessité. Leur mise en application se révélera extrêmement positive grâce à nous, grâce à vous si vous en êtes conscient.e et déterminé.e à la mettre en œuvre. Vous avez l’opportunité d’ouvrir l’avenir vers plus de justice sociale, de démocratie économique, de vigilance écologique.

Le RIPESS Europe et ses membres soutiendront vos efforts et relaieront les déclarations d’intention qui iront dans ce sens et vous invitent à venir participer à la construction du Forum Social Mondial des Économies Transformatrices qui se tiendra à Barcelone en 2020.

Avril 2019

Les membres de RIPESS Europe se mobilisent à propos des élections européennes
RIPESSEU members map

ROUMANIE: Le CRIES va promouvoir la consommation et la production durables dans la campagne pour le Parlement européen !

Dans le cadre de la campagne européenne #Trade Fair Live Fair, le CRIES et ses partenaires lanceront un débat sur l’importance de défendre un modèle de consommation et de production différents. Plus de 5.000 citoyen.nes, militant.es et politicien.nes seront impliqué.es dans différents événements tels que des ateliers thématiques, des conférences, des projections de films et des événements de rue.

Le 11 mai se dérouleront plusieurs activités liées à la journée mondiale du Commerce Equitable à Timisoara et à Iasi. En novembre 2019, nous organiserons à Bucarest la première édition du petit-déjeuner du commerce équitable, un événement qui réunira des décideurs roumains et européens, des ONG et des activistes.

La Roumanie est l’un des trois États membres de l’UE où plus d’un tiers de la population était menacée de pauvreté ou d’exclusion sociale en 2017, avec une part de 35,7% (Eurostat). Même dans ce contexte, il est difficile de remettre en question le modèle de développement dominant ; la préoccupation générale est d’assurer une croissance économique plus forte qu’une croissance durable.

La thématique du commerce équitable n’est pas à l’ordre du jour politique des partis roumains. La participation à ce projet nous aidera à développer des activités éducatives, à initier le dialogue avec les citoyen.nes et les candidat.es. Nous espérons générer de nouvelles informations et de la motivation parmi les citoyens roumains afin de réclamer plus d’actions pour un développement durable », dit Mihaela Vețan, présidente du CRIES – Centre de ressources pour les initiatives éthiques et solidaires.

FRANCE: Le RTES interpelle les candidats français au Parlement européen

Le Réseau des Territoires pour l’Economie Solidaire (RTES) lance un appelle aux candidats, sur la base des 10 propositions du RTES pour une Europe plus solidaire.

En partenariat avec ESS France et le Labo de l’ESS, des déjeuners ou petits-déjeuners sont organisés avec des candidat.es aux européennes, sur la base du plaidoyer ESS pour l’Europe issu des propositions des membres d’ESS France, de Social Economy Europe, du Labo de l’ESS et du RTES.

Le RTES participera au débat d’interpellation des candidats aux élections européennes organisé par Commerce Equitable France, le 13 mai 2019, sur la thématique Inégalités et changement climatique : Quelle Europe pour faire face à ces enjeux planétaires ?

FRANCE: Le MES souhaite interpeller les futur.es député.es européen.e.s sur dix points essentiels:

Lettre ouverte aux candidats elections européens 2019

ESPAGNE: Le REAS fait une série de propositions

Compte tenu de la série d’appels électoraux qui auront lieu au printemps 2019 dans l’État espagnol, à partir du réseau de réseaux REAS, une organisation indépendante composée de 18 réseaux sectoriels, et de l’État tout entier, nous voulons atteindre les partis politiques. les acteurs politiques, sociaux et le grand public dans notre cadre de propositions pour la construction d’une économie plus juste, démocratique et durable.

CATALOGNE: La XES lance une campagne pour l’ESS dans les municipalités

GRECE: DOCK lance la campagne Fair Times

En Grèce, par le biais de cette campagne, nous souhaitons informer les candidat.es de l’impact des politiques de production et de consommation inéquitables, non seulement à l’échelle mondiale, mais également sur les interactions avec la réalité en Grèce. Comme le démontre les ODD des Nations Unies, les problèmes sociaux, économiques et environnementaux sont universels. Cet universalisme requiert un engagement concerté en faveur de la mise en œuvre de politiques cohérentes pouvant profiter aux citoyen.nes grec.ques, aux Européen.nnes et à nos semblables dans le monde entier.

