Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
Actu
Actu
AG2016 ateliers
AG2017
Assemblée Génerale
Campaign
Convergence
Edito
Education et recherche
Etat de l'art
Europe
Evénément
Events
Featured
Formation
International
International @fr
Mediterranée
nc
Politiques publiques
Politiques publiques
Ressources
Solikon2015
UniverSSE2017
Video @fr
Premier rapport européen sur la finance éthique
novembre 30, 2017
0

La finance éthique est très différente de la finance spéculative ; c’est pour cette raison qu’elle permet de conserver et d’augmenter la valeur économique de l’épargne dans le temps et d’ajouter à la dernière ligne du relevé de compte une série d’autres valeurs, comme le respect de l’environnement, la lutte contre le changement climatique, le droit au logement, l’inclusion des personnes et des organisations traditionnellement exclues des circuits financiers habituels.

C’est ce qui émerge de la première recherche sur la finance éthique et durable en Europe – réalisée par la Fondation Finanza Etica – et présentée le 28 novembre à Montecitorio dans le cadre d’un séminaire que nous avons organisé conjointement avec des associés de référence, un an après l’approbation de la première loi qui reconnaît la valeur de la finance éthique et durable.

Le premier rapport européen sur la finance éthique

La somme des activités de la finance éthique et durable en Europe décrites dans le rapport équivaut à 715 milliards d’euros : près de 5 % du produit intérieur brut total de l’Union européenne (au moment de faire la somme des données, les chercheurs ont serré très fortement les mailles de manière à ne pas inclure les produits financiers ou de crédit qui se définissent « éthiques » mais sont dilués dans le marketing (en effet, même l’éthique peut être un argument de vente).

Voici comment se répartissent ces 715 milliards :

  • 39,80 milliards représentent les actifs des près de 30 banques éthiques et durables européennes, qui fin 2016 ont concédé des crédits pour un total de 29,33 milliards d’euros à des dizaines de milliers de projets pour l’inclusion sociale, la protection de l’environnement, la culture et la coopération internationale. C’est de ces banques que parle la première partie de la recherche, dans laquelle est présentée également une comparaison inédite entre leur rentabilité et celles des grandes banques commerciales européennes. Le résultat est une victoire sur toute la ligne pour les banques éthiques. En particulier, la recherche s’attarde sur le rapport prêts/actifs des banques (données 2016), elle met en évidence un taux de 73,42 % pour les banques durables contre 38,53 % pour les soi-disant banques systémiques ou « too big to fail ». C’est là une différence énorme, dans la pratique, les banques éthiques et durables octroient le double des prêts pour les mêmes actifs, comparativement à celles de plus grandes dimensions. Il se confirme que les banques éthiques sont plus solides et plus résilientes : au cours des 10 dernières années, leurs rendements ont été constants.
  • 493 milliards ont été par ailleurs investis dans des fonds socialement responsables et donc dans des actions et obligations d’entreprises cotées en bourse ou en titres d’Etats, tous sélectionnés sur la base d’une série de critères de durabilité : Pas d’armes, ni de jeu de hasard, pétrole, charbon ou tabac. Voie libre, par contre, pour les sociétés et les Etats ‘les meilleurs de la classe » : qui investissent dans les énergies renouvelables, adoptent des systèmes de gestion environnementale certifiés et ne sont pas engagés dans un type de controverse importante . C’est de ces fonds que traite la deuxième partie du rapport, avec une attention particulière aux définitions qui sont extrêmement importantes pour réussir à distinguer des investissements réellement responsables de ceux qui, au contraire, veulent seulement peindre de vert des produits financiers normaux pour attirer de nouveaux « segments de clientèle ».
  • 5,54 milliards d’euros constituent le montant des microcrédits octroyés en Europe. Un chiffre peu important par rapport aux crédits des banques éthiques et aux investissements des fonds socialement responsables mais qui représente la somme de centaines de milliers de petits emprunts qui font la différence . Le microcrédit, rendu célèbre par le « banquier des pauvres », le Bengali Muhammad Yunus, prix Nobel de la paix en 2006, s’est montré adéquat même pour les exigences de 750 mille Européens : des prêts de quelques milliers d’euros qui ont permis l’engagement dans des activités entrepreneuriales avec succès et pour faire face aux besoins temporaires de liquidités. Certaines personnes ont ouvert avec cet argent un atelier de couture que relie l’Italie et l’Afrique, d’autres ont démarré une start-up devenue millionnaire et d’autres, plus modestement, ont remboursé des frais médicaux pour aider un parent proche. Des femmes et des hommes qui n’auraient jamais réussi à obtenir un financement d’une banque traditionnelle car considérés comme « non solvables » : des chômeurs ou n’ayant qu’un travail précaire ou peu rémunéré, ou encore des jeunes avec des idées innovantes mais sans capitaux pour les réaliser.
  • Et finalement les Green bonds, par lesquels les entreprises et les administrations s’endettent sur le marché pour financer des projets environnementaux ont explosé entre 2013 et 2014 et continuent à croître depuis. En Europe, selon les données cumulées de l’année dernière, la valeur des titres verts en circulation est de 178 milliards d’euros. Marginaux mais en forte expansion, les social impact bonds financent par ailleurs des projets de welfare pour un total de 273 millions d’euros. Une des nouvelles frontières de la finance éthique et durable qui est traitée en profondeur dans la quatrième partie de la recherche, parmi beaucoup de lumières et quelques zones d’ombre.

