Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
450
582
597
598
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
AG2019
AG2019
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
Membres
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Rencontre de l’Impact Social, 28 novembre 2019 à Villeneuve d’Ascq, France
L’impact social au-delà des chiffres
Les partenaires du projet européen VISES organisent leurs 3èmes rencontres de l’impact social : « L’impact social au-delà des chiffres « .
Cet évènement se tiendra le jeudi 28 novembre 2019 de 9h30 à 14h à Villeneuve d´Ascq.

Après 4 ans de recherche-action, les partenaires du projet européen VISES dévoilent leurs résultats. Entreprises-testeuses, centres de recherche, fédérations d’entreprises d’économie sociale et solidaire de France et de Belgique vous expliqueront ce qu’ils ont apporté au projet et en quoi VISES leur a été utile ! Sera également présent le TIESS (Territoires Innovants en Economie Sociale et Solidaire – centre de transfert Québécois en innovation sociale), qui nous partagera sa vision de l’évaluation de l’impact social, l’idée étant d’ouvrir la réflexion sur une vision commune de l’impact social, au delà des frontières.
Pour plus d’infos sur le projet Vises, n’hésitez pas à vous rendre sur le site dédié : http://www.projetvisesproject.eu/

Pour vous inscrire ou pour plus d’informations, contacter l’Apes – Olivia Ruel-Mailfert : oliviamailfert@apes-hdf.org

Le FSMET se tiendra du 25 au 28 juin 2020 à Barcelone

Le Forum Social Mondial des Économies transformatrices se tiendra du 25 au 28 juin 2020 à Barcelone. C’est ce qui a été décidé par les membres de la convergence locale de Barcelone, hôtesse de la manifestation, composée d’un groupe d’activistes issu.e.s de différents secteurs des économies transformatrices (économies féministes, souveraineté alimentaire et agroécologie, pro-communs et économie sociale et solidaire, commerce équitable et finances éthiques, entre autres).

La date a été choisie en tenant compte des calendriers des manifestations internationales auxquelles participent les différents réseaux faisant partie du Comité de Coordination et anime le processus au niveau international, de manière à ce que ces activités n’empiètent pas les unes sur les autres, et afin donc de favoriser la participation du plus grand nombre de personnes possible.

Avec un calendrier de neuf mois, les membres de la convergence de Barcelone et ceux, celles du Comité de Coordination s’organisent déjà dans différentes commissions de travail pour assumer des tâches telles que la logistique, les contenus du Forum, la communication ou encore l’accueil des participant.e.s du monde entier qui viendront à Barcelone pour participer aux rencontres.

Le FSMET veut être aussi le rendez-vous de la diversité où les cinq continents soient largement représentés et les collectifs présents le plus nombreux possible, avec par exemple, la paysannerie, les peuples autochtones, les LGTBI, les mouvements féministes, les mouvements de la jeunesse, les mouvements spirituels, les mouvements de squatters et squatteuses, ceux du monde de l’éducation, de l’économie du numérique, du journalisme alternatif ou du monde du travail tels que syndicats et unions de travailleuses et travailleurs.

L’idée est de faire connaître les projets d’économies transformatrices qui existent déjà et qui démontrent qu’il existe une alternative au modèle capitaliste. Ces rencontres cherchent en outre à construire des ponts entre des entités, des organisations ou des réseaux issus de toute la planète.

Il se veut également un espace utile pour l’interconnexion et la convergence des différents mouvements des économies transformatrices, où un agenda mondial commun soit défini à partir de l’engagement des collectifs et des accords spécifiques qui assurent la poursuite du mouvement après le processus de convergence.

Pour relever ces défis, le FSMET inclura une programmation basée sur différents itinéraires avec entre autres des ateliers, des conférences-débats, une programmation culturelle, des espaces dédiés à la créativité, la participation virtuelle ou encore des espaces pour enfants.

Pour suivre l’actualité du Forum, comment s’inscrire, les espaces de participation virtuelle, les événements locaux de convergences, des vidéos, voir https://transformadora.org/fr

Pour plus d’informations sur la réunion de juillet et la composition du nouveau Comité de Coordination de l’événement, voir https://transformadora.org/fr/node/241

Urgence climatique, réponses et alternatives de l’économie sociale et solidaire
Foto Blog El Salto Diario

Blog El Salto Diario, 19/09/2019, Comisiön de Ecología de la Red de Economía Solidaria de Cataluña (XES)

Avec la grève du climat du 27 septembre et la semaine d’actions prévue pour la semaine précédente à l’horizon, nous réfléchissons sur le rôle de l’économie solidaire dans ces mobilisations et sa capacité à contribuer à progresser vers des sociétés post-carbone plus durables et solidaires.