Fair Trade Hellas et Dock mettent en œuvre la campagne en Grèce. D’ici les élections européennes, il y aura des événements ouverts, des opportunités d’information et d’éducation sur les problèmes d’une économie équitable et solidaire et sur la défense de ces problèmes. En outre, nous appelons tous les députés à être informés des enjeux de la campagne, à se joindre à nous pour discuter de la manière dont ils peuvent également faire partie d’une campagne paneuropéenne qui nous concerne tous et toutes dans notre pays.

Le vendredi 10 mai à 18h30 à Impact Hub (Athènes), nous vous invitons à une journée consacrée au commerce équitable!

Voir: https://dock.zone/anakoinoseis-infopoint/i-panevropaiki-kampania-fair-times-ksekina-stin-ellada/

Ressources spéciale Elections européennes (en collaboration avec socioeco.org)

Que dit la documentation sur les politiques en faveur de l’économie sociale et solidaire au niveau européen ?Parmi les enjeux que l’on retrouve dans la documentation sous le mot-clé : L’économie sociale dans l’Union européenne (EU) , on peut citer : le développement durable, la justice sociale, l’immigration, les fonds européens en faveur de l’ESS, les entreprises d’insertion et la commande publique, les entreprises sociales, les coopératives, les nouveaux indicateurs de richesse

Mais aussi :

le Rôle des territoires

la Culture

l’Agroécologie

Pour une vue d’ensemble des Politiques de l’Europe :

Ou

des propositions

Bonne lecture !

Un film d’animation sur la Banque Européenne d’Investissement (BEI)

Counter Balance a produit un petit film d’animation sur la Banque européenne d’investissement (BEI), visant à sensibiliser les citoyens de l’UE à la banque, à ses défis et aux améliorations possibles. La vidéo contient également un appel à l’action, afin de recueillir le soutien des citoyens sur notre Manifeste pour la réforme de la BEI, adressé aux candidats aux élections européennes et au prochain Parlement européen.

La vidéo est en anglais et a jusqu’à présent été sous-titrée dans 8 langues de l’UE.

Pour signer la pétition et obtenir plus d’info, aller sur https://www.counter-balance.org/your-eib/

Popmind: droits humains fondamentaux à défendre et à construire en France
popmind2019

Dans le cadre d’un temps fort européen sur le thème des droits humains fondamentaux à défendre et à construire en France, à l’initiative de l’UFISC (Union Fédérale d’Intervention des Structures Culturelles) et de l’ensemble de ses organisations membres, plus d’une vingtaine de réseaux d’acteurs professionnels dans le champ artistique, culturel, social, de la solidarité internationale, de la citoyenneté, de l’économie solidaire co-organisent trois journées de réflexions et de débats. Cet événement nommé POPMIND réunira plus de 300 personnes, professionnels, universitaires, citoyens et partenaires publics avec un fil rouge : la défense et la mise en travail des droits humains pour aujourd’hui et demain. 

Ces journées se dérouleront du 19 au 21 mars 2019 à Rouen (1h30 de Paris).

Se déroulant en mars, en amont des élections européennes, ces journées nous permettront de partager nos préoccupations, nos analyses et nos préconisations pour penser une déclaration de nos initiatives sur l’enjeu de la construction européenne.. Vous pouvez en retrouver le programme ici.

Avril 2019: vers le Forum social mondial des économies transformatrices
FSMET meeting

Barcelone, les 5, 6 et 7 avril 2019. Rencontre de travail au cours de laquelle chaque axe développera une dynamique visant à préciser les objectifs et les priorités à travailler et à élargir la portée des entités impliquées. Des plans de travail seront convenus, le modèle de gouvernance sera validé et les prochaines étapes à suivre seront définies.

