Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
93
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campagne
Convergence
Edito
Editorial
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
GA2018
International
International @fr
Mediterranée
nc
Newsletter
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Le printemps démocratique de la Pologne : la lutte commence ici

Article du Guardian, par Christian Davies, 30 janvier 2019

Quand Anna Gryta et Elżbieta Wąs ont lancé une campagne locale pour préserver une place publique dans le sud-est de la Pologne, elles n’avaient aucune idée que cela en ferait de puissants symboles du renouveau démocratique. Mais presque 10 ans après leur succès à Lubartów, les sœurs sont devenues des figures de proue pour des milliers de Polonais déterminés à assurer la gouvernance propre et démocratique qui leur avait été promise après l’effondrement du communisme il y a 30 ans.
C’est une révélation surprenante. Ces dernières années, la Pologne est devenue un symbole du populisme nationaliste, le parti au pouvoir, le parti Law and Justice, défiant les normes démocratiques européennes par ses attaques contre les médias et les tribunaux. Mais loin des feux de la rampe, il y a un mouvement populaire florissant contre les failles de la culture démocratique du pays dont se nourrissent les populistes. Des groupes restreints d’activistes civiques remportent succès après succès dans tout le pays sur une vaste gamme de questions différentes – de l’éducation sexuelle à la qualité de l’air et à la primauté du droit, des pistes cyclables et des espaces publics à la transparence et à la participation aux processus décisionnels locaux.
Lire l’article ici (en anglais).

II Conférence internationale « Economie sociale et solidaire & Communs » : appel à contributions

Vous trouverez en annexe l’appel à contributions pour la deuxième édition de la conférence internationale « Economie sociale et solidaire et Communs », qui se tiendra du 6 au 8 novembre 2019 à l’Instituto Universitário de Lisboa (ISCTE-IUL) à Lisbonne, Portugal. Le thème général de l’édition de cette année est « Contributions à l’approfondissement de la démocratie ». Veuillez soumettre vos propositions par courriel à ssecommons.cei@iscte-iul.pt . La date limite de soumission est le 31 mai 2019.

XIXe Rencontres du RIUESS : « ESS de la culture et culture de l’ESS »

Les XIXe Rencontres du Réseau Interuniversitaire de l’Economie Sociale et Solidaire  auront pour thème « ESS
de la culture et culture de l’ESS »
. Elles se dérouleront les 15, 16 et
17 mai 2019 à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée.
Vous trouverez l’ appel à communication sur le site
des rencontres : http://riuess2019.sciencesconf.org.
La date de réception des communications est fixée au 12 janvier 2019.
 

Conférence sur la Bonne Alimentation, Zagreb

Notre conférence sur la Bonne Alimentation a été organisée à Zagreb, devenant un événement de plusieurs jours — du 13 au 16 octobre 2018 — pour tous ceux et celles qui s’intéressent à une alimentation saine et de qualité, un modèle durable pour prendre soin du sol, la production d’aliments biologiques, les groupes alimentaires solidaires citoyens, la culture et l’échange de semences locales.

Tout d’abord, jeudi, la Coopérative pour une bonne économie a utilisé son panier vert hebdomadaire habituel pour faire entendre sa voix et susciter l’intérêt pour une campagne sur la bonne alimentation et la bonne agriculture. Vendredi, nous avons organisé dans le cinéma de la ville une projection publique d’un film sur la politique des semences et l’activisme. Le samedi a été la journée principale de la conférence, au cours de laquelle plus de 100 participants ont discuté et débattu des sujets mentionnés ci-dessus. De plus, nous avons organisé une foire d’échange de semences et un forum régional d’activisme alimentaire pour les gens de Serbie, Macédoine, Bosnie-Herzégovine et Croatie. Il est également intéressant de mentionner comment nous avons présenté à la conférence notre grande campagne et notre projet Banque de Semences Communautaire Croatie et nos partenaires de l’Arche de Noé ont expliqué les règles et les opportunités des semences biologiques fournies par la nouvelle directive européenne sur l’agriculture biologique.

Le lendemain, à notre écovillage, a eu lieu un atelier pratique sur la culture du sol avec des méthodes de compostage innovantes et enrichies pour 20 participants. Au total, 150 personnes ont participé à toutes les activités.