Il nous reste 11 ans (seulement) pour atteindre la limite de température globale admissible de la planète, et une fois dépassée, elle conduira à un changement irréversible et sans précédent du climat de la Terre qui constituera une menace pour les générations futures. Tel était le message d’urgence fort des Nations Unies (ONU) après sa 73e réunion de haut niveau sur le climat et le développement durable en mars dernier. (…)

Les impacts générés par le changement climatique sont directs et indirects, et liés à l’activité humaine, selon les preuves scientifiques. Les écosystèmes naturels sont étroitement liés à cette activité.

Face à cela, plusieurs Etats et Administrations du monde entier ont déclaré l’Urgence Climatique, un total d’environ 800, chiffre en croissance continue depuis que la ville de Darebin, Australie, a déclaré en 2016 pour la première fois cet état d’Urgence Climatique.

Parallèlement à ces prises de position institutionnelles, divers mouvements sociaux et écologiques, les syndicats, les administrations et, bien sûr, l’économie sociale et solidaire (ESS) s’articulent et se mobilisent pour réaliser des actions d’impact qui contribuent au changement de paradigme nécessaire pour affronter cette urgence. L’appel à une grève contre le changement climatique du 27 septembre et les mobilisations prévues pour la semaine du 20 au 27 septembre en sont la preuve, et de nombreux mouvements et organisations travaillent pour faire de ces appels un succès.

Mais quelle signification cela a-t-il de déclarer l’urgence climatique? L’alerte que les mouvements sociaux et environnementaux du monde mettent à l’ordre du jour de l’agenda public a-t-elle la même stratégie pour mettre un terme au changement climatique ?Est-il possible de promouvoir la paix, la prospérité et les Objectifs de Développement Durable dans un monde capitaliste global, basé sur une croissance économique linéaire, qui ne prend pas en compte les limites de la planète ? Les Objectifs de Développement Durable favorisent-ils réellement une Economie Sociale, juste, équitable et démocratiquement radicale dans le monde ?

Une ESS pour la transition éco-sociale

Face à toutes ces questions, les entités qui promeuvent l’écologie au sein de l’économie sociale et solidaire ont leurs propositions. L’ESS fait partie de l’ensemble des économies en transformation qui sont érigées comme un modèle économique alternatif au modèle capitaliste dominant et qui donnent la priorité au bien-être des personnes et de leur environnement. Ils sont donc les plus aptes à apporter une solution efficace pour réduire les impacts socio-environnementaux que notre société a générés et qui sont à l’origine de la situation d’urgence climatique actuelle.

L’ESS comprend une grande variété d’initiatives qui développent une activité économique à partir d’une base collective avec une volonté claire de contribuer à la transformation de notre société, intégrant des critères sociaux et environnementaux dans ses valeurs, son organisation et ses activités.

Au sein de l’ESS, on trouve des formules aussi diverses que des coopératives, des fondations et même des associations, qui incorporent un certain niveau de professionnalisme. Ainsi, le lien avec les mouvements sociaux de base est très étroit, dans la mesure où certaines initiatives naissent de la main de personnes liées à ces mouvements, qui décident de faire un pas de plus pour la mise en œuvre de leurs revendications sociales et environnementales, la réalisation de projets ou services liés à ces revendications ou simplement le développement d’une activité économique avec une approche plus durable.

L’ESS est une pratique économique développée dans différents secteurs de l’économie, tels que : la communication, l’énergie, la mobilité, l’agroécologie, l’alimentation, la consommation, etc. Nombre de ces initiatives sont des exemples clairs de réussite, comme la coopérative de consommation d’énergie renouvelable Som Energia, dont le travail contribue à la lutte contre le changement climatique. Issue du monde universitaire et étroitement liée aux mouvements sociaux, elle compte 60 270 membres. C’est une expérience qui permet aussi de donner aux gens les moyens de consommer des sources d’énergie renouvelables et même de participer à la production d’énergie elle-même, soit dans des installations collectives, soit comme prosommateur.