Participant.es : entités liées aux différents axes, des représentant.es des réseaux et mouvements sociaux au niveau local et international

Nous avons l’intention de faire du processus, de l’objectif. Nous entamons un processus de confluences, tant au niveau local qu’international, des initiatives, mouvements et façons de comprendre l’économie qui ont pour objectif commun la construction d’une véritable alternative transformatrice du système économique et financier capitaliste actuel.

Nous voulons faire de ce Forum une agora. Nous ne voulons pas nous limiter à la célébration d’un événement vitrine où seuls des experts prennent la parole, mais nous souhaitons discuter ensemble du type d’économie que nous voulons. Nous ne voulons pas non plus simplement discuter et rêver cet « autre monde possible », parce que nous savons qu’il existe déj, par l’intermédiaire des milliers d’initiatives qui construisent des alternatives. Nous voulons trouver des stratégies communes pour nous rendre visibles, articulées et efficaces. qui se multiplient.

Nous voulons que cet événement soit durable, qu’il y ait une continuité au-delà du Forum 2020, tant au niveau local qu’international. Pour ce faire, il reste à s’assurer que ce processus se construise à partir des territoires et de créer des espaces pour l’articulation en face à face et virtuelle au niveau local, et qui créent une continuité dans le temps en tant qu’espaces d’échange d’informations. de confluence et de transformation.

Nous voulons faire connaître les économies transformatrices et atteindre tout le monde, ceux et celles qui n’en font pas encore partie. Pour y parvenir, nous croyons qu’il est nécessaire que le Forum dispose d’un réseau de médias indépendants et animés du même esprit et qui puissent diffuser le processus, et assurer un effet multiplicateur.

Plus d’informations seront bientôt disponibles sur http://transformadora.org/

GSEF2018: Déclaration pour une ESS Transformatrice
Declaration Transformative SSE Bilbao

Dans le cadre du GSEF2018 (Forum Mondial de l’Économie Sociale) à Bilbao, le 2 d’Octobre 2018 le RIPESS et REAS Euskadi ont présenté la Déclaration pour une Économie Sociale et Solidaire Transformatrice. La déclaration a été faite dix ans après la faillite de Lehman Brothers, l’étincelle qui mit le feu aux poudres de la plus grande crise financière qui ait jamais existé.

Le déclenchement de la crise financière en septembre 2008 a placé le capitalisme dans le collimateur de toutes les critiques des citoyens. Cependant, le changement de cap attendu et nécessaire n’a pas eu lieu pendant cette période mais, au contraire, les processus de financiarisation de l’économie se sont renforcés, son caractère spéculatif s’est accentué et, surtout, les indices de pauvreté et d’inégalité sur la planète ont augmenté.

Par conséquent, la déclaration veut « dénoncer le capitalisme qui marchandise et menace nos vies et celles de la planète elle-même. Un capitalisme hétéropatriarcal qui encourage la discrimination à l’égard des femmes et rejette la diversité ».

Ainsi, les individus, les organisations et les réseaux présents dans le GSEF 2018 s’engagent par cette déclaration à « travailler avec d’autres mouvements sociaux à la transformation de l’économie par des initiatives alternatives et sociales dans les domaines de la finance, de la production, de la commercialisation et de la consommation. En transformant l’économie, nous transformons les territoires et les communautés, et favorisons ainsi un nouveau modèle culturel, social et politique ».

Avec cette initiative, un engagement est pris pour une économie sociale solidaire transformatrice au service d’un monde nouveau, plus juste, respectueux, démocratique et durable. Il s’agit maintenant d’unir nos forces et les pratiques existantes pour construire et faire prévaloir un Agenda mondial inclusif depuis le niveau local, et de montrer que nous avons des réponses et des propositions pour surmonter les grands défis mondiaux actuels.

Lors de la cérémonie de lancement de la déclaration, il a également été présenté aux personnes présentes au GSEF 2018, le Forum social mondial des économies transformatrices qui aura lieu à Barcelone en 2020.