De nouvelles énergies et une nouvelle équipe au sein du Comité International URGENCI

Communiqué de presse, 12 novembre 2018

Plus de 300 délégués du réseau URGENCI International Community Supported Agriculture (CSA) représentant plus de 2 millions de membres du monde entier viennent de passer trois jours à Thessalonique (Grèce) pour la 7ème rencontre du réseau Urgenci International CSA, ainsi que la 4ème réunion européenne et la 2ème réunion du réseau méditerranéen.

La première journée a été consacrée à trois volets internationaux : justice alimentaire et économie solidaire, plaidoyer et praticiens.

Ces pistes ont été reprises lors de la deuxième journée qui comprenait 30 ateliers différents sur ce qui précède, ainsi que des pistes dédiées pour le réseau Méditerranéen, La Pêche Soutenue par la Communauté, une piste pour les débutants, le partage d’expériences, la construction de réseaux,  la formation et  la justice sociale. Les vastes alliances et coalitions qu’ URGENCI a construites au fil des ans ont trouvé un écho dans de nombreuses sessions, tout comme la nécessité d’améliorer la communication sur nos nombreuses réalisations et travaux.

La richesse des contenus et l’enthousiasme ainsi que l’ouverture d’esprit et le respect se sont reflétés dans les travaux de la troisième journée consacrée à l’Assemblée Générale d’URGENCI, où un nouveau plan triennal a été élaboré. C’est aussi le reflet de l’avènement d’URGENCI en tant que mouvement social mondialement reconnu et d’une gouvernance de plus en plus démocratique et participative.

L’Assemblée générale s’est également penchée sur les moyens d’assurer la stabilité financière par le biais d’une nouvelle structure de cotisations qui permettra au réseau de résister aux pressions exercées par les insuffisances potentielles des projets et les crises financières qui pourraient résulter du modèle actuel fondé sur les projets, et d’élaborer une nouvelle approche pour renforcer progressivement la résilience collective.

Le Comité international fraîchement élu reflète bien la volonté d’URGENCI de continuer à grandir comme un effort encore plus inclusif et collectif. C’est une équipe plus jeune et plus diversifiée que jamais, tout en reflétant l’équilibre producteur-consommateur ainsi que l’équilibre entre les genres qui font également partie des valeurs fondamentales d’Urgenci. Il comprend Judith Hitchman (Irlande) et Shi Yan (Chine) comme co-présidents, Isa Alvarez (Espagne) comme vice-présidente et Denis Carel (France), Ariel Molina (Brésil), Qiana Mickie (Etats-Unis), Veikko Heinz (Allemagne), Simon Todzro (Togo) et Shimpei Murakami (Japon). Zsofia Perenyi (Hongrie) a été réélue Expert spécial sur l’éducation et la formation. La création spontanée d’un nouveau représentant spécial pour la Pêche soutenue par la communauté est le reflet de l’enthousiasme et de la détermination de construire un réseau frère sous la bannière URGENCI sur ce thème. La pêche soutenue par la Communauté est déjà bien développée en Amérique du Nord et est de plus en plus reconnue en Europe ! Et Elizabeth Henderson (US) continuera également en tant que présidente d’honneur dl’URGENCI.

Le nouveau plan de travail comprend un accent particulier sur chaque continent, avec des sujets clés qui se transformeront en nouvelles propositions de projets et actions au cours des trois prochaines années.

Tout ce travail a été rendu possible grâce au Comité de pilotage dédié et à l’équipe locale d’AGROECOPOLIS dirigée par Jenny Gkiougki. De nombreuses activités parallèles ont été menées, allant de très belles oeuvres d’art qui consistaient en cartes postales à envoyer à la FAO, à personnaliser des t-shirts et faire un échange de graines sous forme de mandala. La réunion a également été soutenue par un groupe de 20 interprètes professionnels bénévoles et par l’équipe des systèmes d’interprétation alternatifs COATI, qui ont rendu la communication possible.Ce sont des acteurs clés dans toutes les grandes réunions des mouvements sociaux, ils et elles contribuent à rendre notre travail possible au-delà des frontières !