Télécharger la recherche (en italien)

Télécharger la recherche intégrale sous la direction de: Matteo Cavallito, Emanuele Isonio, Mauro Meggiolaro.

Traduction de l’article  » LA FINANZA ETICA VALE IL 5% DEL PIL EUROPEO (La finance éthique équivaut à 5 % du PIB européen »), 29 novembre 2017, Banca Etica

Co-construire les politiques publiques européennes sur l’ESS: un défi possible ?

Le second Forum Européen de l’ESS (EFSSE 2017) a eu lieu le 9 novembre 2017, organisé dans les locaux du Parlement par le groupe GUE NGL, piloté pour la circonstance par Marie-Christine Vergiat, MPE française. A la suite de la première session, on peut noter une progression de la représentation des réseaux d’économie solidaire. Le RIPESS Europe a participé activement à l’organisation de cette deuxième édition en force, avec plusieurs membres invités, et se sont retrouvés pour la plupart la veille pour un dîner d’accueil à la suite d’un comité de coordination. Read more

La coordination du RIPESS Intercontinental va à RIPESS Europe

Barcelone, Octobre 2017 – La FESC (Fira,d’Economia Solidaria de Catalunya) s’est tenue à Barcelone du 20 au 21 octobre 2017. Le RIPESS Europe était présent aux côtés de représentants des autres continents (ASEC / Asie, RAESS / Afrique, RIPESS LAC / Amérique latine et centrale, RIPESS NA / Amérique du Nord). Le RIPESS Intercontinental avait décidé de tenir la réunion du Conseil d’administration annuelle (les autres se font par voie électronique pour des raisons évidentes de coût) juste après, au siège de la XES.

La FESC a été très animée comme d’habitude : l’ESS est très dynamique en Catalogne et la profusion des stands en attestait. La foire a été très fréquentée en dépit de la clôture exceptionnelle le samedi de 15 heures à 19 heures pour permettre à ceux qui le souhaitaient de participer à la grande manifestation pacifique de protestation contre le gouvernement Rajoy et ses façons « musclées » de « dialoguer » avec les partisans catalans de l’indépendance. Le thème principal était sur le « Procomun » (Les Communs) et l’ESS : un débat entre les différents acteurs des deux mouvements a eu lieu, soulignant la complémentarité des deux approches. Read more

La Commision européenne s’engage devant le Parlement Européen à renforcer l’Economie Sociale
novembre 7, 2017
0

Le Parlement européen et la Commission coïncident sur l’importance et l’essor de l’Economie Sociale, en tant qu’entreprises possédant un fort taux de réussite pour construire une Union Européenne plus prospère et sociale. Cette affirmation a pu être constatée dans la réponse à la question orale que le Parlement a fait à la Commission et qui a été répondue para la Commissaire à la Justice et à l’Egalité des Genres et formulée par le co-Président de l’Intergroupe de l’Economie Sociale du Parlement Européen, Jens Nilsson.

El Salmoncontracorriente, mardi 10 octobre 2017, A.A.