L’ESS est donc l’occasion de construire des modèles socio-économiques qui contribuent à la transition vers la société post-carbone vers laquelle nous nous dirigeons. Mais il peut y avoir de nombreuses sociétés post-carbone et diverses transitions pour les atteindre. Nous avons besoin que cette transition écologique soit l’occasion de construire des sociétés plus justes, plus équitables et plus démocratiques. Et ce processus de transition doit être rapide, car nous avons peu de temps, et s’il n’est pas mené par l’économie sociale et solidaire et d’autres alternatives, les grandes entreprises le feront.

Mais l’économie sociale et solidaire est-elle prête ? Il est important que le tissu de l’ESS se pose cette question, et considère les transitions comme une grande opportunité pour accélérer et développer ces alternatives qui ont été cultivées depuis des années. Car si nous ne parvenons pas à construire cet espace nécessaire à partir de l’ESS, nous risquons de nous retrouver avec des scénarios indésirables, de plus en plus inégaux et avec une croissance des écofascismes.

Des défis à l’horizon

Nous avons plusieurs défis à relever pour renforcer l’ESS face à la situation d’urgence climatique. Nous devons faire de la transition écologique l’épine dorsale de nos stratégies de promotion et de renforcement de l’ESS, ce qui implique, par exemple, de donner la priorité aux secteurs stratégiques pour la transition.

D’autre part, nous devons orienter l’ESS vers sa croissance, afin de générer des alternatives larges et reproductibles qui peuvent concurrencer les grandes entreprises. De même, nous devons influencer le modèle éducatif et culturel, qui promeut l’individualisme, en encourageant la coopération et la solidarité, et approfondir les liens et les alliances qui peuvent être tissés entre les initiatives économiques transformatrices et les mouvements sociaux qui luttent pour les droits sociaux, l’environnement et les urgences climatiques.

Mais, en plus des actions de transformation quotidienne que nous apportons de l’ESS dans la poursuite de la décarbonisation de nos vies et de nos activités, le grand défi est d’extrapoler ces modèles opérationnels plus écologiques et démocratiques au reste de la société. Et nous devons commencer par les entités sociales, les coopératives et les entreprises de l’ESS elles-mêmes, qui n’ont pas encore intégré une vision plus écologique et plus respectueuse de l’environnement dans leurs activités. C’est d’ailleurs l’un des objectifs pour lesquels est née la Commission Ecologie de la XES (Xarxa d’Economia Solidaria de Catalunya) : « renforcer la dimension écologique de l’économie sociale et solidaire ».

Il y a encore un long chemin à parcourir avec tout l’univers de l’ESS et des mouvements climatiques et, comme nous le soulignons, il faut l’étendre à l’ensemble de la société, étant donné l’urgence du problème et la nécessité d’apporter des réponses à court terme aux urgences climatiques.

Dans ce processus, les prochains appels à la mobilisation pour la justice climatique afin de sensibiliser et de générer le changement de paradigme nécessaire pour passer à une société et une économie décarbonisées seront essentiels. Dans ces mobilisations, nous allons rassembler des entités et des personnes diverses, et les entités de l’Economie Sociale et Solidaire doivent jouer un rôle clé comme moteur de ce changement de paradigme global.

Par conséquent, nous assumons comme nôtre la déclaration d’urgence climatique (en espagnol), et nous appelons à une mobilisation active et une participation massive à la grève mondiale du 27 septembre prochain, ainsi qu’aux activités de cette première vague de mobilisations, prévues depuis le 20 septembre.

Parce que l’économie sociale et solidaire sera durable et équitable ou elle ne le sera pas.
Car ce n’est qu’avec un engagement ferme et clair en faveur d’une économie décarbonisée que nous pourrons voir le monde dans lequel nous voulons vivre.
Nous nous retrouverons sur la Vague !

Table rondes à Lyon – « Les villes et l’ESS : des politiques concrètes pour transformer l’économie »

Le 4 juillet 2019, à Lyon (France), le RIPESS Europe a organisé, avec le soutien de la Ville de Lyon, une table ronde sur le thème  » Villes et ESS : des politiques concrètes pour transformer l’économie « . En préparation du FSMET (Forum Social Mondial des Economies Transformatrices) 2020 qui se tiendra à Barcelone, elle a marqué le début de l’Assemblée Générale du RIPESS Europe qui s’est tenue du 4 au 6 juillet dans cette même ville. Comme les pouvoirs publics jouent un rôle clé pour définir les politiques impactant les communautés à différents niveaux (logement, tourisme, santé, finance…), cela a été l’occasion de mettre en avant les grandes politiques pratiques, translocales, ouvertes et participatives qui transforment l’économie.