 

FRESS Occitanie : 18ème édition
Fress Occitanie 2018 affiche

18ème Forum Régional de l’Economie Sociale et Solidaire

en Occitanie

23 et 24 novembre 2018

Le 18ième Forum Régional de l’Economie Sociale et Solidaire mettra les acteurs ESS  au centre de la réflexion et de la recherche et s’associe aux chercheur.es pour parler de changement d’échelle dans l’ESS! Construit avec l’Université Jean Jaurès et le Master Nouvelle Economie sociale, créé par Jacques Prades, le Forum  mettra à l’honneur les travaux des scientifiques, qui ont concouru à une réflexion théorique sur l »ESS en France  et dans le monde : seront présents Jean-Louis Laville, Jean-François Draperi, Geneviève Azam.  Conférences, ateliers, débats citoyens…. autant d’espaces durant deux jours pour définir ensemble ce que nous voulons en terme d’utilité sociale ? Quelle taille d’entreprise ? quels financements ?  Quelle gouvernance ? Avec quel ancrage territorial?

Le Ripess Europe sera convié  pour une table ronde sur le ‘changement d’échelle en ESS, une question européenne’.

Le Crédit Coopératif, en la personne de Jean-Louis Bancel présidera les conférences conclusives devant un public d’élus, de citoyen.nes et d’entreprises ESS!

Information  presidence@adepes.org

Retrouvez toute l’info du FRESS : www.fress-occitanie.fr
et suivez son actualité sur nos réseaux sociaux
#ESSjelabooste
GSEF2018: Déclaration pour une ESS Transformatrice
Declaration Transformative SSE Bilbao

Dans le cadre du GSEF2018 (Forum Mondial de l’Économie Sociale) à Bilbao, le 2 d’Octobre 2018 le RIPESS et REAS Euskadi ont présenté la Déclaration pour une Économie Sociale et Solidaire Transformatrice. La déclaration a été faite dix ans après la faillite de Lehman Brothers, l’étincelle qui mit le feu aux poudres de la plus grande crise financière qui ait jamais existé.

Le déclenchement de la crise financière en septembre 2008 a placé le capitalisme dans le collimateur de toutes les critiques des citoyens. Cependant, le changement de cap attendu et nécessaire n’a pas eu lieu pendant cette période mais, au contraire, les processus de financiarisation de l’économie se sont renforcés, son caractère spéculatif s’est accentué et, surtout, les indices de pauvreté et d’inégalité sur la planète ont augmenté.

Par conséquent, la déclaration veut « dénoncer le capitalisme qui marchandise et menace nos vies et celles de la planète elle-même. Un capitalisme hétéropatriarcal qui encourage la discrimination à l’égard des femmes et rejette la diversité ».

Ainsi, les individus, les organisations et les réseaux présents dans le GSEF 2018 s’engagent par cette déclaration à « travailler avec d’autres mouvements sociaux à la transformation de l’économie par des initiatives alternatives et sociales dans les domaines de la finance, de la production, de la commercialisation et de la consommation. En transformant l’économie, nous transformons les territoires et les communautés, et favorisons ainsi un nouveau modèle culturel, social et politique ».

Avec cette initiative, un engagement est pris pour une économie sociale solidaire transformatrice au service d’un monde nouveau, plus juste, respectueux, démocratique et durable. Il s’agit maintenant d’unir nos forces et les pratiques existantes pour construire et faire prévaloir un Agenda mondial inclusif depuis le niveau local, et de montrer que nous avons des réponses et des propositions pour surmonter les grands défis mondiaux actuels.

Lors de la cérémonie de lancement de la déclaration, il a également été présenté aux personnes présentes au GSEF 2018, le Forum social mondial des économies transformatrices qui aura lieu à Barcelone en 2020.

Vous pouvez consulter la Déclaration pour une Économie Sociale et Solidaire Transformatrice ici.

Alternatiba 2018 : nous sommes la dernière génération qui peut sauver la Planète

[Par Jason Nardi, Solidarius Italia – coordination de RIPESS Europe]

Sous la pluie battante, la ville de Bayonne (au Pays Basque français) n’en est pas moins belle et pleine de vie : le dimanche 7 octobre, le « Village des Alternatives » était partout dans la vieille ville, avec des centaines de personnes dans les rues et sur les places consacrées aux nombreuses pratiques « alternatives » existantes – dont la plupart sinon toutes relèvent de l’économie sociale solidaire – qui sont non seulement possibles mais qui sont de plus en plus utilisées par un public de plus en plus nombreux. Solutions collectives d’énergies renouvelables, mobilité partagée (le symbole d’Alternatiba est un tandem – et le tour à vélo qui a impliqué des milliers de personnes à travers la France, la Suisse et la Belgique a été un succès, il est arrivé à Bayonne le 6), production agroécologique alimentaire et distribution collaborative, la monnaie sociale Eusko (avec sa version papier et électronique) et la banque éthique, mais aussi le logement communautaire et coopératif, une forte présence éco-féministe (dans les rues et les débats) et une attention particulière à la crise migratoire, qu’entraîne l’actuelle économie dominante de  » croissance  » et le réchauffement climatique qu’elle engendre.

