Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
582
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
AG2019
AG2019
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
Membres
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
RIES : Création à Rome d’un réseau italien pour l’économie solidaire
janvier 21, 2020
0
RIES Roma founding meeting

Le 18 et 19 janvier 2020, le nouveau réseau national italien a été fondé, réunissant des associations, réseaux et entreprises de tout le pays qui partagent les valeurs et les pratiques de l’économie solidaire.

La nouvelle association compte 22 membres fondateurs qui ont signé le samedi 18 janvier à Rome les termes du réseau italien pour l’économie solidaire (RIES). Le nouveau Réseau marque un point d’arrivée et un tournant fondamental pour le mouvement italien de l’Economie Solidaire qui, depuis une vingtaine d’années, fonctionne à travers un réseau informel, le RES, et qui, après un long débat, a choisi de s’assembler en une seule et unique entité.

Le RIES sera donc l’association de référence et le lieu de rencontre de plusieurs entités animées par des principes et des objectifs communs, capables à la fois de traiter avec les institutions et les organismes publics et d’entrer en relation avec la société civile, dans le but de promouvoir et de diffuser la culture et les pratiques de l’Economie Solidaire.

L’événement a réuni une quarantaine de participants. Le samedi après-midi a été consacré à mettre en place l’assemblée fondatrice et à composer les différents comités élus. Le lendemain, l’assemblée a ouvert la discussion à toutes les organisations intéressées par une éventuelle adhésion au réseau. Le débat fût très animé et de nombreuses idées et attentes ont émergé ; elles serviront de base aux orientations stratégiques et au plan de travail de l’association dans différents domaines : identité et vision, parcours unitaires, mise en réseau des territoires, modèles d’économie solidaire, finance éthique, formation, relations avec d’autres mouvements nationaux et internationaux.

L’objectif final annoncé consiste à promouvoir une alternative au système économique et financier dominant et une réponse à la situation de crise économique, environnementale, sociale et culturelle croissante.

Les 22 membres fondateurs du RIES, Réseau italien pour l’économie solidaire, sont: DES MODENA, GASTORINO, CAES, DESR PARCO SUD, ALTRO MODO FLEGREO, ASSOBOTTEGHE, FEDERAZIONE PER L’ECONOMIA DEL BENE COMUNE ITALIA, AERES VENEZIA, FONDAZIONE FINANZA ETICA, RES LOMBARDIA, CO-ENERGIA, GAS NETWORK PATTANTI MARCHE, EQUO GARANTITO, CRESER, MERCATO & CITTADINANZA (network CS Bergamo), BILANCI DI JUSTIZIA 2.0, DES ALTRO TIRRENO, OLTRE MERCATO SALENTO, SOLIDARIUS ITALIA, ASS. DEGROWTH, FAIRWATCH, OLTRECONFIN.

Les 9 membres du nouveau conseil d’administration du RIES sont : Jason Nardi, Patrizio Monticelli, Domenico Maffeo, Davide Biolghini, Adanella Rossi, Virginia Meo, Diego Moratti, Pietro Negri, Maria Teresa Pecchini.

Photo d’Alberta Cardinali et Riccardo Troisi

Une délégation de Croatie à Genève pour diffuser l’ESS en Europe !

Article de Après-GE, Chambre de l’Economie Sociale et Solidaire Genevoise.

Dans le cadre du projet européen de coopération Suisse-Croatie auquel participe APRES-GE, une délégation d’une quinzaines de représentant-e-s de deux villes croates Ludbreg et Pregrada est venu découvrir et s’inspirer du réseau genevois de l’Économie sociale et solidaire, les 28-30 octobre 2019.

Dans le cadre de ce projet, une délégation croate de 14 personnes a visité Genève du 28 au 30 octobre dernier. Elle a été composée des maires des deux villes, de fonctionnaires publics et de représentant.e.s de la société civile.