Le Parlement Européen et la Commission ont coïncidé à Strasbourg sur l’importance et l’essor de l’Economie Sociale, en tant qu’entreprises possédant un fort taux de réussite pour construire une Union Européenne plus prospère et sociale.

Cette affirmation a pu être constatée dans la réponse à la question orale que le Parlement a fait à la Commission et qui a été répondue para la Commissaire à la Justice, aux Consommateurs et à l’Egalité des Genres et formulée par le co-Président de l’Intergroupe de l’Economie Sociale du Parlement Européen, Jens Nilsson.

La question interpellait sur le « suivi de la Commission Européenne des Demandes des différentes Institutions (Conseil, Parlement, Conseil Economique et Social Européen et plusieurs Etats membres) pour promouvoir l’Economie Sociale, et en même temps, s’il était prévu de mettre en œuvre un Plan d’Action Européen ambitieux pour l’Economie Sociale, ».

Pour la Commission, Jourová a répondu que « l’Economie Sociale est une priorité de la Commission » et a en même temps affirmé qu’ « elle représente une manière de faire du commerce de façon durable ». Elle a constaté la nécessité d’investir et de travailler pour que la voix de l’Economie Sociale se fasse entendre dans toute l’Europe ».

La commissaire européenne a rappelé la feuille de route actuelle de la Commission pour rehausser le rôle de l’Economie Sociale. Elle a signalé que « nous suivrons de près l’évolution de nos mesures pour aborder dans le futur celles qui sont nécessaires ». Elle a rappelé par ailleurs que la Commission Européenne a exhorté les Etats à mettre en place les conditions qui facilitent le développement de l’Economie Sociale.

Nilsson a rappelé les demandes du Conseil, du Parlement et du Comité Economique et Social Européen « pour rehausser ce modèle d’entreprise qui a eu et possède toujours un impact dans la création d’emploi dans toute l’Europe », il a rappelé aussi l’existence des 2,5 millions d’entreprises en Europe de ce secteur qui emploient plus de 14 millions de personnes et représente 8 % du PIB.

L’eurodéputée espagnole Izaskun Bilbao a indiqué que « l’Economie Sociale apporte des valeurs positives au reste du système économique et de l’espoir avec une forme de concevoir et utiliser les bénéfices pour rendre au capital son rôle d’instrument au service de l’économie réelle et non l’inverse».

Marie-Christine Vergiat a coïncidé avec Bilbao sur l’importance de doter l’Economie Sociale d’un cadre légal qui reconnaisse sa diversité et ses spécificités, pour lui donner toute la visibilité qu’elle mérite. Elle a souligné tout particulièrement que les entreprises de l’économie sociale agissent dans toutes les sphères de l’économie avec des entreprises de toutes les tailles.

Juan Antonio Pedreño, président du CEPES, a remercié le Parlement Européen à propos du débat qui a eu lieu en plénière le jour précédent, et a aussi montré sa satisfaction pour les interventions et a appuyé les propositions des eurodéputés et eurodéputées « pour que la Commission Européenne avance de manière ambitieuse vers la mise en œuvre d’un Plan d’Action Européen pour l’Economie Sociale ».

Pedreño a rappelé la Déclaration de Madrid 2017 appuyée par 11 Gouvernements de l’Union Européenne dans laquelle la Commission Européenne se voyait sollicitée pour qu’elle inclue dans son plan de travail pour 2018 un Plan d’Action Européen 2018-2020, financé de manière adéquate, qui fasse la promotion des entreprises de l’Economie Sociale en Europe et encourage l’innovation sociale.

Source: www.elsalmoncontracorriente.es

L’Economie Solidaire avec le peuple de Catalogne
octobre 4, 2017
0
reas logo

Mardi, 3 octobre 2017

REAS Red de Redes de Economía Alternativa y Solidaria est un réseau associatif de caractère confédéral qui regroupe dans l’état espagnol 14 organisations territoriales et 4 sectorielles du champs de l’économie sociale et solidaire. Ce ne ne pouvait être qu’un espace horizontal pluriel et basé sur une coexistence harmonieuse des diverses sensibilités en termes d’identité, aussi bien nationales que sociopolitiques.

