Exact matches only
Search in title
Search in content
Search in comments
Search in excerpt
Search in posts
Search in pages
Search in groups
Search in users
Search in forums
Filter by Categories
Campaign
Editorial
Editorial
Education and Research
Event
Events
Featured
GA2016-workshops
GA2017
General Assembly
International
News
News
Public policies
Public Policies
Resources
State of the Art
Training
Uncategorized
UniverSSE2017
Video
Barcelona: the plural economy that transforms our towns
Barcelona mercado social

During the days of 20 and 21 October 2016, Barcelona hosted the second Trobada Internacional de Municipalisme i Economia Solidària, organised by the Commissioner of Social Solidarity and Cooperative Economy of the Barcelona City Council. The title of the encounter was “Cities for a plural and transformative economy”, focusing on the role that municipalities and, more generally local governments, have and may have in the context of the promotion of the solidarity economy.

International guests, representatives of local authorities and actors of organised civil society (cooperatives, collectives of local action, networks of solidarity economy, etc.) participated in the event, which was intended to be a space for sharing, cooperation and the exchange of knowledge and experience in the field of solidarity economy and local government, with the main objective of working on a model of socio-economic development based on participation, horizontality, respect for work, social cohesion and environmental sustainability, in contrast to the forms that prevail today in exploitation and exclusion.

A detailed report is available below, translated into French from the original article in Italian by Nora Inwinkl, Solidarius Italia [in Comune Info, 28 october 2016 L’economia plurale che cambia la città]

Les personnes impliquées dans la galaxie multiforme que certains appellent l’économie sociale et solidaire (et d’autres par des noms divers et variés) sont de plus en plus nombreuses. Pourtant dans les agendas politiques qui décident du sort de la planète, ces expériences demeurent invisibles. La situation est en train de changer, du moins dans certaines expériences significatives ; en ce qui concerne les municipalités et, plus généralement, les gouvernements de proximité. C’était là le thème au centre de la seconde Trobada Internacional de Municipalisme i Economia Solidària, qui a eu lieu à Barcelone, les 20 et 21 octobre, une rencontre internationale qui a discuté le défi des politiques publiques, réunies très souvent avec succès au cours des dernières années par des acteurs portés presque naturellement vers la mise en réseaux avec une pluralité de pratiques qui témoignent d’une richesse extraordinaire. Les risques, depuis celui de dénaturer les principes de base jusqu’à un rapport de forte dépendance sur le plan institutionnel, sont bien établis. Les antidotes, depuis la participation informelle à l’horizontalité des processus, sont également connues. Il s’agit peut-être surtout de consolider ensemble un chemin courageux et pluriel et de libérer la fantaisie.

Au cours des dernières décennies, les principes, mais surtout les pratiques de ce que nous appellerons ici Economie Sociale et Solidaire (ESS), sans entrer dans le débat des définitions, se sont diffusés, impliquant toujours plus de secteurs et de personnes. Pourtant, elles souffrent d’un grave problème d’invisibilité, risquant ainsi de rester connues seulement aux yeux de ceux et celles qui y travaillent et des citoyens et citoyennes sensibilisés. A une époque comme la nôtre, où ce qui n’est pas vu n’existe pas, il est crucial de diffuser les concepts, les significations et les expériences de l’ESS pour qu’elle puisse s’imposer sur la scène publique et s’opposer au modèle néolibéral dominant. Rendre visible les discours et les pratiques pour gagner en légitimité et en espace dans les agendas politiques. L’ESS est présentée comme une économie plurielle et transformatrice – en plus de solidaire -, destinée à affirmer un nouveau paradigme socioéconomique alternatif au modèle néolibéral; pour ce faire, il faut conjuguer les théorisations et les pratiques d’action politique, tant dans les lieux non institutionnels et de mouvement, que dans les institutions et le gouvernement. Trouver une voie d’entrée dans les politiques publiques est peut-être le défi majeur que l’ESS s’est donné au cours de la dernière décennie et de fait, elle ne s’est pas retrouvée sans atouts.