L’objectif de cette collaboration entre la Suisse et la Croatie est de présenter des entreprises genevoises de l’ESS, des fonctionnaires et des élu.e.s, afin que nos partenaires croates puissent s’inspirer des « bonnes pratiques » mises en œuvre dans notre canton. Cet objectif a été atteint. Nos partenaires nous ont fait part de leur grande satisfaction quant au programme qui leur a été préparé et sont partis motivé-e-s à mettre en place des solutions innovantes. Dans une deuxième étape, nous donnerons une formation en Croatie pour construire avec eux des projets concrets. Dans une troisième et dernière étape, nous participerons à une Conférence internationale sur la nouvelle économie à Zagreb. Nous prévoyons une petite délégation genevoise pour cette occasion. Finalement, la Chambre de l’ESS pourrait viser à appuyer la création d’un réseau ESS en Croatie en transmettant nos compétences en la matière et en renforçant nos liens à long terme, sous la forme de partenariats entre entreprises ESS suisses et croates, voire entre municipalités.

Nous tenons à remercier Jean Rossiaud et Lina Yanez du Bureau d’études LES IDEES – membre d’APRES-GE – de mener à bien le suivi de ce projet pour la Chambre de l’ESS.
Une partie du mandat est d’ailleurs versée en Léman, notre monnaie locale.

L’économie solidaire montre à nouveau son cœur

Article de REAS, Red de Redes, 14 de noviembre 2019

Pour la cinquième année consécutive, Economía Solidaria montre une fois de plus son cœur en publiant le rapport annuel de la Campagne pour l’Audit Social , un outil de responsabilisation et de mesure de l’impact social, environnemental et de bonne gouvernance, qui est promu par les entreprises d’Économie Sociale et Solidaire (principalement, mais pas seulement, intégrées au REAS RdR). Les organisations qui le réalisent peuvent utiliser les résultats pour s’améliorer en interne tout en obtenant des données agrégées à partir des normes éthiques de l’économie solidaire et du marché social (mercado social).

Dans ce processus d’auto-évaluation, les six principes de l’ESS sont évalués systématiquement, objectivement et périodiquement : politique de gestion des bénéfices, démocratie et équité, durabilité environnementale, coopération, engagement pour l’environnement et qualité du travail. Cet outil permet également un processus de confluence des entreprises de l’Economie Solidaire au niveau de l’Etat espagnol, par lequel depuis 2014 les indicateurs des systèmes d’Audit Social développés sur leurs différents territoires et pilotés par le Groupe de Travail d’Audit Social du REAS RdR ont été harmonisés. C’est à partir de ce processus qu’en 2018, la plate-forme technologique que XES (Xarxa de Economía Solidaria de Catalunya) avait développée dans le cadre de son projet « Enseña el Corazón » a été mise en commun au niveau de l’État espagnol et depuis 2008, la Xarxa propose aux entités associées ou liées à ce réseau une auto-évaluation de leurs performances sur la base de variables regroupées en différents blocs : performance économique, qualité professionnelle, démocratie, égalité, qualité du travail, environnement, engagement social.

Les données que nous présentons correspondent à un total de 530 entités associées et liées aux différents réseaux territoriaux et sectoriels de REAS RdR qui ont mené la campagne cette année (19% de plus que l’année dernière), qui comprend : 191 mille personnes associées – non travailleuses -, près de 22 mille bénévoles qui collaborent au développement des projets sociaux et collectifs, plus de 4 mille trois cents qui participent à la représentation des organisations, et plus de 400 employeurs de sociétés. Si l’on réunit toutes les personnes liées aux entités – non travailleuses- aux salariés – membres ou non, on arrive à un chiffre total de 235 000 personnes liées aux 530 entités qui ont répondu aux questions de l’Audit Social de 2019.