Cependant, et par l’intermédiaire de la revendication du rôle de transformation incarné par l’économie solidaire, nous partageons, entre autres, des valeurs qui ont à voir avec la fraternité entre les personnes et les peuples, la solidarité avec ceux et celles qui souffrent des répercussions négatives de la part des pouvoirs (qu’ils soient capitalistes, antidémocratiques ou patriarcaux) et la défense du droit à l’autogestion et à la participation des personnes, dans les entreprises et les organisations, dans les communautés et dans les peuples.

C’est pour cette raison que nous ne pouvons laisser passer les graves événements qui ont eu lieu en Catalogne sans montrer un message de solidarité avec son peuple, et particulièrement, de fraternité avec les personnes, entreprises et organisations qui composent le riche mouvement de l’économie sociale et solidaire, engagé en faveur de la démocratie et des libertés individuelles et collectives.

Nous souhaitons ainsi manifester :

  1. Nous voulons dénoncer de façon catégorique la répression sauvage exercée par les forces de sécurité de l’État dont ont souffert des milliers de personnes qui, depuis la pratique de la non violence active, ont essayé d’exercer leur droit à la libre expression et à la participation politique. Nous nous solidarisons avec les victimes de cette répression et nous dénonçons l’unique responsabilité de ces faits qui retombe sur le Gouvernement espagnol.
  2. Nous respectons et montrons notre solidarité avec les personnes et organisations sociales qui travaillent à la promotion d’un processus démocratique de prise de décisions sur leur propre futur en tant que peuple. Les divergences légitimes qui peuvent exister sur ce futur n’empêchent pas de reconnaître le droit qui incombe au propre peuple catalan d’en décider de manière démocratique, par l’intermédiaire des procédures nécessaires et qui assurent sa libre participation.
  3. Nous partageons les déclarations qu’a, dans ce sens, émises notre réseau frère en Catalogne–la XES (Xarxa d’Economia Solidària de Catalunya) – en défense du droit à décider des peuples, en faveur de toutes les libertés et contre la répression. Nous montrons notre solidarité avec le mouvement de l’économie sociale et solidaire de Catalogne, avec qui nous partageons le travail de transformation de l’économie et le rêve d’un monde plus libre, juste et solidaire.
  4. Finalement, nous lançons un appel à l’ensemble des réseaux territoriaux, entreprises, organisations et personnes qui forment partie du REAS Red de Redes et, en général, du mouvement de l’économie sociale et solidaire à participer aux différentes mobilisations et initiatives de solidarité qui ont été convoquées dans tout l’État pour aujourd’hui, jour de grève général catalane et pour les prochains jours. Nous étendons cet appel à l’ensemble des mouvements sociaux de transformation et à la citoyenneté en général.

REAS Red de Redes de Economía Alternativa y Solidaria

RIPESS Intercontinental célèbre ses 20 ans avec une nouvelle web
octobre 3, 2017
0

Nous avons le plaisir de vous annoncer la mise en ligne de notre nouveau portail internet de RIPESS Intercontinental : ripess.org.

En effet, pour les 20 ans de notre mouvement! nous avons décidé de reconfigurer notre site internet pour vous offrir un contenu nettement plus complet et actualisé sur le RIPESS et l’ESS mais aussi une navigation plus simple et sobre.

De nombreuses sections ont été revues pour notamment mieux faire connaître le travail de chaque réseau continental et les thématiques sur lesquelles le RIPESS s’investit. Nous vous invitons donc à parcourir les principales nouveautés du site:

Pour suivre nos actualités intercontinentales, sur un continent ou sur une thématique en particulier (ou bien sur l’ensemble), veuillez consulter notre nouveau fil d’actualité et/ou vous inscrire à notre newsletter trimestrielle.

Enfin, nous espérons que ce travail, fruit d’une collaboration entre tous nos membres, puisse dorénavant favoriser une meilleure connaissance et diffusion de l’ESS à l’échelle mondiale et encourager les échanges internationaux. Au regard des différentes approches et avancées de l’ESS dans le monde, il est clair que l’avenir s’annonce prometteur en termes de partage d’expériences, de plaidoyers communs et de collaborations, ceci pour renforcer le mouvement mondial de l’ESS et contribuer aux transformations du système actuel.

 

RIPESS a 20 ans et nous voulions le célébrer avec vous! N’hésitez pas à transmettre cette nouvelle.