Vous pouvez consulter la Déclaration pour une Économie Sociale et Solidaire Transformatrice ici.

Les chaînes de la dette sont levées ; vive les entreprises sociales grecques !
kalo SSE in Greece

par Antonis Vorloou | Gouvernement grec – Thomson reuters Foundations News – Mardi 18 septembre 2018

Les consommateurs grecs endettés ont été contraints de choisir les produits bon marché, mais avec l’amélioration de l’économie, vont-ils « acheter social » ?

Des décennies de capitalisme de copinage et de contournement des règlements ont paralysé la productivité grecque, érodé la confiance entre l’État et les citoyen.nes et – ce qui est le plus inquiétant – tout le monde a placé « l’intérêt personnel » avant tout.

La crise de la dette de 2009 a révélé de la manière la plus choquante les déficiences du « système » avec un taux de chômage sans précédent (28% en 2013) et un pouvoir d’achat réduit de plus de 25%.

Une économie sociale a été proposée avec succès dans de nombreux pays comme alternative à l’économie de marché, mais en Grèce, elle a été introduite pour la première fois au cours des premières années de la crise et était surtout considérée comme un instrument politique pour freiner la croissance du chômage.

Certains s’attendaient aussi de façon controversée à ce qu’il s’agisse de réduire le secteur public en sous-traitant aux entreprises sociales.

Les perspectives économiques ont été particulièrement pénibles pendant la période des mesures d’allégement de la dette de la zone euro à l’égard de la Grèce, en raison de la contraction de la demande provoquée par la baisse du pouvoir d’achat.

Dans un tel environnement, l’avantage concurrentiel réside dans l’entreprise qui peut réduire les coûts et ses prix et non dans celle qui intègre une prime sociale dans ses produits.

Pour que cette nouvelle façon de faire des affaires soit couronnée de succès, deux ingrédients sont essentiels : un environnement favorable et une culture de contribution à la société.

Dans une économie en croissance, aidée par des mesures politiques, une économie sociale peut prospérer et être considérée comme un employeur de choix, étant donné la récompense de faire quelque chose de bien et de valable pour la société.

Avance rapide jusqu’à aujourd’hui. Après le bailout, le chômage est tombé en dessous de 20 %, le salaire minimum est à la hausse et un retour à la normale se fait sentir dans l’économie.

La capacité des travailleurs à choisir leur employeur augmente et le pouvoir d’achat des consommateurs augmente, ce qui leur donne la possibilité de choisir non seulement le produit le moins cher, mais aussi celui qui a une valeur ajoutée sociale.

Le gouvernement grec, qui considère l’économie sociale et solidaire comme le nouveau paradigme pour aligner les intérêts du marché sur ceux de la société, a introduit un nouveau cadre juridique pour les entreprises sociales en 2016.

Cela a élargi la définition précédente des entités de l’ Economie Sociale et Solidaire au-delà des Coopératives Sociales, qui ont été introduites pour la première fois en 2011 et incluent les Coopératives de Travailleurs – une nouvelle forme juridique – ainsi que tous les autres types d’entités qui ont un but social, une gouvernance démocratique et une distribution limitée des bénéfices.

Cela a donné un coup de pouce au secteur qui compte plus de onze cents organisations, dont la moitié a été créée au cours des 18 derniers mois, avec un chiffre d’affaires combiné de plus de 10 millions d’euros et employant plus de mille travailleurs ainsi que de nombreux bénévoles mobilisés.

Pour renforcer ce dynamisme, un plan ambitieux visant à créer un environnement propice au développement des acteurs nouveaux et existants de l’économie sociale et solidaire est également mis en œuvre.

Ce plan, doté d’un budget de plus de 170 millions d’euros pour les cinq prochaines années, comprend des services de développement des entreprises, un soutien financier sous forme de subventions et de prêts garantis par l’État et une multitude d’actions de diffusion.

La création d’une culture du don et de la confiance, d’autre part, nécessite une approche plus subtile et systématique. Des efforts sont déployés à cette fin afin de mobiliser les forces dormantes de la société pour que ce type de mentalité devienne visible et finisse par s’intégrer.