Cet événement de trois sessions a rassemblé des membres et partenaires du RIPESS Europe, des décideurs politiques et des acteurs locaux qui ont partagé leur expérience. Le premier panel sur  » Transformer les villes par les pratiques et les politiques publiques d’ESS  » animé par Jason Nardi, délégué général du RIPESS Europe, était composé de Dounia Besson, adjointe au maire de Lyon et représentante du RTES (Réseau des collectivités Territoriales pour une Economie Solidaire), Jeanine Verna, directrice du Centre de formation professionnelle Arobase et Julie Maisonhaute du Commerce Equitable France (Mouvement du commerce équitable).

Pour Dounia Besson, la force de l’ESS est déterminée par son ancrage territorial et il est plus qu’essentiel de placer les  » habitants au centre de toutes les préoccupations concernant les initiatives d’ESS devant les actionnaires « . C’est dans la dynamique de valorisation et de renforcement des initiatives ESS que le label LVED (Lyon ville équitable et durable) a notamment été mis en place. En matière de protection de l’environnement, de santé, de participation citoyenne, d’éducation, de développement culturel, l’organisation LVED ESS de Lyon joue un rôle actif dans la transformation des pratiques économiques et la construction d’une société humaine.

Jeanine Verna est convaincue du fait que la durabilité des actions d’ESS repose sur une introduction des valeurs et principes de l’ESS dans la formation professionnelle. Le centre de formation professionnelle Arobase, créé il y a 30 ans, a formé plus de 2000 professionnels de l’ESS et a favorisé la convergence des différentes branches de l’ESS, en partenariat avec le réseau XES Catalogne et le réseau REVES (Réseau Européen des Villes et Régions de l’Economie Sociale), à travers un projet européen récent. La formation des acteurs locaux de l’ESS constitue donc une ressource essentielle qui doit être démocratisée et soutenue par les collectivités territoriales.

La production et la consommation durables ont été au cœur des mouvements du commerce équitable et sont aujourd’hui plus nécessaires que jamais. Julie Maisonhaute présente une vision optimiste d’une société moderne réunissant des citoyens, des organisations de la société civile, des entreprises, des collectivités locales avec un objectif commun d’intégration des pratiques de commerce équitable. Commerce Équitable France a pour mission principale de transformer les modes de consommation, de promouvoir des compétences solides en matière de commerce équitable, de promouvoir l’égalité dans les politiques publiques et d’aider à structurer le secteur du commerce équitable. C’est pourquoi une alliance forte avec les autorités locales est indispensable, et c’est ce que promeut le réseau Fair Trade Towns.

Josette Combes du MES (Mouvement pour l’Economie Solidaire) a animé la deuxième session sur le thème « Mouvements citoyens – villes transformatrices« , avec Melissa Koutouzis du Transnational Institute (TNI) et Geneviève Brichet du Mouvement Utopia, oratrices invitées.

Transformative Cities Initiatives (Initiatives des Villes Transformatrices) lancé par le TNI, explique Melissa Koutouzis, cherche à apprendre de l’expertise des villes et des collectifs qui travaillent sur l’accès à l’eau, à la nourriture, à l’énergie et au logement. Ces droits humains fondamentaux sont menacés par la crise climatique actuelle et nos structures politiques et économiques de plus en plus dysfonctionnelles, elles-mêmes soutenues par les États, les institutions internationales et les sociétés transnationales. « Renforcer les initiatives locales peut induire un changement radical au niveau mondial « , déclare Melissa. C’est pourquoi TNI, en partenariat avec plusieurs autres réseaux dont le RIPESS, fait la promotion du Transformative Cities Award (Prix des Villes Transformatrices) et de l’Atlas of Utopias (Atlas des Utopies) qui présente des histoires de communautés inspirantes qui remettent en question le pouvoir enraciné et développent des alternatives audacieuses. Il peut s’agir de mouvements populaires au Zimbabwe, en Palestine ou de villes internationales comme Paris ou Barcelone qui ont vaincu des grands groupes transnationaux et des gouvernements nationaux hostiles pour trouver des solutions démocratiques et axées sur la population en matière d’accès aux droits humains fondamentaux.