Solidairement,

L’équipe du RIPESS Intercontinental

Zagreb: Conférence Our Good Food 2017
septembre 28, 2017
0

Par Dražen Šimleša

Zmag (Réseau Ecologiste de Groupes d’activistes) a organisé la conférence OUR GOOD FOOD, sur la durabilité des systèmes alimentaires dans un très beau vieux cinéma du centre de Zagreb. L’événement a commencé le 15 septembre avec un film documentaire: Inhabit la perspective de la permaculture et ensuite avec une discussion avec son réalisateur Costa Boutsikaris. Le samedi 16 septembre a eu lieu toute une journée de conférence avec plus d’une centaine de participants, l’endroit est devenu trop exigu pour le nombre de personnes intéressées. Read more

Forum de Coopération EURO-AFRICAIN sur la formation en ESS

Ayant réuni 380 participants de 22 pays, 55 universités, 87 structures de l’ESS (Associations, coopératives, mutuelles, fondations…), le Forum international intitulé «Engagement, citoyenneté et développement : comment former à l’économie sociale et solidaire ?» s’est tenu à Marrakech du 22 au 24 mai dernier.  

Cet événement d’envergure de trois jours est un projet issu d’une coopération franco-marocaine fructueuse entre l’Université Cadi Ayyad de Marrakech (UCAM) et celle de Haute-Alsace de Mulhouse, à l’occasion de la dix-septième rencontre du réseau inter universitaire de l’économie solidaire (RIUESS, un réseau qui regroupe des universités et des laboratoires développant des formations et recherches dédiées à l’ESS). Cette convergence a permis la rencontre de plusieurs chercheurs et acteurs de terrain issus du RIUESS, du Réseau Marocain de l’ESS (REMESS) et du Réseau Africain de l’ESS (le RAESS) dont le REMESS fait partie. Le forum a offert une belle occasion de rencontre entre des acteurs membres des deux réseaux continentaux du RIPESS (Réseau Intercontinental pour la Promotion de l’ESS), d’Europe (RIPESS EU) et d’Afrique (RAESS).

Cette opportunité répond au besoin de trouver régulièrement des espaces de rencontre physique qui permettent un partage international d’expériences et de visions, pour inspirer des idées nouvelles de collaboration, au-delà de nourrir un sentiment d’ appartenance à un mouvement mondial. Ce mouvement de l’ESS apporte notamment des innovations sociales dans tous les secteurs de la vie quotidienne et sa grande force réside sans conteste dans sa capacité à réinterroger l’économie et à montrer que l’on peut entreprendre autrement. Le réseau du RIPESS et ses membres porte un projet politique, et met d’ailleurs peu à peu en œuvre une stratégie d’alliance avec d’autres mouvements qui portent la voix de la transformation du modèle social et économique actuel.

Dès la plénière d’ouverture les intervenants des deux réseaux, Eric Lavillumière (Coordinateur du RIPESS EU) et Madani Koumare (Président du RAESS) ont montré l’esprit de solidarité que promeut le RIPESS, travaillant main dans la main, au sens propre et figuré.

Au-delà de multiples réunions de travail parallèles aux nombreux ateliers et tables rondes, une rencontre s’est tenue entre le RAESS, RIPESS Europe, RIPESS Intercontinental, le RIUESS et le REMESS à la fin du Forum dans l’optique de poursuivre le travail d’inter connaissance et d’amorcer des suites à donner sous forme de coopérations EUROPE-AFRIQUE AUTOUR DE la formation à l’ESS.

Tel que mentionné dans un article du article du journal Le Matin de Marrakech du 24 Mai, en termes de contenusa été soulignée « la nécessité notamment de mettre en place des formations concrètes et adaptées associant les universités et les acteurs socioéconomiques, sans occulter la dimension citoyenne, et de soutenir la professionnalisation de l’encadrement de projets collectifs porteurs de solidarités à l’échelle des territoires. »

A noter l’intervention de Jean Louis Laville qui a introduit son nouveau livre (L’Économie sociale et solidaire. Pratiques, théories, débats, Points Seuil 2016), ainsi que celle de Jean Michel Servet à la plénière d’ouverture, qui ont souligné l’importance de l’Histoire pour rappeler dans quel parcours s’inscrit l’ESS, en tant que projet politique, et pas uniquement en tant qu’activités économiques.