Les résultats suivants peuvent être mis en évidence à partir du rapport global de ce processus d’auto-évaluation :

  • Équité : la différence salariale est de 1,5/1 entre le salaire le plus élevé et le salaire le plus bas de tous les travailleurs ; 60 % des femmes occupant des postes de responsabilité et 88 % des entités favorisent le langage inclusif.
  • Travail : 75 % améliorent les permis légaux de conciliation travail-vie personnelle, 64 % créent des espaces pour l’attention émotionnelle et les soins aux travailleurs, et 47 % ont des règlements internes pour la gestion des relations de travail.
  • Durabilité environnementale : 94 % appliquent des critères de consommation responsable lors de l’achat de produits, 37 % sont des entités à gestion environnementale et 46 % utilisent 100 % d’énergies renouvelables.
  • Coopération et engagement avec l’environnement : 64 % opèrent avec des finances éthiques, 7 % de leurs achats se font dans le cadre du marché social et 7 % dans des entités à but non lucratif.
  • Non lucratif : 63% des revenus proviennent de la facturation contre 28% des subventions. En ce qui concerne la répartition des bénéfices, 65% sont affectés aux réserves, à la compensation des pertes ou aux investissements propres, 10% aux initiatives pour la construction de biens communs et 4% aux investissements des entités financières de la SSE.

Sur la base de ces données et d’autres données dérivées de l’Audit Social 2019, le réseau de réseaux Reas veut rendre visible et valoriser l’activité des entreprises d’économie sociale et solidaire de l’État espagnol, en montrant qu’il existe d’autres modèles économiques réellement responsables et dont les objectifs ne sont pas uniquement axés sur la recherche du profit mais sur la transformation et le progrès de notre société. #EstamosEnlaBrecha

Voir le rapport complet.(en espagnol). Aussi sur socioeco.org

Jetez un œil sur l’infographie générale et l’infographie de genre.

Bienvenue aux 4 nouveaux membres du Réseau RIPESS Europe !
septembre 6, 2019
0
RIPESS Europe new members 2019

L’Assemblée Générale du RIPESS Europe s’est tenue du 4 au 6 juillet 2019 à Lyon. Une occasion pour ses membres de se rencontrer physiquement pour élaborer leur stratégie en tant que réseau mais aussi échanger sur les questions prioritaires ainsi que les projets en cours et futurs du RIPESS Europe.

Depuis près de 10 ans, le RIPESS Europe s’étend chaque année avec l’arrivée de diverses organisations territoriales et sectorielles. Cette année, 4 demandes d’adhésion ont été reçues et votées en AG, ajoutant ainsi 3 nouveaux pays à la liste des pays représentés : l’Irlande de l’Ouest (République d’Irlande), l’Autriche et la Russie.

Voici une courte présentation des nouveaux membres :

AAE (www.aae.ie)– An Ait Eile Cooperative of Ireland

Représentée ici par Eamon Molonay et Kevin Flanagan, An Áit Eile (AAE) une entreprise sociale coopérative basée à Galway dans la région ouest de la République d’Irlande. L’Áit Eile est une expression gaélique pouvant être traduit L’autre endroit. L’AAE a vu le jour en 2015 sous la forme d’une association culturelle d’artistes, de musiciens et d’interprètes collaborant avec les communautés dans le cadre d’événements et de projets traitant de questions sociales, écologiques et de santé mentale. Aujourd’hui, en tant que coopérative, elle est constituée tant par des individus par des organisations communautaires.

L’AAE part du postulat selon lequel les travailleurs des secteurs culturel et social sont souvent confrontés à la précarité et aux défis liés travail indépendant. En outre, les petites organisations communautaires sont également confrontées à l’enjeu de la régularité et la durabilité de leur emploi mais aussi aux exigences bureaucratiques croissantes. En réponse à ces problèmes collectifs, l’AAE cherche à fournir des solutions coopératives. Ayant acquis le statut de coopérative en 2019, elle est désormais l’une des premières coopératives d’Irlande à adopter un modèle multipartite. Cela signifie que la coopérative compte différents types de membres : membres travailleurs, membres utilisateurs, membres investisseurs et membres fondateurs. Toutes ces catégories de membres sont représentées au conseil d’administration de l’AAE. Leur approche correspond en ce sens au modèle du FairShares.