En mettant en place un espace de dialogue entre les élus et les citoyens, la participation citoyenne est renforcée pour induire un changement endogène au niveau de la société. C’est l’essence même du Pacte pour la Transition Citoyenne qui est, comme l’explique Geneviève Brichet, un outil de promotion et d’organisation de la participation citoyenne pour permettre le changement dans toutes les communes, en favorisant le dialogue entre citoyens et élus dans le cadre des campagnes pour les élections municipales de 2020 en France. Le Pacte pour la Transition Citoyenne est à la fois : une liste de 3 principes et 32 mesures concrètes et applicables en faveur de la transition écologique, solidaire et démocratique ; le soutien du réseau de transition, à travers 50 organisations partenaires (Emmaüs, Greenpeace, Enercoop, France Nature Environnement, etc) ; une plateforme numérique pour connecter, former et accompagner les participants.

Enfin, la dernière session sur « La convergence entre les initiatives pour transformer l’économie et pour libérer l’Humanité  » animée par Drazen Simlesa, coordinateur du RIPESS Europe, avait dans son panel Elisabeth Voss de NETZ für Selbstverwaltung und Selbstorganisation (Allemagne), Iris Avinoa du comité organisateur du FSMET 2020 à Barcelone, Jean Roussiaud de APRES-GE et Geneviève Ancel, coordinatrice du Dialogue en humanité.

En Allemagne, malgré la pluralité des mouvements d’ESS, il est difficile de fédérer ces acteurs avec un espace de concertation pour une action commune. Ainsi,  » en soutenant les initiatives de terrain et l’économie solidaire, NETZ contribue à mettre en place un réseau d’acteurs différents pour s’engager collectivement « , explique Elisabeth Voss. A cet égard, des questions telles que le changement climatique et l’avenir du travail doivent être abordées avec un aspect durable, tenant compte des générations futures.

Le Forum Social Mondial des Economies Transformatrices, qui se tiendra à Barcelone en 2020, est un autre moyen de convergence entre les initiatives visant à transformer l’économie. Des acteurs du monde entier auront l’occasion de se rencontrer et de partager leur expérience des grandes pratiques transformatrices de l’économie avec des approches diverses. Iris Avinoa a pu donner un aperçu de la préparation de ce forum et du processus qui le sous-tend.

Jean Rossiaud a présenté l’initiative Jai Jagat menée par Rajagopal (que certains appellent le nouveau Gandhi) du Mouvement Ekta Parishad en Inde. A partir du 2 octobre 2019, il s’agira d’une marche de 10 000 km à partir du lieu de repos de Gandhi à New Delhi, traversant 15 pays (Pakistan, Iran, Azerbaïdjan, Arménie, Géorgie, Bulgarie, Serbie, Macédoine du Nord, Kosovo, Albanie, Montenegro, Bosnie Herzégovine, Croatie, Italie et Suisse) et promouvant la perspective du mouvement économique non-violent.

Geneviève Ancel a conclu par une présentation des Dialogues en Humanité, un événement international où des personnes d’origine, de culture et de conviction différentes se rencontrent pour discuter de la pratique de la construction communautaire. Le thème de cette année était « Parlons demain autour de 3 thèmes majeurs » : « Tous responsables des droits de chacun », « Demain, tous nomades, demain, tous migrants » et « Inventer demain en questionnant les récits qui façonnent nos vies », qui se sont également déroulé à Lyon du 5 au 7 juillet 2019.

L’UFISC et ses membres vous donnent rendez-vous à Avignon en Juillet 2019

Cette année encore pendant le festival d’Avignon, l’UFISC propose plusieurs temps forts, rencontres, ateliers et formations les 11, 15 et 17 juillet à la salle ISTS, Ceci dans le cadre de la Maison des professionnels du Spectacle Vivant et du Village des professionnels du OFF, et notamment un temps fort organisé en lien avec le Collectif pour démarche de progrès par les droits culturels et Opale CRDLA-Culture.