Enfin cet événement démontre, qu’au-delà des adaptations selon les réalités historiques et géographiques des territoires,  les initiatives d’ESS s’organisent avec un fonds  commun de valeurs et de principes valorisant  la coopération et L’INTELLIGENCE COLLECTIVE POUR permettre aux  humains de construire un monde bienveillant à l’égard de tous ses habitants et vigilant sur l’intégrité de la
planète.

 

Laure Jongejans et Josette Combes

Economies féministes : la révolution de la tendresse

Un article de Mercado Social Aragón

Le féminisme, les féminismes, sont plus vivants que jamais parce qu’ils sont aussi nécessaires que jamais. Et parce que les conquêtes réalisées permettent désormais que nous les femmes puissions non seulement accéder à un monde du travail organisé par et pour les hommes, mais aussi changer ce modèle économique qui s’est édifié sur le travail constant que nous réalisons en silence. Bien que la législation de l’Espagne reconnaisse dans une certaine mesure certains de ces droits, en réalité la violence à notre égard continue à s’exercer de manière physique et psychologique dans notre milieu de travail , social et familial. C’est pour cette raison que nous occupons la rue le 8 mars mais aussi pour exiger la reconnaissance d’une économie qui aille au-delà de la production d’argent et qui soutienne les formes de vie. une économie du soin que le patriarcat ignore mais sur laquelle il établit son pouvoir.

(..) Mais on pourrait dire qu’il y a d’autres façons d’être féministe, dans certaines occasions inconscientes, dans d’autres tout le contraire: d’autres façons d’être au monde en exerçant le féminisme. L’une d’elle est le simple (?) fait de s’embarquer dans un projet de création d’entreprise. Nous parlons là d’une génération de femmes pour qui leur incorporation au monde du travail est un terrain conquis sur lequel elles sont nées et ont grandi, et leur horizon est de former une part active de l’économie, en la transformant vers le nouveau modèle de l’ESS. Dans l’ESS, être une femme entrepreneur est une question politique. le modèle économique pour lequel elle travaille n’est pas celui de l’Homo oeconomicus, basé sur la productivité et destiné à satisfaire les besoins matériels, mais bien de développer un modèle qui mette la vie au centre et prenne en compte un autre type de besoins. D’un côté les besoins physiologiques et de l’autre, — de façon plus subjective mais par pour autant moins prioritaire –, les besoins de tendresse, les soins et les liens sociaux, qui font aussi partie de l’économie. Comme le dit Daniela Osorio (de la Xarxa d´Economia Solidaria de Catalunya),

 

Photo: Resón Comunicación

« habituées à la rationalisation de la politique et au strabisme androcentrique, mettre la tendresse au centre des choses devient une question révolutionnaire ».

Et cette révolution de la tendresse est ce qui marque radicalement la différence entre l’économie solidaire et féministe et l’économie patriarcale et capitaliste.

Lire la suite de l’article (en espagnol) ici.

Congrès européen : les partenaires de l’Universse 2017
UNIVERSSE2017

Le RIPESS Europe organise le 4ème Congrès Européen sur l’Economie Sociale et Solidaire à Athènes du 9 au 11 juin 2017.

Des coopératives, des initiatives de terrain, des organisations de l’ESS, des collectifs, des réseaux et des personnes qui travaillent pour promouvoir et faire avancer l’ESS à travers toute l’Europe se réuniront lors de cet événement.

Le RIPESS (Réseau Intercontinental pour la Promotion de L’Economie Sociale Solidaire) est un Réseau de réseaux et d’initiatives pour la promotion de l’Economie Solidaire en Europe et dans le monde.

Le RIPESS rassemble en Europe (ainsi que dans les 5 continents), des milliers d’expériences concrètes qui s’identifient comme économie solidaire : coopératives de production autogérées, marchés solidaires, consommation responsable et souveraineté alimentaire, banques du temps, services de proximité, initiatives environnementales et écologiques, alternatives financières (monnaies locales, finance éthique), structures pour la promotion de l’égalité de genre, expériences éducatives innovantes, entreprises de commerce équitable, associations de développement local, etc..

LE RIPESS Europe organise tous les deux ans un Congrès d’Economie Solidaire avec les réseaux locaux membres (Barcelona 2011, Lille 2013, Berlin 2015).