Ce dernier est le thème principal sous-jacent de ce Festival, lancé il y a 5 ans à Bayonne par le groupe de citoyens Bizi, plein de « gens normaux » et de jeunes, de familles, et bien sûr de militants – qui ont débattu ensemble avec un riche programme (ainsi que des événements culturels et artistiques). Si l’urgence d’un changement radical et systémique a été clairement perçue par tous les participant.es, l’atmosphère conviviale et festive a donné beaucoup d’espoir et d’énergie renouvelée. Sauver la planète n’est plus une option – le moment est venu de s’engager : « changer le système, pas le climat ».

Extrait de l’article Climat : 15 000 personnes à Bayonne pour la sortie du rapport 1,5 °C du GIEC

Plus de 15 000 personnes ont rejoint Bayonne ce week-end pour une importante mobilisation sur le climat. Les deux jours marqués par l’arrivée du Tour Alternatiba, un gigantesque village des alternatives, des conférences et une ambiance d’émulation populaire se sont conclus par un manifeste à engager dès à présent la métamorphose immédiate des territoires. Parmi elles, près de 200 personnalités, scientifiques, responsables politiques et associatifs, artistes, anciens ministres. En duplex depuis la Corée du Sud, Valérie Masson-Delmotte, membre du comité scientifique du GIEC, a donné au public rassemblé à Bayonne la primeur de l’adoption du rapport 1,5 °C et encouragé la poursuite des actions citoyennes comme le Tour Alternatiba.

A la veille de la sortie du rapport 1,5 °C du GIEC, Bayonne a permis de délivrer un message fort. Le manifeste final, lu par Gaby, jeune lycéenne de Poitiers et Moriba, jeune guinéen sauvé de la noyade par un bateau de secours maritime en traversant la Méditerranée, seize ans tous les deux, a lancé un vibrant appel à la métamorphose immédiate de nos territoires.

Avec près de 50 conférences (auxquelles ont participé 6263 personnes) sur des enjeux aussi fondamentaux que le bilan climat et transition énergétique du gouvernement actuel, les freins à la transition, la relocalisation de l’économie, le financement de la transition, les transports, les énergies renouvelables, la solidarité et la justice climat, ce week-end a également constitué un apport aux réflexions en cours. Des alternatives concrètes comme le fournisseur d’électricité 100 % renouvelable Enercoop ou l’eusko, déjà première monnaie locale d’Europe en volume de monnaie en circulation, qui a franchi ce même week-end le cap de 1 million d’euskos, ont démontré la possibilité qu’ont les alternatives à changer d’échelle.

Cette effervescence citoyenne à Bayonne reflète ce qui a été constaté sur les 4 mois du passage du Tour Alternatiba où au total plus de 77 000 personnes ont montré leur détermination à agir pour changer concrètement les choses. Sous des airs de grande fête populaire, Alternatiba 2018 a une fois de plus confirmé que l’enjeu crucial de la lutte contre le dérèglement climatique est non seulement un défi vital que des dizaines de milliers de citoyen.nes sont prêts à relever, mais également le socle pour des sociétés plus soutenables et désirables.

Texte du Manifeste ici.

Vidéos et photos ici.