En savoir plus

Conférence internationale de l’UNTFSSE sur le rôle de l’ESS dans la mise en œuvre des ODD
ess_odd

Du 24 au 26 juin 2019, le RIPESS était à Genève (Suisse) pour assister à cette importante conférence internationale où les participants ont discuté les résultats et le rôle de l’Économie Sociale Solidaire (ESS) dans la mise en œuvre des Objectifs de Développement Durable (ODD)

Comment l’Économie Sociale Solidaire (ESS) peut-elle contribuer à la réalisation des Objectifs de Développement Durable (ODD) ? Les projets locaux d’ESS peuvent-ils avoir un impact sur le développement mondial ? Les réponses à ces questions et à bien d’autres était discutées lors de la Conférence internationale Les membres du RIPESS ont présenté plusieurs communications et organisé la session parallèle « Construire le mouvement ESS du local au global ».

Ce fut l’occasion d’expliquer le modèle de développement alternatif préconisé par le RIPESS, ainsi que le processus de convergence mondiale qui est actuellement promu avec le Forum social mondial des économies transformatrices 2020.

Et puis, nous avons eu deux présentations des membres du RIPESS. Tout d’abord, Yvon Poirier de RIPESS North America a présenté l’étude de cas « Association for Sarva Seva Farms – ASSEFA-India : 50 ans de développement durable ». Vous pouvez consulter le document complet ici

Ensuite, Denison Jayasooria, Président de l’ASEC – RIPESS Asie, a présenté  » Community Forestry Projects in Malaysia : Participation de la population à la mise en œuvre des DSD « . Le document complet est disponible ici

La deuxième journée a débuté par la présentation de Judith Hitchman, présidente d’Urgenci, Community Supported Agriculture around the world et membre du conseil d’administration du RIPESS, intitulée  » How Community Supported Agriculture contributes to the realisation of Solidarity Economy in the SDGs « . Elle a montré les ramifications profondes qui sont possibles dans le secteur spécifique de l’agriculture soutenue par la communauté et les GDS. Le texte intégral de l’article peut être consulté ici.

Lors de la séance de clôture, Judith, Denison et Laura Cicciarelli, membres du RIPESS, ont souligné les principaux messages des deux derniers jours avec l’OCDE et l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (UNRISD).

Dans l’ensemble, l’évaluation faite lors de la séance de clôture est que, tout au long des deux jours de la conférence, la contribution de l’ESS à la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement a été soulignée dans les études de cas présentées.

Pour l’avenir, il a été convenu que l’UNTFSSE, à laquelle le RIPESS contribue activement, transmet des messages du terrain et se prépare à travailler sur une résolution de l’ONU sur le #ESS.

Vous pouvez retrouver les vidéos des différentes sessions #SSE4SDGS sur la page Facebook de l’Institut de recherche des Nations Unies pour le développement social (UNRISD).

Elections européennes : la vision de l’Europe, à travers le commerce équitable et l’ESS

Le 10 mai 2019, en collaboration avec Bostani (une communauté de producteurs-consommateurs qui fonctionne dans le cadre d’une production et d’une consommation durables et responsables) et dans le cadre de notre participation aux élections européennes  » Fair Times Campaign « , le membre grec du RIPESS Europe DOCK a organisé la manifestation  » Trade Fair, Live Fair  » à Athènes, un débat public sur la vision européenne, de justice économique et de durabilité environnementale

Les intervenantes invitées, Francesca Guibilo pour la WFTO (World Fair Trade Organisation) et Marketa Vinkelhoferova de Fair&Bio coop / Ripess EU (République tchèque) ont fait part de leur expérience dans ces domaines. Francesca a fait une présentation de l’histoire du commerce équitable et a informé sur la stratégie du WFTO dans la construction d’alliances et de réseaux en Europe et dans le monde, tandis que Marketa a donné quelques exemples et illustré des pratiques dans lesquelles la relation commerce équitable et SSE est de plus en plus présente.

Elles se sont focalisées sur une meilleure compréhension de l’histoire et des progrès du mouvement du commerce équitable en ce qui concerne le développement des réseaux dans différentes pratiques dans le monde, mais aussi sur la manière dont les politiques publiques de production et consommation durables sont appliquées dans le contexte actuel et comment elles devraient évoluer dans l’avenir en Europe.