En 2017 le RIPESS Europe organise UNIVERSSE 2017 le 4ème Congrès Européen sur l’Economie Sociale et Solidaire à Athènes du 9 au 11 juin 2017 en partenariats avec des réseaux grecs :

Dock ‘Social Solidarity Economy Zone’une infrastructure permanente qui appuie les projets d’Economie Sociale Solidaire. Ses membres sont actifs dans le domaine de l’Economie Sociale Solidaire par l’intermédiaire d’une participation constante dans les entreprises coopératives, les actions sociales et le réseautage de l’écosystème.

Hub (Komvos) for the Social Economy, Empowerment and Innovation collectif pour le développement et l’empowerment de projet dans le domaine de l’Economie Sociale Solidaire. Par l’intermédiaire de la production de programmes et d’échange de savoirs, Komvos vise à renforcer les capacités opérationnelles des projets et l’expansion du champs de l’Economie Sociale Solidaire. Son action la plus récente a été l’organisation de séminaires de formation à l’Economie Sociale et Solidaire en coopération avec l’Université Simon Fraser du Canada.

Festival pour la Solidarité et l’Economie Coopérative, le Festival a contribué depuis 2012 à la promotion et au développement de la Solidarité et de l’Economie Coopérative en Grèce, notamment en termes de réseautage et d’émergence de nouvelles initiatives.

Coordination de KOINSEP représente les entreprises coopératives sociales. Dont le but n’est pas de faire des bénéfices mais de créer des projets pour les travailleurs au chômage qui avec leurs propres forces tentent -durant la crise- d’assurer leur survie quotidienne avec dignité, tout en présentant un autre standard de vie, travail et création collectifs.

Coordination Nationale des Ecoles Solidaires, lancée en 2015 a l’initiative de l’Ecole Solidaire de Mesopotamia, et de l’Ecole Solidaire de Keratsini. Pour tenter de coordonner au niveau national les structures impliquées dans l’éducation à la solidarité.

Efsyn GR “Le journal des Editeurs”, publié par la “Coopérative de travailleurs des journaux et magasines”, par l’intermédiaire de ‘Independent mass media Inc”.

Pro.s.k.al.o. initiative de coopération pour l’Economie Sociale Solidairedont l’objectif est de construire un éco système intégral de travail et de consommation qui mènera à la libération sociale de l’être humain sur une planète durable.

People’s University of Social Solidarity Economy (UnivSSE), coopérative autogérée, créée à Thessalonique en 2013, qui vise à promouvoir l’éducation, la formation, et la requalification selon les valeurs et principes de l’économie sociale et solidaire.

Ces 3 jours de Congrès, sont l’opportunité de débattre et échanger des idées, des expériences, des expertises et des stratégies communes autour de l’ESS.

Le RIPESS Europe considère que l’ESS est un espace dynamique qui s’étend à toute l’Europe, dans lequel les personnes organisent leur activité sociale et économique de nombreuses façons différentes.

Cet événement est l’occasion d’améliorer la visibilité de l’ESS en Grèce et de construire des connexions entre les personnes, les structures et les réseaux de l’économie solidaires au niveau européen.

Nous sommes aussi heureux de vous annoncer que la 6ème Assemblée générale du RIPESS EU se tiendra également à Athènes, dans le cadre du Congrès.

Le programme du Congrès en cours de préparation se structure autour des axes suivants :

1) Concepts, formes et champs de l’économie sociale et solidaire et coopérativisme

2) Consommation responsable, production et réchauffement climatique

3) Pratiques d’ESS liées à l’intégration sociale avec un focus spécial sur les thématiques des réfugiés

4) Innovation sociale : Recherche, technologies, éducation et outils pour l’ESS

5) Les Communs : Approches et pratiques liés aux biens communs digitaux, naturels, urbains, culturels

6) Politiques publiques (au niveau local, national, européen) de promotion de l’ESS : De qui, pour qui, pour quoi.

7) Espace ouvert/ Free Zone

Suivez les mises à jour et n’hésitez pas à nous contacter :

Contact équipe organisatrice : call@universse2017.org – www.universse2017.org

Contact Ripess EU : info@ripess.eu – www.ripess.eu

Aller à la barre d’outils