Il s’agit notamment de promouvoir la mesure de l’impact social ainsi que la coopération avec les organisations internationales du secteur – telles que le RIPESS – afin d’identifier et de mettre en œuvre des actions nouvelles et innovantes.

L’économie sociale et solidaire en Grèce est encore jeune, mais grâce à l’impulsion que lui donneront les politiques gouvernementales et à l’amélioration des perspectives économiques après le bailout, elle a le potentiel de créer une nouvelle façon de faire de l’économie qui soit en phase avec les intérêts de tous.

Antonis Vorloou est le secrétaire spécial pour la loi sur l’économie sociale et solidaire, qui reconnaît différents types d’entreprises sociales en Grèce.

 

 

GSEF2018 : Bilbao accueille les villes qui font la promotion de l’ESS

La Capitale du Pays Basque – Bilbao – accueille la 4ème édition du Forum Mondial de l’Economie Sociale, GSEF2018, du 1er au 3 octobre. Le titre du Forum est :  » Economie sociale et villes – Valeurs et compétitivité pour un développement local inclusif et durable « . Le GSEF, initié par la Ville de Séoul en 2013, en collaboration avec ses partenaires locaux de l’économie sociale, est un réseau international qui rassemble les collectivités locales et les acteurs de la société civile engagés à soutenir le développement de l’économie sociale (SE). En 2016, elle a eu lieu à Montréal, au Canada, et le RIPESS y a participé et en est devenu membre. Cette année, la délégation du RIPESS est assez nombreuse, venant de tous les continents, et présente dans plusieurs sessions.

Le REAS – à travers le REAS Euskadi, le réseau local – a fait partie du comité d’organisation et a impliqué de nombreux acteurs de l’économie solidaire au niveau local.

Le 2 octobre, REAS Euskadi, XES et RIPESS organisent un moment privilégié pour présenter la « Déclaration pour une économie sociale et solidaire transformatrice » et le Forum social mondial des économies transformatrices.

Le programme et les principaux intervenants sont disponibles sur le site Internet du GSEF.

 

Le Socle européen des droits sociaux: contribution de RIPESS Europe

À l’occasion du Sommet Social en Goteborg (16-18 Novembre), le Parlement européen, le Conseil et la Commission européenne ont proclamé conjointement le Socle européen des droits sociaux, qui a été annoncé en premier lieu par le président Juncker dans son discours de 2015 sur l’état de l’Union et présenté par la Commission en avril 2017. La proclamation réaffirme l’engagement commun des dirigeants de l’UE à défendre et à sauvegarder les 20 principes et droits consacrés dans le socle.

En septembre 2015, le Président de la Commission Européenne Jean-Claude Juncker a annoncé la mise en place d’un Socle européen des droits sociaux, à l’occasion de son discours sur l’état de l’Union devant le Parlement Européen. Le socle européen s’inscrit dans la perspective d’une union économique et monétaire Cette initiative s’inscrit dans le cadre des travaux entrepris par la Commission en vue d’une Union économique et monétaire (UEM) plus approfondie et plus équitable ainsi que dans le cadre du programme de travail 2016 de la Commission.

Dans cette perspective, une consultation publique s’est ouverte tout l’année 2016, à laquelle le RIPESS Europe a participé en adressant à la Commission contribution écrite que vous trouverez ici: RIPESS EU – Contribution à la consultation public sur le Socle social EU.

Donnant suite à la série de consultations et de travaux mis en place en 2016 et 2017, le 17 novembre, le président Juncker et le premier ministre suédois, Stefan Löfven, ont accuilli ensemble les dirigeants de l’UE pour le premier sommet social de l’UE depuis 20 ans.  

Le pilier des droits sociaux est de livrer des droits nouveaux et plus efficaces pour les citoyens. Il s’appuie sur les 20 principes clés, structurés autour de trois catégories :

  • L’égalité des chances et l’accès au marché du travail
  • Conditions de travail équitables
  • Inclusion et protection sociale

Pour en savoir plus :

Aller à la barre d’outils