10e Académie de l’OIT : de l’avenir du travail au changement de l’économie par l’ESS

Par Nora Inwinkl / Solidarius Italia

Du 3 au 7 juin s’est tenue à Turin la 10ème Académie d’économie sociale et solidaire de l’Organisation Internationale du Travail. Elle était co-organisée par l’Organisation internationale du travail, qui célébrait cette année son premier siècle d’existence. Pour ce qui est de l’avenir du travail, il s’agissait d’une occasion offerte aux personnes intéressées ou déjà engagées dans la promotion de l’ESS dans le monde, y compris les décideurs, les praticiens, les chercheurs, les représentants des travailleurs et des organisations d’employeurs, d’échanger sur la nécessité d’influencer l’économie dans une perspective durable. Plus de 100 personnes du monde entier y ont participé (à l’exception de l’Océanie), avec leurs connaissances, traditions, cultures, cadres et besoins différents. Grâce à un partenariat avec les organisateurs, quatre membres du réseau RIPESS Europe du Portugal, de la Grèce et de l’Italie ont pu y assister, ainsi que Beatrice Alain (Chantier de l’économie sociale, Québec) et Jason Nardi (coordinateur RIPESS) qui ont été parmi les intervenants invités.

Le pivot de l’Académie reflétait notre situation du marché et du travail, en se concentrant sur les défis auxquels nous sommes confrontés dans plusieurs domaines : économie, technologie, environnement, changement climatique, démocratie, participation, et autres. Malgré la diversité des participants, tant en termes d’origines que d’orientations professionnelles, tous se sont accordés sur un point spécifique et essentiel : le système dans lequel nous vivons n’est pas du tout durable et les solutions préconisées par les différents gouvernements et les principaux acteurs ne sont pas pertinentes. Pour cette raison, l’Académie a mis en avant plusieurs enjeux importants qui englobent différentes formes d’entreprises et/ou d’organisations de l’ESS (OESS – Organisations de l’économie sociale et solidaire), le cadre juridique existant ou qui pourrait être promu dans différents pays au niveau local et national, les mécanismes et outils financiers, et plus encore.

Le rapport intitulé  » Travailler pour bâtir un avenir meilleur  » rédigé par la Commission mondiale sur l’avenir du travail a servi d’illustration du modèle de travail préconisé. Il s’agit d’un  » agenda centré sur l’être humain pour l’avenir du travail qui renforce le contrat social en plaçant les personnes et leur travail au centre de la politique économique et sociale et des pratiques commerciales « .

Il est important de s’éloigner de l’échelle locale et, en particulier, de l’expertise et des pratiques locales, en mettant en évidence les spécificités de chaque territoire. Au cours de ces cinq jours, de nombreux praticiens ont présenté leurs initiatives et leurs expériences, partageant leurs connaissances et différentes formes d’innovation et recevant plusieurs commentaires et suggestions. Des expériences différentes se sont développées dans des territoires différents mais toutes guidées par des valeurs et des principes similaires, ceux du paradigme de l’ESS, en contraste avec ceux du néolibéralisme.

L’importance des « pratiques » a été soulignée avec les champs d’études organisés lors de la deuxième journée dans les villes de Turin, Ivrea et Cuneo. Elle a donné l’occasion aux participants de découvrir la mise en œuvre de l’ESS à travers des expériences vertueuses.

Il reste encore un long chemin à parcourir et probablement l’une des choses à améliorer est la construction d’un vocabulaire commun et d’un cadre commun pour mettre en œuvre et développer l’ESS d’une manière transversale et transectorielle. Il est important de travailler dans les deux sens : du bas vers le haut, en mettant en œuvre et en soutenant les initiatives locales, et du haut vers le bas, en travaillant avec les autorités locales et nationales pour promouvoir les lois et politiques d’ESS. Ainsi, comme l’a dit un participant lors de la plénière de clôture, nous devons travailler sur « l’ESS dans toutes les politiques ».

 » Vers un nouveau système économique  » : le RIPESS Europe à la 7e Conférence du CIRIEC

Cette année, la conférence du CIRIEC s’est tenue à Bucarest, Roumanie, du 6 au 9 juin 2019 avec un titre ambitieux :  » Vers un nouveau système économique « . Le CIRIEC (Centre international de recherche et d’information sur l’économie publique, sociale et coopérative) est un réseau d’organisations scientifiques et de recherche internationales, créé en 1947.

Dražen Šimleša, notre coordinateur du réseau, a représenté le RIPESS Europe à plusieurs sessions ainsi qu’à la Commission scientifique internationale « Economie sociale et coopérative » du CIRIEC et a pris part à la réunion qui a eu lieu avant l’ouverture officielle du congrès.