KSOE (www.ksoe.at) – Katholische Sozialakademie Österreichs of Austria

KSOE (Académie sociale catholique d’Autriche) est un établissement d’éducation et de conseil. La pensée et l’action socio-éthiques en sont les principes directeurs. Elle a pour objectif de soutenir les individus et les organisations qui sont activement impliqués dans le changement social. « En tant que KSOE, nous sommes heureux d’avoir eu l’occasion de devenir le premier membre de RIPESS Europe en Autriche. Nous espérons que d’autres réseaux et organisations suivront« , déclare Markus Blümel, représentant du KSOE et coordinateur d’un cours sur l’économie solidaire. « L’économie solidaire s’est développée en Autriche au cours de la dernière décennie. KSOE soutient des individus et des groupes dans la création de nouvelles organisations d’économie solidaire et dans leur transformation. […] En faisant partie du réseau RIPESS, nous sommes sûrs de pouvoir renforcer l’économie solidaire en Autriche et dans toute l’Europe.« 

NETZ (www.netz-bund.de) – NETZ für Selbstverwaltung und Selbstorganisation e.V.

NETZ est une association allemande pour la promotion et le soutien de l’auto-organisation et de l’économie solidaire.  Représentée à l’AG par Elisabeth Voss, elle a été fondée en 1986 en tant qu’organisation impulsant des réseaux locaux de soutien à l’entraide, des réseaux d’entreprises contrôlées par les travailleurs et d’autres fédérations sectorielles comme les centres sociaux culturels et les organismes de formation en Rhénanie du Nord-Westphalie. En 1989, NETZ a décidé d’adopter une approche nationale et d’autres organisations régionales et sectorielles ont rejoint l’organisation.  Dans un souci de mutualisation des frais et d’accroissement de la capacité du NETZ à offrir des services à tous ses membres, les petites entreprises écologiques et sociales et les travailleurs indépendants peuvent aussi prétendre au statut de membre. Enfin, NETZ offre aujourd’hui encore son expertise pour promouvoir et soutenir les initiatives de grassroots et l’économie solidaire à travers la mise en réseau d’acteurs de terrain. Elle se structure ainsi en plusieurs réseaux régionaux indépendants, en plus du réseau Berlin-Brandenbourg et  Rhénanie-du-Nord-Westphalie.

TPABA (www.trava.education) – Trava Education of Russia

TRAVA est une organisation basée dans la ville de Saint-Pétersbourg en Russie. Elle promeut le partage d’expériences de transition, d’auto-organisation menées par les citoyens et l’éducation menée par les pairs. TRAVA – littéralement grassroots (expérience de terrain), a débuté à l’été 2014 avec 33 conférences et ateliers sur des petits projets, la notion de ville et et sur l’ « auto-développement » dans les parcs, places et remblais. Depuis lors, ils organisent régulièrement des événements éducatifs sur des thèmes politiques et culturels dans des lieux conviviaux.

Food saves the world est un des projets menés par TRAVA, dans la lutte anti-gaspillage alimentaire avec une restauration à partir de nourriture sauvée de la poubelle, des cours de cuisine à partir de restes alimentaires, des conférences, actions publiques et articles sur l’activisme alimentaire. Map for People est un autre de leur projet, et s’inscrit dans la tendance du mapping (cartographie). Ils ont réalisé une carte destinée aux consommateurs pour répertorier les établissements où les touristes peuvent manger, boire, acheter des souvenirs et des vêtements tout en soutenant des projets locaux qui respectent les principes de responsabilité sociale, environnementale et éthique. Il s’agit d’un projet de recherche et d’éducation basé sur le modèle du peer-to-peer.

Aller à la barre d’outils