Souvent ces pratiques se voient accusées d’hyperlocalisme, mais à Barcelone il a été établi clairement dès le début que se renfermer sur soi-même ne mène à rien et surtout rend les territoires trop faibles et incapables de répondre aux différentes formes que le capitalisme néolibéral assume dans nos villes. Ce qui est petit est sûrement très beau, mais ce n’est pas tout : il est nécessaire de coopérer, de mettre en œuvre des pratiques de comparaison et d’échange, de partager et construire ensemble et c’est pour cette raison que la Trobada a voulu être le moteur de la construction d’un réseau (xarxa en catalan) de gouvernements locaux pour l’économie solidaire ; que ce soit au niveau national ou international. Une xarxa qui soit d’abord un réseau de complicité et de coopération. Ont été invitées de Montréal et de Paris respectivement, Béatrice Alain, du Chantier de l’Économie Sociale et Directrice Générale du Global Social Economic Forum – GSEF 2016, et Fanelie Carrey-Conte, aujourd’hui conseillère en Ile-de-France et ex députée parmi les promotrices de la loi nationale française sur l’ESS. Toutes deux ont présenté les expériences dans lesquelles elles sont impliquées, mettant l’accent sur les aspects critiques de ce que nous pouvons appeler un processus d’institutionnalisation de l’ESS. A ceci se sont ajoutés, au cours de la seconde journée, les expériences des municipalités espagnoles qui sont en train d’adopter des parcours d’achats publics responsables : Barcelone, Madrid, Saragosse, Séville et Valencia.

Les fils rouge qui ont guidé les deux journées ont été très nombreux, tous inhérents au domaine de l’ESS et tous nécessaires pour son affirmation. D’un côté, la nécessité de définir clairement les concepts, comme l’a exposé Pablo Guerra (Université de la République de l’Uruguay), qui a illustré les 5 postulats de base d’une économie plurielle, transformatrice et solidaire. En émerge la nécessité de définir des critères partagés pour séparer ce qu’est l’ESS de ce qu’elle n’est pas (et peut-être ce qu’elle veut feindre d’être pour s’accaparer de nouveaux espaces de marché selon la logique néolibérale). Ce qu’elle n’est sûement pas ? Un secteur de l’économie ! L’ESS est et doit être intersectorielle, elle doit réussir à gagner du terrain dans tous les secteurs de politiques publiques et ne pas s’ «autosecteuriser», avec l’inévitable conséquence de rester un environnement de niche de marché. C’est là-dessus que se meuvent certains gouvernements locaux, mettant des clauses précises que les entreprises doivent respecter pour obtenir des appels d’offre et des marchés publics de la part de l’Administration Publique. Des Clauses qui, évidemment, doivent se fonder sur les principes de l’ESS, comme par exemple le respect du travail et des conditions salariales, ne pas poursuivre des formes de discrimination ou alors tendre vers la durabilité environnementale. Les concepts et les politiques sont accompagnés aussi des pratiques et d’une autre nécessité fondamentale qui est la mise en avant de ce qui existe déjà dans les territoires et n’a pas de visibilité. Ont été présentés les résultats de la recherche « Les autres économies de la ville, identifier l’écosystème des économies transformatrices de Barcelone » (Les altres economies de la ciutat. Identificant l’ecosistema d’economies transformadores de Barcelona”), une analyse précise des mouvements et des phénomènes présents dans la ville catalane, restituant des chiffres et des catégorisations en constante évolution.

La route est encore longue et c’est vrai, elle n’est pas facile et nombreux sont les risques dont les acteurs présents semblent très conscients. Bouger à l’intérieur d’un système imprégné d’un paradigme dont on veut s’éloigner rend le chemin glissant, augmentant la possibilité de contamination ou, pire, de pollution des bonnes pratiques par celles de caractère néolibéral. Un exemple manifeste en est la confusion qui se fait très souvent avec Uber, Airbnb ou d’autres formes de sharing economy qui n’ont rien à voir avec l’ESS. Jordi Via l’explique très bien dans un article du Critic en conclusion des travaux de la rencontre : ‘la seva [dell’ESS,] principal fortalesa ─ser experiències reals en lloc d’elucubracions teòriques─ provoca alhora les seves grans febleses: estar contaminada per pràctiques pròpies del mateix sistema que es vol combatre i haver de desenvolupar-se en un marc jurídic, econòmic, cultural i polític pensat per servir l’economia capitalista, no la solidària’.(« La force principale (de l’ESS) – le fait d’être des expériences réelles et non des élucubrations théoriques –provoque ses plus grandes faiblesses : de se contaminer au contact des pratiques propres au système qu’elle veut combattre et de devoir se développer dans un cadre juridique économique, culturel et politique pensé pour être au service de l’économie capitaliste et non de l’économie solidaire ».)

 

La vidéo de l’événement en catalan http://www.socioeco.org/bdf_fiche-video-664_fr.html

This post is also available in / aussi en: French


Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.

Skip to toolbar