C’était une occasion spéciale puisque, pour la première fois, la conférence a été organisée en Europe centrale et orientale, une région du continent qui a ses propres défis et opportunités historiques pour l’ESS, étant donné que l’économie sociale et solidaire apporte un nouveau paradigme de gouvernance fondé sur la démocratie et la participation.

Les participant.es ont discuté du rôle de l’ESS et des défis mondiaux actuels, avec une  » vision transformationnelle « , se concentrant sur des thèmes tels que les entreprises détenues par les travailleurs et l’avenir du travail décent, la durabilité, la souveraineté alimentaire, les écosystèmes de l’ESS – gouvernance, réseaux, visibilité et politiques. Ainsi, un bon endroit pour que le RIPESS soit parmi les 250 autres participants du monde entier.

Nous espérons que cela rapprochera les praticiens et les militants des mouvements sociaux pour l’ESS avec un secteur scientifique qui peut nous soutenir dans ses recherches et analyses.

Voir le programme et certaines interventions ici.

Le Forum social mondial des économies transformatrices: promouvoir les synergies

Par Josette Combes (MES)

La rencontre préparatoire au FSMET s’est tenue à Barcelone les 5,6 et 7 avril 2019. Elle a réuni plus de 300 personnes venues du monde entier même si pour plus de la moitié, elles venaient tout naturellement de Catalogne et d’Espagne. Pour les membres du RIPESS international, d’Afrique, d’Amérique Latine, d’Amérique du Nord, d’Asie et plus nombreux d’Europe (18 pays représentés), cette rencontre a été une excellente occasion de partager leurs expériences avec des personnes œuvrant dans d’autres parties du monde et dans des domaines très diversifiés. Étaient présent.es des représentant.es de structures dédiées au développement des communs, à la défense de l’agroécologie, à la promotion de l’écoféminisme, de l’habitat écologique, des monnaies sociales et de la finance éthique, de l’éducation populaire, des médias alternatifs et bien sûr des réseaux d’économie sociale et solidaire.

Video resumé de la rencontre préparatoire 5-7 Avril 2019

Le lieu se prêtait bien à cette rencontre. L’université Aula Magna de Barcelone offrait des salles adaptées et surtout un espace extérieur propice aux échanges informels à l’occasion des repas. L’animation des nombreux ateliers était très structurée et en même temps trop floue par moments. Les participant.es ont considéré parfois que ce qui était proposé à la réflexion pré-formatait un peu trop le cours des débats. Il faut reconnaître que l’ambition de la rencontre exigeait de fait d’en prévoir le déroulement. L’ensemble a donné l’impression d’un potentiel prometteur mais auquel il manquait l’espace et le temps pour se déployer davantage.

Ce galop d’essai laisse augurer d’une suite riche en interactions mais aussi montre les difficultés à établir les convergences pourtant essentielles pour assurer un avenir aux espèces vivant sur la planète dont une partie de plus en plus importante est menacée d’extinction, et à terme l’espèce humaine elle-même. Même si une certaine prise de conscience commence à progresser, notamment au sein des jeunes générations, il est urgent de rassembler toutes les énergies pour faire basculer les paradigmes actuels de l’économie d’une course forcenée au profit vers une gestion raisonnée des ressources et un meilleur équilibre social et écologique. Ce sont tous les paramètres évoqués plus haut qui permettront ce changement d’orientation fondamental.

Toutes ces dimensions travaillées par des groupes de façon encore trop souvent considérée comme marginale ou expérimentale, se présentent encore comme parcellaires, morcelées. Rassemblées, elles forment une approche holistique cohérente dont chaque partie peut se considérer comme un acteur légitime. Il ne s’agit pas seulement de lutter contre mais bien de proposer des actions concrètes, actuelles, efficaces, capables par leur démonstration d’entraîner l’adhésion d’une masse plus importante de gens qui deviendront eux-mêmes acteurs du changement. Enfin ces rencontres en offrant l’occasion d’échanges de savoirs et de savoir-faire, contribuent à renforcer dans leur détermination les activistes de tous ces réseaux et dans un contexte où les menaces de gouvernements autoritaires se multiplient, ce dernier point est loin d’être superflu.

Pour remplir son objectif, le FSMET doit se doter d’un pilotage plus « interculturel » articulant mieux les réseaux présents ce printemps à Barcelone, de façon à faire en sorte que tous ceux qui s’y sont rendus se sentent réellement partie prenante du processus.

Aller à la barre d’outils