Bilbao: Le RIPESS au Forum Mondial de l’économie sociale GSEF 2018

Le Global Social Economy Forum GSEF 2018 s’est tenu à Bilbao (1 au 3 octobre 2018). C’est la quatrième édition après Séoul 2 fois et Montréal 2016. Il a réuni plus de 1700 personnes venues de 84 pays. A noter qu’un nombre important de maires et responsables de collectivités territoriales avaient fait le voyage pour témoigner de leur implication dans l’ESS. C’est un des axes forts du GSEF, de lier l’évolution du développement des villes à l’Economie sociale. Notons au passage que l’intitulé « économie sociale » a largement prédominé dans le discours, le terme solidarité étant dans certaines cultures considéré comme superflu parce qu’inclus. Néanmoins, le terme ESS à été utilisé dans plusieurs instances, soit en plénière soit dans les ateliers. Ce point peut et a donné lieu à quelques polémiques. On sait que pour le RIPESS, le terme de solidarité est central parce qu’il renvoie à une philosophie de contestation radicale du modèle ultra libéral en vigueur dans l’économie mondialisée. Le titre du Forum, « Valeurs et compétitivité pour un développement local inclusif et durable », voulu fortement par le gouvernement de Bilbao, a aussi été débattu.

Mondragon, partenaire de la manifestation, est un exemple emblématique du coopérativisme, et de l’économie sociale conçue comme un complexe systémique visant l’autonomie dans un contexte de résistance, à l’époque de sa création, au franquisme. M. Iñigo Ucin, Président du Conseil Général de Mondragon a présenté son expérience globale (production, finance, formation, distribution) et invité à des visites de terrain.

Les ateliers sur des thèmes très variés proposaient une large gamme d’expériences, ce qui constitue toujours un temps de stimulation de l’optimisme et l’occasion de rencontres qui pourront se prolonger dans le temps par des collaborations fructueuses. Le RIPESS a été présent avec plusieurs membres de tous le continents. L’opportunité de se mettre en contact direct avec des représentants de collectivités publiques et de la Commission Européenne a été bien saisie.

Au cours d’une session dédiée, il y a eu la lecture d’une déclaration préparée par REAS Euskadi et RIPESS sur l’ESS transformatrice, qui vise une réel changement systémique. Au cours de la cérémonie, des personnes de plusieurs cultures et continents ont lu le texte en 4 langues.

Au cours de la même session, Jason Nardi pour le RIPESS, Julia Grannel pour la XES et Carlos Askunze coordinateur du REAS Euskadi ont annoncé la préparation du Forum Social Mondial des Economies Transformatrices. Un premier temps préparatoire aura lieu en avril 2019 à Barcelone et l’édition finale de ce Forum mondial est prévu en 2020. La session s’est achevée par un « picoteo » (une sorte d’apéritif dînatoire) convié par le REAS à Hika Ateneo un lieu alternatif de Bilbao.

Dans la session de clôture Margeritte Mendell (Université de Concordia, Montréal) a usé d’un oxymore pour signifier que le personnel politique et aussi de la recherche universitaire, devrait assouplir les cadres et les règles qui étouffent l’initiative de terrain. Elle a recommandé « l’institutionnalisation de la flexibilité ».

Jason Nardi a été l’un des trois mandatés pour lire la déclaration finale du GSEF après avoir participé à sa rédaction. Une déclaration des jeunes qui ont participé au forum a été aussi présentée .

La prochaine édition du GSEF devrait avoir lieu à Ciudad de Mexico en 2020.

CIRIEC : « L’ESS vers un nouveau système économique  » – appel à contributions (20 janvier 2019)

Echéance reportée  pour la remise de contributions :

au 20 janvier 2019

La 7ème conférence internationale du CIRIEC sera l’occasion, du 6 au 9 juin 2019, d’une réflexion commune sur le rôle de l’économie sociale et solidaire face aux défis actuels et de la réalisation d’une  » vision de transformation  » telle que celle définie par les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies.

Tenue pour la première fois en Europe centrale et de l’Est, dans un pays post-communiste marqué par des changements politiques, sociaux et économiques majeurs au cours du siècle dernier – la Roumanie – et qui a récemment redécouvert les vertus de l’économie sociale et solidaire, la conférence vise à susciter un intérêt scientifique renouvelé pour ces thèmes dans la région. En réunissant le réseau mondial du CIRIEC de chercheurs seniors et en début de carrière intéressés par l’ensemble des composantes de l’économie sociale (coopératives, mutuelles, associations, fondations), ce sera une occasion unique pour l’Ouest de rencontrer l’Est et de contribuer avec les résultats des études à une vision de transformation pour un monde qui atteint ses objectifs de développement durable.

Plus d’infos, de thèmes, de soumissions de résumés et d’inscription (en anglais) ici.

Appel à communications ici.

 

Aller à la barre d’outils